2.8. Rôle de l’organe régulateur

Non classé

La banque centrale a un rôle très prépondérant dans le processus de professionnalisation du secteur. En amont, elle doit veiller à l’adaptabilité des lois et textes règlementaires au contexte congolais en général et kinois en particulier.

Après cela, une supervision efficace est souhaitable afin d’éviter les déviations de certaines institutions. Cependant, le faible niveau le sous-effectif de la banque centrale ne permet pas de réaliser cette mission immense. Cela étant, cette dernière a intérêt à renforcer son équipe en vue d’améliorer sa supervision.

Pour faire bref, les analyses effectuées dans ce troisième chapitre nous ont permis de valider partiellement nos deux premières hypothèses.

Concrètement, il a été démontré que les institutions évoluant à Kinshasa peuvent être autosuffisantes sur le plan opérationnel tout en ayant une grande portée sociale.

En second lieu, les facteurs à considérer comme achoppement à la convergence entre les performances financières et la portée sociale sont : le niveau de charges d’exploitation, la qualité du portefeuille et le niveau de rentabilité des actifs.

De plus, le benchmark nous a fait voir que les éléments liés à la gestion des ressources humaines avaient un rôle substantiel dans la réalisation de la convergence entre les performances financières et la portée sociale.

Ce faisant, il est souhaitable que les institutions actives à Kinshasa réorientent leur mode opératoire enfin d’être encore plus efficientes. Cela peut partir de l’ébauche proposée dans ce travail.

Page suivante : Conclusion

Retour au menu : SCHISME DE LA MICROFINANCE : Problématique de l’atteinte de l’autosuffisance opérationnelle par les institutions ciblant les personnes à faible revenu