2.2.3. Entandrophragma utile (Sprague)

Non classé

Nom pilote : Sipo.

Disséminé en forêt dense humide, de la Côte-d’Ivoire au lac Victoria et au Congo. On rencontre un Entandrophragma très voisin du Sipo, Entandrophragma excelsum, dans les formations montagnardes humides de l’Afrique orientale (Anonyme, 1989). Très grand arbre avec empattement prononcé formé d’accotements arrondis. Fût droit. Ecorce de couleur claire, crevassée rectangulairement, tranche épaisse (2 à 5 cm), avec des points blancs. Feuillage en bouquets étoilés à l’extrémité de gros rameaux. Feuilles composées, pennées 12 à 24 folioles dissymétriques à la base avec de petites touffes de poils à l’aisselle des nervures secondaires. Ces dernières au nombre de 10 a 16 sont bien marquées. Fruits en forme de cigare s’ouvrent au sommet en 5 valves très épaisses, verruqueuses. Graines ailées de 5 à 11 cm (Anonyme, 1989).

Aubier différencié peu épais. Bois parfait brun-rose un peu violacé à grain fin. Bois plutôt léger et tendre. Retrait volumétrique total et coefficient de rétractibilité volumétrique moyens. Sèche relativement vite et bien. Durabilité moyenne qui permet l’emploi en menuiserie extérieure. Cohésion transversale faible en traction perpendiculaire, moyenne au fendage et au cisaillement. Bonne résistance en compression et en flexion statique. Cassant au choc. Bois peu abrasif, se sciant facilement. Rabotage et toupillage faciles, le vissage et le clouage sont faciles et solides. Les finitions sont aisées. Bois fort prisé, utilisé en massif ou en placages pour les menuiseries extérieures de bâtiment, l’ébénisterie, la décoration, les moulures, la construction de petites embarcations, les faces de contreplaqué (Gérard et al, 1958).

C’est la Méliacée sur laquelle on porte les plus gros efforts de travaux sylvicoles et de réinstallation en forêt épuisée. Diverses méthodes de sylviculture lui ont été appliquées. Le problème sylvicole vient du dosage de la lumière à la mise en place. Essais assez complets réalisés en Côte-d’Ivoire. Ce problème n’est pas encore résolu de façon satisfaisante (Anonyme, 1989).

Page suivante : 2.2.4. Entandrophragma angolense ou Entandrophragma congoense

Retour au menu : Analyse de l’usinage des Entandrophragma à la Société de Développement Forestier (SODEFOR)