3. Le dessein numérique du designer

Non classé

A travers les interrogations précédentes, nous avons pu observer l’évolution de l’objet au cours des années et des mutations sociales, nous amenant ainsi à déterminer le rôle qu’ils ont acquis dans la société aujourd’hui. Si certains objets ont changé de visage durant cette période, le design est lui-même impliqué dans cette mutation : l’ère numérique a fait naître de nouveaux objets et de nouveaux usages, entrainant une autre façon de concevoir les objets.

Quel rôle alors pour le designer aujourd’hui ? Quelle est la place du design au milieu de tous ces changements ?

Cette nouvelle façon de concevoir un objet et son interaction avec l’utilisateur ont alors donné naissance à une sous-discipline du design inédite : le design numérique (Interaction Design). D’après la définition de L’Association des Designers Interactifs, celui-ci “s’attache à articuler la façon dont un produit ou un service se comporte en réponse aux sollicitations de ses usagers et sous quelle forme – visuelle, sonore, tactile, etc. – ce dialogue se traduit.”

De par cette définition, nous remarquons donc que l’objet de design numérique pose aujourd’hui la question d’articulation du comportement de l’objet, introduisant une notion de dynamisme que nous ne connaissions pas jusqu’alors confrontés à l’inertie de l’objet traditionnel. Ce point inédit se voit complété par une affluence de formes d’objets et donc d’interventions possibles pour le designer.

Suite à notre précédente analyse de l’objet numérique, nous pouvons approprier cette abondance de possibilités créatives à l’agrandissement du champ d’application du design numérique à travers le « boum » des nouvelles technologies. Le design aujourd’hui est ainsi devenu « polymorphe » et nous aboutissons à la création de designs multiples : design d’interactions, design d’interfaces, design de services, design d’information, design d’expérience utilisateur,… Cette diversité est révélatrice : le design ne se rapporte finalement pas forcément à un objet, il apparaît surtout caractérisé par une démarche qui lui est propre ; c’est ce geste de design que l’on pourra alors retrouver à travers ses différentes applications. C’est donc ce geste que nous allons ici considérer en l’introduisant sous deux formes : la première à l’échelle plus large du domaine sociale, la seconde à l’échelle plus réduite de son utilisateur.

Page suivante : 3.1 Le designer porteur d’innovation à l’échelle sociale

Retour au menu : Invisible Design : la part belle à l’invisible