II] Dynamique de l’offre collective en circuits courts : Quelles Complexités relationnelles ?

Non classé

Pour neuf agriculteurs du département des Deux Sèvres, dont quatre appartiennent au territoire d’étude, le Pays Haut Val de Sèvre est considéré comme favorable au développement d’un projet en circuits courts. Certains d’entre eux, ayant déjà de l’expérience dans la commercialisation de proximité et d’autres, avec l’envie de s’initier dans cette alternative, visent l’ouverture d’un point de vente collectif.

Cependant le besoin de coordination du groupe, de guide et d’accompagnement du projet constitue l’un des premiers besoins ressentis et ne pouvant pas être satisfait par eux-mêmes. Ce besoin peut facilement être source de conflit entre les acteurs, s’ils ne passent pas d’abord par un processus de « construction collective de visions, d’objectifs, de projets communs, en vue d’agir ou de décider ensemble », ce processus est nommée « Concertation » (Torre et Beuret, 2012 : 45). Selon Torre (2012), l’existence d’un « tiers » peut parfaitement favoriser une coordination entre acteurs afin de « s’engager dans une action collective planifiée » et attaquer les problèmes communs.

Dans cette perspective, la totalité des personnes faisant partie du groupe reconnaissent le rôle indispensable de ce « tiers » pour atteindre leur objectif. Pour la plupart des producteurs interviewés, sans les démarches de concertations proposées par l’acteur externe, le projet serait très difficile à se mener et prendrait trois fois plus de temps à se réaliser.

Il faut toujours avoir quelqu’un d’externe, il faut toujours avoir cet élément pilote indépendant. Cet élément extérieur permet de voir une autre façon de faire et c’est de la formation apportée au groupe(36).

On a besoin de quelqu’un qui mène les groupe […] on est tous différents et on a tous nos façons de faire, et on aurait peut-être du mal à l’accepter d’un autre, elle est là pour faire le tampon un petit peu, et nous mener quoi […](37)

L’AFIPAR en tant que association de formation et d’information pour les paysans et les ruraux, anime le réseau régional des circuits courts. Il mène, en partenariat financier avec la région Poitou Charentes, des programmes pour accompagner et soutenir les producteurs dans le développement de leurs projets en circuits courts. Dans ce cadre-là, à travers une décision collective au sein du groupe des producteurs, elle occupe le rôle d’acteur externe pour les accompagner dans la construction du projet d’ouverture du Point de vente collectif sur la commune principale du Pays Haut Val de Sèvre, à Saint Maixent l’Ecole.

Parallèlement au travail d’accompagnement technique de la part de l’AFIPAR, il nous a semblé pertinent aussi de proposer la réalisation d’un diagnostic interne du groupe des producteurs pour identifier des problématiques communes afin de les guider dans la construction de la stratégie visée. Celle-ci doit d’abord passer par la construction d’une forme innovante de coordination à travers l’activation de la proximité au niveau Intra organisationnelle ce qui renforcera le capital social et la création de liens coopératifs. Ces relations sont favorables non seulement au maintien du groupe et du projet à long terme mais aussi à l’innovation constante et à la transmission d’information entre producteurs. Seulement à ce stade, la réflexion sur la demande et la réponse aux attentes des marchés porteurs pourraient être abordées.

Ici, on analysera dans un premier temps quels sont les besoins humains et relationnels en termes d’organisation pour la mise en marche d’une dynamique coopérative et d’un projet collectif de commercialisation en circuits courts. Ensuite on montrera l’existence d’une proximité géographique comme l’élément clé à la constitution du groupe mais pas suffisant à la construction d’un projet soutenable. En ce sens, même avec le constat de cette proximité géographique, les inégalités au sein du groupe au niveau de ses attentes et motivations, peuvent constituer une menace pour le maintien d’un projet en circuits courts à long terme.

36 Interview réalisé à Jean Robert Morille, Producteur de Canards, le 26 Juin 2013.
37 Interview réalisé à Fabrice Texier, Producteur de Fruits, le 2 Juillet 2013.

Page suivante : 2.1 Besoins pour un projet collectif de commercialisation en circuits courts – Le cas de l’ouverture d’un point de vente collectif

Retour au menu : Construction de la proximité et renforcement des pratiques organisationnelles pour la commercialisation en circuits courts