1.1. Les performances financières du secteur

Non classé

Avec un ratio d’autosuffisance opérationnelle situé à 108% en 2011, les institutions actives à Kinshasa font encore face au défi de la viabilité financière. Néanmoins, comparées aux performances de la RDC, Kinshasa affiche une situation plus satisfaisante.

Ces performances en deçà de la norme sont expliquées entre autre par la non maitrise des charges opérationnelles par les institutions actives à Kinshasa. Le ratio de charge d’exploitation s’est situé à 65%, largement au-dessus de la norme.

Graphique 1 : Benchmark des performances Kinshasa vs RDC

Benchmark des performances Kinshasa vs RDC

Source : Adapté BCC 2011

Par ailleurs, l’une des causes de la non efficience des institutions actives à Kinshasa est le niveau des charges du personnel élevé par rapport aux institutions de la RDC. Eu égard au niveau moyen de salaire relativement élevé à Kinshasa qu’à l’intérieur du pays (FPM 2012), la forte pondération des charges du personnel se repercute négativement sur les performances des institutions Kinoises.

Graphique 2 : Benchmark des charges Kinshasa vs RDC

Benchmark des charges Kinshasa vs RDC

Source : Adapté de la BCC 2011

Toutefois, cette non éfficience dans la gestion des charges est contrebalancée par un niveau satisfaisante du rendement du portefeuille (Graphique 1) et du rendement des fonds propres.

Graphique 3 : Benchmark ROA kinshasa vs RDC

Benchmark ROA kinshasa vs RDC

Source : Adapté de la BCC 2011

Page suivante : 1.2. Portée sociale

Retour au menu : SCHISME DE LA MICROFINANCE : Problématique de l’atteinte de l’autosuffisance opérationnelle par les institutions ciblant les personnes à faible revenu