1.2. Portée sociale

Non classé

Actuellement, Kinshasa est le deuxième pool de la microfinance en RD Congo. Elle comptait 42 institutions (mutualiste et non mutualiste) en décembre 2011. En termes d’encours des crédits octroyés, les institutions de la ville de Kinshasa renfermaient 34% du total encours en 2011.

Graphique 4 : répartition des ISFD en RDC

Répartition des ISFD en RDC

Source : Adapté de la BCC 2011

Pour ce qui est des clients servis, la ville de Kinshasa a encore occupé la première position avec près des 43% du total épargnant. De plus, les femmes ont représenté la plus grande proportion avec près de 80%.

En ce qui concerne leur localisation, la plupart de ces institutions se retrouvent dans la commune de la Gombe (33%). La raison essentielle de cette localisation est le niveau de proximité avec le plus grand centre commercial de la ville. Du reste, certains coins reculés se retrouvent dépourvu d’institutions de microfinance. Faute du niveau de vie et du niveau d’activité faible, les institutions refusent de s’installer dans ces quartiers. Bref, il ne s’agit pas vraiment du niveau de pauvreté ou de l’adéquation avec la cible qui importe sur le choix de la localisation. Les institutions actives à Kinshasa sont plus orientées par le niveau d’activité commerciale car en réalité la microfinance n’a des sens que pour les pauvres dynamiques et rentables.

Page suivante : 1.3. La gouvernance

Retour au menu : SCHISME DE LA MICROFINANCE : Problématique de l’atteinte de l’autosuffisance opérationnelle par les institutions ciblant les personnes à faible revenu