3-1 Organisation des immigrants nigérians dans la commune de Pobè

Non classé

L’organisation des immigrants dans la commune comporte deux volets que sont le volet professionnel et le volet associatif.

3-1-1 Plan professionnel

Sur le plan professionnel, le commerce est la principale activité des immigrants.

3-1-1-1 Secteur d’activité

Les Nigérians résidant dans la commune de Pobè exercent dans le secteur tertiaire notamment dans le commerce (figure 3).

Activités des immigrants nigérians

Figure 3 : Activités des immigrants nigérians

Source : Résultats d’enquête, Avril 2012

De l’analyse de cette figure, il ressort que les immigrants nigérians exercent plusieurs activités. Les vendeurs de pièces détachées et de pneumatiques sont les plus nombreux (46 % contre 31 % pour les vendeurs des matériels électriques et d’éclairages, des appareils électroménagers et électroniques). La vente de téléphones portables et accessoires occupe 15 % de la proportion enquêtée tandis que 8 % vivent du commerce des divers à savoir cures dents et ustensiles de ménage. Ces derniers sont généralement des ambulants.

Les articles que vendent les immigrants nigérians proviennent à la fois de Lagos et de Cotonou.

3-1-1-2 Circuit d’approvisionnement

Pour réduire le coût du transport et les tracasseries douanières, les immigrants nigérians s’organisent en réseaux d’affaire selon les critères sociaux que sont l’ethnie, l’origine ou l’amitié. Ce réseau est générateur de confiance et favorise non seulement le partage de l’information entre les membres mais également leur permet de s’approvisionner en stock.

La figure 4 présente le circuit d’approvisionnement des immigrants nigérians.

Circuit d’approvisionnement des immigrants nigérians

Figure 4 : Circuit d’approvisionnement des immigrants nigérians.

Source : Enquête de terrain, Avril 2012

De l’analyse de la figure, il ressort que pour les produits concernant les pièces détachées et de pneumatiques, les téléphones portables et accessoires, les divers, les immigrants s’approvisionnent au Nigeria (Lagos) tandis que les appareils électroménagers et électroniques sont achetés à la fois au Bénin (Cotonou) et au Nigeria (Lagos). Le choix de Lagos pour l’achat de certains produits repose sur le fait que certains articles sont contrefaits au Nigéria ainsi il revient moins chères aux consommateurs nigérians et permet aux immigrants de faire plus de profit. Par contre si les immigrants viennent parfois acheter certains produits à Cotonou c’est pour répondre à un besoin, celui d’offrir des articles de qualités à des clients spécifiques.

Pour échapper aux contrôles douaniers certains immigrants confient le transport des marchandises à des contrebandiers.

La figure 5 présente l’itinéraire de certains contrebandiers.

Itinéraire des contrebandiers

Figure 5 : Itinéraire des contrebandiers

Source : Enquête de terrain, Avril 2012

De l’examen de la figure, il ressort que les contrebandiers pour échapper aux contrôles douaniers empruntent les pistes de désertes rurales dans la commune de Pobè. Ces pistes qui étaient à l’origine utilisée par les trafiquants d’essence frelatés servent aujourd’hui aux immigrants pour contourner la douane.

Pour devenir autonome et avant de s’installer à son propre compte certains immigrants passent par l’étape de la formation.

3-1-1-3 Formation ou apprentissage

L’installation d’un immigrant dans la commune est précédée par une formation. En effet, pour maîtriser les rouages du secteur et les contraintes du milieu, les nouveaux immigrants se font former auprès d’un aîné ou d’un frère issu de la même région. La durée moyenne de la formation est de 5 ans. C’est après cette formation qu’il peut choisir se sédentariser dans une localité de la commune de son choix.

La formation consiste à aider son patron dans la vente des produits dans une boutique ou à travers la ville pendant la durée de la formation. De même, au cours de la formation le patron effectue quelques voyages avec son apprenti afin de lui montrer comment s’effectue l’achat des produits et comment négocier des marchés. Au bout de cinq années de formation il acquiert des connaissances sur le marketing commercial, la gestion de stock, la comptabilité, ainsi que la gestion d’une mini entreprise. Ces connaissances acquises sur le tas sont de véritables clés de succès dans la vie de l’immigrant. La formation prend en compte l’autonomisation de l’apprenti dans la mesure où le patron aide l’immigrant à s’installer à son propre compte en lui constituant un fonds de roulement.

Après l’étape de la formation les nouveaux patrons peuvent choisir de s’établir temporairement ou définitivement dans une localité de la commune.

