Section I : EVOLUTION ET TENDANCE DES CREATIONS D’ENTREPRISES A DOUALA

Non classé

I.1- L’analyse critique de l’évolution des créations d’entreprises à Douala

Le recensement général des entreprises (RGE), réalisé au cours de la période Août-Novembre 2009 par l’Institut national de la Statistique (INS), a permis d’identifier et de localiser 93 969 entreprises et établissements en activité au Cameroun à cette période. L’analyse des résultats obtenus confirme la forte représentation du secteur tertiaire avec 86,5% des entreprises recensées.

Les principales conséquences étant le foisonnement des activités commerciales et la faible revalorisation des ressources locales à des fins de transformation.

En outre, la jeunesse de la plupart des entreprises rappelle la crise économique qui a sévi au cours des années 80 et 90 et qui a entrainé la disparition de plusieurs unités de production, surtout dans le secteur primaire et secondaire dont les poids ont beaucoup baissé. Nous observons également une polarisation des activités économiques dans les villes de Yaoundé et de Douala. En effet, ces deux villes concentrent près de 60% des entreprises du Cameroun (comme le montre le graphique ci-dessus) et offrent 68,4% des emplois permanents et 73,8% du chiffre d’affaires total des entreprises du pays. La faible contribution des autres villes au développement du tissu entrepreneurial national s’explique par la forte attractivité qu’exercent ces deux métropoles aussi bien vis-à-vis des investisseurs nationaux que ceux de l’étranger.

Toutefois, avec près de 33004 entreprises implantées, soit 35,1% entreprises Camerounaises, la Ville de Douala occupe une place de choix dans les créations d’entreprises au Cameroun, comme l’illustre le graphique 4 ci-dessous.

Graphique 4 : répartition des entreprises au Cameroun par région (en %)

Répartition des entreprises au Cameroun par région

Sources : INS/RGE, 2009

Cette situation illustre bien la position dominante de la ville Douala sur l’économie Camerounaise et la forte attraction qu’elle exerce sur les créateurs de richesse. Dans l’ensemble du PIB national, le secteur des entreprises de la ville de Douala génèrent 46,3% de la richesse créée par les entreprises camerounaises. Son Produit Local Brut (PLB) se chiffre à 3092 milliards de FCFA, soit 31,2% du Produit Intérieur Brut (PIB) national. Le PLB par habitant de Douala est de l’ordre de 1,6 millions de FCFA, soit près de 2,8 fois le PIB par habitant au niveau national. Néanmoins, il ya lieu de préciser que le taux de création d’entreprises à Douala varie fortement d’une année a l’autre.

I.1.1- L’évolution des créations d’entreprises dans la ville de Douala

L’analyse des flux de créations d’entreprises à Douala montre que ces dernières ont connu une forte progression. En effet, l’évolution des créations d’entreprises dans la ville de Douala se fait de façon graduelle. Ceci semble être expliqué en grande partie à la fois par l’intensité de la gouvernance locale et les dispositifs institutionnelles mises en place pour l’amélioration de l’environnement des affaires.

D’après la base de données du Recensement Général des Entreprises de 2009, croisée avec différentes autres informations documentaires, il ressort que pendant la période des indépendances en 1960, environ 158 entreprises étaient installées dans la ville de Douala. Grace au code des investissements du 27 juin 1960, adopté par la loi du 16 janvier 1968, favorable au développement des grandes entreprises, seulement 17 nouvelles entreprises seront créés en 1968.

C’est à partir des années 1980, à la faveur du code des investissements de 1984, favorable au développement des PME, que la dynamique s’est vraiment s’est accru. 1209 entreprises étaient ainsi dénombrées dans la ville de Douala à cette période. En 1989, la crise économique que va connaitre le Cameroun et qui l’obligera à négocier l’application des plans d’ajustement structurel, aura pour effet la baisse des créations d’entreprises à Douala. Ce n’est que vers la fin de 1994, avec la reprise économique, que de nouvelles dispositions seront prises par les pouvoirs publics à travers un nouveau code des investissements portant régime de base des PME. A cette date, Douala comptait 3774 entreprises et 9763 entreprises en 2002(28). En 2009, à la date du Recensement Général des Entreprises, 33004 entreprises formelles étaient identifiées dans cette ville.

