CONCLUSION DE LA DEUXIEME PARTIE

Non classé

« L’Afrique a été et restera pour l’avenir prévisible un continent mur pour des actes terroristes », ainsi s’exprimait un responsable du Pentagone, soulignant que Washington s’employait à renforcer sa coopération militaire avec les africains en vue de prévenir des attentats terroristes(455). Une telle affirmation, aussi pessimiste qu’elle puisse paraître, n’a certainement pas été faite gratuitement. En effet, c’est en s’inspirant de l’état de santé sécuritaire sur le continent africain que ce stratège américain a pu formuler sa théorie : porosité des frontières, formation policière et matérielle antiterroriste insuffisante ou inadapté, système de prévention inexistante et bien d’autres lacunes encore qu’il convient de combler.

Si de nombreuses initiatives ont vu le jour, il faut noter que dans la réalité, des blocages subsistent dans la mise en œuvre des réponses censés résorbés l’insécurité au sahel. Les différents partenaires n’ont pas souvent la même vision de l’approche à adopter et des moyens à mettre en œuvre dans la lutte contre AQMI. Les mesures adoptées à ce titre étant à certains égards plus symboliques que réelles(456). Il s’agira de trouver le dosage adéquat à travers une attitude véritablement proactive, qui impliquerait des efforts communs entre Etats du sahel et partenaires extérieurs afin d’évaluer les failles qui permettront d’améliorer leurs dispositifs sécuritaires. Cela étant, ces efforts d’amélioration des capacités opérationnelles demanderont un certain temps afin d’être significatives(457). Il faudrait bien sûr préciser qu’une approche globale et intégrée, incluant également des réponses politiques et socioéconomiques, est la meilleure stratégie à adopter dans le cadre de ce combat planétaire.

455 Voir Marie J0ANNIDIS, « Corne de l’Afrique : Enjeux Stratégiques et Conflits », in www.rfi./fr/fichiers/mfi/Politique.Diplomatie/1194.asp.
456 James Mouangue Kobila, « Dixième anniversaire des attaques du 11septembre 2001 : bilan de la gestion de la lutte contre le terrorisme par le conseil de sécurité des Nations Unies », Revue Québéquoise de Droit Internationale, 24 janvier 2011, p.1.
457 William ASSANVO, « Menace terroriste en Afrique de l’Ouest : Etat des réponses nationales, régionales et internationales », Note d’Analyse n° 13, septembre 2012, p. 32.

Page suivante : CONCLUSION GENERALE

Retour au menu : LES DEFIS DU TERRORISME AU SAHEL : AQMI, une menace stratégique ?