CONCLUSION DU CHAPITRE I

Non classé

Aucune évaluation à proprement parlée des diverses réponses et initiatives à ce jour conçues, tentées, initiées ou planifiées afin de lutter contre le terrorisme au sahel n’a été menée pour en mesurer l’impact. Cependant, l’analyse d’un certain nombre d’enseignements permet de tirer une conclusion dont certains ont transpiré tout au long de cette analyse. La lutte contre la menace terroriste en Afrique de l’Ouest et particulièrement dans la bande sahélo-saharienne, est une entreprise complexe, qui doit prendre en compte une multitude d’aspects : diplomatique, politique, socioéconomique et sécuritaire, et les liens que ce fléau entretient avec d’autres problèmes tels que la criminalité transfrontalière organisée et précisément les différents trafics qui se sont développés dans la région(408). Les Etats du sahel doivent prendre acte de cette réalité et collaborer plus étroitement pour éviter que les mouvements terroristes et les groupes criminels ne s’enracinent davantage dans cet espace. L’éradication du terrorisme au sahel passe, en effet, par un renforcement de la coopération entre tous les pays de la zone et non à travers des postures différentes et souvent divergentes dans la lutte contre AQMI.

Ainsi, en termes d’efficacité, la lutte contre le terrorisme et le crime organisé ne peuvent plus se concevoir à partir de catégories telles que l’intangibilité des frontières, la souveraineté ou les rivalités pour le leadership régional ; elle doit au contraire s’articuler autour de domaines d’application transversaux et sur des aires régionales intégrées, soumises aux mêmes problématiques et aux mêmes menaces, transcendant le prisme purement colonial(409). « Il est temps de mieux méditer la réponse fondamentale, la restauration des nations historiques devant prévaloir sur les entités coloniales dressées artificiellement par les métropoles dans l’intérêt des calculs impériaux de l’époque ». « Il est temps de tourner la page coloniale et d’aller vers la régionalisation bien comprise et le respect des ensembles homogènes sur la base des grandes nations historiques ayant précédé le charcutage colonial ». L’Afrique doit désormais se réapproprier sa propre destinée.

408 William ASSANVO, « Menace terroriste en Afrique de l’Ouest : Etat des réponses nationales, régionales et internationales », Note d’Analyse n° 13, Observatoire de la Vie Diplomatique en Afrique, septembre 2012, p. 31.
409 Mehdi TAJE, « Les enjeux sécuritaires dans le sahel africain : Grille d’Analyse », CF2R, Tribune Libre n° 8, juin 2010.

Page suivante : CHAPITRE II : ACTIONS CONCRETES ET DE CONCERTATIONS FACE A LA MENACE TERRORISTE AU SAHEL

Retour au menu : LES DEFIS DU TERRORISME AU SAHEL : AQMI, une menace stratégique ?