Graphique 5 : Répartition des entreprises dans la ville de Douala selon la date de création

Répartition des entreprises dans la ville de Douala selon la date de création

Sources : construction de l’auteur à partir des données du RGE/INS, 2009

Ce graphique donne l’image d’un tissu d’entreprises très jeunes avec près de la moitié des unités de production crées durant les huit dernières années. Les entreprises installées il y a moins de 10 ans représentent 81% du total, contre 0,5% pour celles créées avant 1960.

Par contre, Le graphique 6 ci-dessous montre que le nombre d’entreprises diminue de façon régulière avec l’âge de l’entreprise. La grande majorité des entreprises de Douala sont jeunes. Cette situation indique aussi que l’espérance de vie de la plupart des entreprises, surtout parmi les TPE, est courte et le taux de renouvellement des unités de production dans la même catégorie reste très élevé. Corrélativement, les plus vieilles entreprises de la ville sont très peu nombreuses.

Graphique 6 : Nombre d’entreprises installées à Douala selon leur âge

Nombre d’entreprises installées à Douala selon leur âge

Sources : construction de l’auteur à partir des données du RGE/INS, 2009.

Par ailleurs, il ressort de l’analyse que seuls les secteurs secondaires et tertiaires ont vraiment évolués et sont fortement représentés dans la ville de Douala. Les activités du secteur primaire sont quasiment inexistantes dans le temps.

I.1.2- Le profil sectoriel des entreprises de la ville de Douala

Le profil sectoriel de la ville de douala présente e une grande domination des entreprises du secteur tertiaire, notamment avec 87,51% de l’ensemble des entreprises implantées. Par contre, les entreprises industrielles ne représentent que 12,28% des entreprises totales et celles du secteur primaire, presque inexistantes, ne représentent que 0,21%. (Graphique 7).

Graphique 7: Répartition des entreprises de Douala par secteur d’activité

Répartition des entreprises de Douala par secteur d’activité

Sources : construction de l’auteur à partir des données du RGE/INS, 2009.

Aussi, en décomposant les entreprises de la ville de Douala par type, il ressort que, 67,84% des entreprises installées à Douala sont de type « TPE » (Très Petites Entreprises) et 22,78% sont de type « PE » (Petites Entreprises). Seulement 1,36% : des entreprises sont de type « GE » (Grandes Entreprises) et 8,02% sont de type « ME » (Moyennes Entreprises). Cette configuration entrepreneuriale justifie, en grande partie, la dominance de la forme juridique « Entreprises
Individuelles (EI) », représentant 88,26% des entreprises. Les « SARLU », « SARL » et « SA » représente respectivement 2,10%, 7,68% et 1,95% de la forme juridique des entreprises installées à Douala.

Graphique 8 : typologie des entreprises installées à Douala.

Typologie des entreprises installées à Douala

Sources : construction de l’auteur à partir des données du RGE/INS, 2009.

I.2- Implantation géographique et spatialisation discriminée des entreprises dans la ville de Douala

L’implantation des entreprises et des établissements n’est pas uniforme dans les arrondissements de la ville de Douala. Dans l’ensemble, les localisations des entreprises se font majoritairement dans les arrondissements de Douala III (Bassa) et Douala IV (Bonabérie), pour les unités industrielles, et Douala I et II, pour le tertiaire (banques, assurance, services aux entreprises…) et le commerce.