3-1-1-4 Durée du séjour dans la commune

Malgré le critère de voisinage géographique et l’hospitalité des béninois qu’ils reconnaissent, les immigrants nigérians nourrissent toujours l’espoir de retourner un jour dans leur pays natal. Ainsi la majorité des immigrants enquêtés pensent qu’ils repartiront chez eux d’un moment à l’autre (Figure 6).

Répartition des immigrants selon la durée du séjour

Figure 6 : Répartition des immigrants selon la durée du séjour

Source : Résultats d’enquête, avril 2012

L’examen de la figure montre que 71 % des immigrants considèrent que la durée de leur séjour est temporaire. Pour ces immigrants, le milieu d’origine est le meilleur endroit pour vivre en toute quiétude. Dans cette catégorie, on retrouve les célibataires ainsi que des mariés ayant leurs familles au Nigeria.

Les saisonniers (24 %) sont généralement les vendeurs ambulants et sont nombreux pendant les périodes de fêtes. Les immigrants ayant choisis de rester définitivement (5 %) dans la commune sont en majorité ceux ayant épousé des femmes béninoises disposant déjà des enfants en scolarisation au Bénin.

Le volet associatif occupe une place de choix dans l’organisation des activités des immigrants dans la commune de Pobè.

3-1-2 Au plan social

Sur le plan social les Nigérians sont réunis au sein d’une association.

3-1-2-1 Nigeria Communauty Union

L’organisation des immigrants nigérians sur le plan associatif se résume à la création depuis 1981 d’une association dénommée Nigeria Communauty Union (NCU) qui couvre les cinq communes du département du Plateau. Les objectifs poursuivis par l’association sont entre autres : l’assurance de la régularité de l’immigration du membre, l’entraide et la solidarité entre les membres de la communauté, la facilitation des démarches administratives pour l’obtention des cartes de commerce ou de n’importe quel papier au profit du membre, le suivi de tous les membres dans l’exercice de leurs activités ainsi que l’assistance aux membres en difficulté notamment au niveau de la douane.

Selon le président de l’association Monsieur ADETOLA Moussiliou, yorouba âgé de 60 ans et originaire d’Offa dans l’Etat de Kwara, « malgré les objectifs nobles de l’association elle a du mal à s’imposer dans le département ceci pour plusieurs raisons ».

« D’abord, le manque d’enthousiasme de certains Nigérians eux-mêmes à adhérer à l’association, ensuite le manque de moyens pour concrétiser les différents projets de l’association notamment la construction d’un siège, la délivrance des cartes de membres ainsi que le recensement des Nigérians résidant dans la commune de Pobè. Enfin le manque de volonté politique des autorités locales à accompagner les initiatives de l’association ».

Néanmoins pour les membres actifs de l’association, c’est un creuset de partage d’expérience mais également de dialogue entre les immigrants nigérians et les autorités politiques et administratives de la commune. De ce fait, l’association reste le seul levier pour tout immigrant désireux de travailler en toute quiétude dans la commune.

En fonction de l’âge, on distingue trois groupes d’immigrants.

3-1-2-2 Répartition par âge des immigrants

Selon les enquêtes de terrain, on distingue trois tranches d’âge (tableau III).

Tableau III : Répartition par groupes d’âge des immigrants enquêtés

Répartition par groupes d’âge des immigrants enquêtés

Source : Résultats d’enquête, Avril 2012

De la lecture de ce tableau, on remarque que la plupart des immigrants sont des jeunes (61,88 %). Dans cette catégorie, on retrouve un nombre important de nouveaux patrons et quelques apprentis ayant déjà accumulés 3 à 4 ans de formation. Les nouveaux patrons sont sans apprentis. La deuxième tranche d’âge constituée des moins jeunes (30,62 %) sont des patrons ayant au moins un apprenti qui assure la vente de leurs produits. La dernière tranche d’âge (7,5 %) est constituée des expérimentés du commerce transfrontalier. Ce sont eux qui vont généralement acheter les marchandises pour les amener sur le territoire local.

3-1-2-3 Etat matrimonial

L’examen de l’état matrimonial des immigrants fait apparaître trois (03) catégories d’immigrants (tableau IV).

Tableau IV : Etat matrimonial des immigrants enquêtés

Etat matrimonial des immigrants enquêtés

Source : Résultats d’enquête, Avril 2012

De ce tableau, il ressort que la plupart des immigrants sont des célibataires (75 %). Les immigrants ayant contracté un mariage avec des femmes béninoises (5 %) sont minoritaires par rapport aux immigrants mariés dont la femme est d’origine nigerianne (20 %).

Page suivante : 3-2 Mode d’exercice des activités des Nigérians dans la commune de Pobè

Retour au menu : ENJEUX SOCIO-ECONOMIQUES DE L’IMMIGRATION DES NIGERIANS DANS LA COMMUNE DE POBE