I.2.1- L’inégale répartition des entreprises par arrondissement dans la ville de Douala

La répartition des entreprises n’est pas homogène dans la ville de Douala, certains arrondissements semblent cristalliser la grande partie des activités présentes dans la ville. Il s’agit en l’occurrence des arrondissements de Douala 1er qui concentre près de 36,94% des entreprises et Douala 5ème, avec 21,34% des entreprises totale de la ville. À cet effet le constat qui se dégage est que, les arrondissements de la ville de Douala ont des degrés d’attractivité différents. Le tableau suivant montre la matrice de répartition des entreprises dans les arrondissements de la ville de Douala.

Tableau 7 : Répartition des entreprises et établissements par arrondissement

Répartition des entreprises et établissements par arrondissement

Sources : construction de l’auteur à partir des données du RGE/INS, 2009.

L’hétérogénéité de l’implantation des entreprises dans les arrondissements de Douala peut trouver une explication dans les dispositions institutionnelles locales mises en place pour encadrer la localisation des activités économiques et industrielles ou encore dans les préférences de localisation des agents économiques.

I.2.2- L’indice de localisation des activités économiques dans la ville de Douala

L’indice de localisation représente le poids d’une activité spécifique dans l’activité économique totale d’un arrondissement par rapport au poids relatif de cette même activité au niveau de la ville de Douala.

Pour l’étude de la répartition des entreprises d’un secteur entre différents arrondissements, nous allons calculer les indices de localisation. Ces indices nous permettront de mieux appréhender le caractère concentré ou non d’un secteur d’activité dans les différents arrondissements de la ville de Douala. L’indice de localisation se calcule à partir de la formule suivante :

ILij = (Xij / Xj) / (Mi / M) (1)

Avec : ILij = indice de localisation de l’activité j dans l’arrondissement i ;
Xij = nombre d’entreprises de l’activité j dans l’arrondissement i ;
Xj = nombre total d’entreprises de l’activité j dans la ville de Douala ;
Mi = nombre total d’entreprises dans l’arrondissement i ;
M = nombre total d’entreprises dans la ville de Douala.

Une valeur de l’indice supérieure à 1 signifie une concentration plus que proportionnelle d’une activité donnée dans l’arrondissement considéré. Cette information permet d’examiner les profils sectoriels des arrondissements et les localisations privilégiées des secteurs d’activité. Le tableau suivant donne l’indice de localisation des activités économiques dans la ville de Douala.

Tableau 8 : indice de localisation des activités économiques dans la ville de Douala

Indice de localisation des activités économiques dans la ville de Douala

Sources : construction de l’auteur à partir des données du RGE/INS, 2009.

En analysant les différents indices de localisation contenue dans le tableau ci-dessus, il ressort que, la répartition des entreprises par activités dans la ville de Douala confirme le poids dominant des arrondissements centraux, avec une préférence pour les activités de commerces (0,98 et 1,39 respectivement pour Douala 1er et Douala 2ème), des activités de Banques et assurances (2,14 et 0,28) et les activités de transport (2,26 et 0,14). Par contre dans les arrondissements périphériques, les activités industrielles dominent, avec comme indices localisation pour les industries manufacturières (1,37 ; 0,87 et 1,22 respectivement pour Douala 3ème ; Douala 4ème et Douala 5ème) et (1,18 ; 2,29 et 1,09) pour les industries alimentaires respectivement dans les même arrondissements.

Après avoir dressé l’état de l’évolution et la tendance des créations d’entreprises dans la ville de Douala, nous allons dans la section suivante procéder à la modélisation des facteurs explicatifs de l’attractivité des entreprises à Douala

28 Date d’élaboration de la Charte des investissements, précisément le 19 avril 2002, modifiée le 22 juillet 2004, et portant pour l’essentiel sur la promotion de l’entreprenariat comme moteur de valorisation du potentiel de compétitivité

Page suivante : Section II : L’ATTRACTIVITE TERRITORIALE DES ENTREPRISES A DOUALA : UN ESSAIS DE MODELISATION ECONOMETRIQUE

Retour au menu : GOUVERNANCE LOCALE ET ATTRACTIVITE TERRITORIALE DES ENTREPRISES : CAS DE LA VILLE DE DOUALA