Section 1 : Croissance, inégalités et pauvreté : approche statique

Non classé

L’analyse de l’impact de la croissance économique et de l’inégalité des revenus sur la pauvreté va être menée, ici, selon l’approche statique de Kakwani décrite dans la première partie de ce mémoire. Ainsi, il sera mis en évidence à travers différents indicateurs, d’une part, les effets de croissance et les effets d’inégalité sur la pauvreté et, d’autre part, la possibilité pour les pouvoirs publics de réaliser un arbitrage entre croissance et inégalité en vue de lutter efficacement contre la pauvreté.

Paragraphe 1 : Analyse des effets de croissance et des effets d’inégalité sur la pauvreté

Les tableaux 6 et 7 ci-dessous présentent les élasticités des indices FGT par rapport à la moyenne des dépenses et à l’indice de Gini, ainsi que les taux marginaux proportionnels de substitution, suivant les lignes de pauvreté retenues et les zones de résidence.

On observe qu’au niveau de l’ensemble du pays, d’une part, les valeurs absolues des élasticités par rapport à la dépense moyenne par équivalent adulte sont sensiblement supérieures à l’unité pour la plupart des mesures de pauvreté et, d’autre part, ces élasticités présentent toutes des valeurs négatives contrairement aux élasticités par rapport à l’indice de Gini qui fournissent essentiellement des valeurs positives. Ces constats mettent donc en exergue, l’effet favorable de la croissance à la réduction de la pauvreté au Bénin, ainsi que l’effet défavorable de l’inégalité. Ce qui permet de conclure à la vérification de l’hypothèse spécifique N°1 de notre étude.

En effet, en 2002, une élévation de 1% de la dépense moyenne induit une réduction de l’incidence (P0) de 1,52%, de la profondeur (P1) de 1,58% et de la sévérité de 1,48% pour la ligne de pauvreté inférieure, toutes choses étant égales par ailleurs. Pour la ligne de pauvreté supérieure, un accroissement de 1% de la dépense provoque une baisse des différents indices de pauvreté dans des proportions plus faibles que les précédentes mais ces indices restent toujours supérieurs à l’unité ; exception faite de l’incidence de la pauvreté qui enregistre une baisse de 0,23% contre 1,28% pour la profondeur et 1,43% pour la sévérité.

Ces mêmes tendances sont observées en 2004. Toutefois, les différents indices ont connu cette fois-ci un accroissement sensible par rapport à 2002.

En conséquence, au Bénin, la pauvreté est susceptible de décroître plus rapidement que le taux de croissance du niveau de vie, pourvu que ce dernier ne génère pas une élévation de l’inégalité. Cependant, un pareil résultat indique également que si la croissance économique est négative, la pauvreté a une forte probabilité d’augmenter.

Ces observations illustrent aussi une forte sensibilité de la pauvreté à la croissance économique au Bénin.

Tableau 7 : Elasticités des indices décomposables de pauvreté par rapport à l’indicateur de niveau de vie – dépenses totales par équivalent adulte – et à l’indice de Gini, et taux marginal de substitution selon la ligne de pauvreté en 2002

Elasticités des indices décomposables de pauvreté par rapport à l’indicateur de niveau de vie en 2002

Source : Calculés par les auteurs à partir des données de l’enquête Quibb 2002, INSAE en utilisant le logiciel DAD

Tableau 8 : Elasticités des indices décomposables de pauvreté par rapport à l’indicateur de niveau de vie – dépenses totales par équivalent adulte – et à l’indice de Gini, et taux marginal de substitution selon la ligne de pauvreté en 2004

Elasticités des indices décomposables de pauvreté par rapport à l’indicateur de niveau de vie

Source : Calculés par les auteurs, en utilisant le logiciel DAD, à partir des données de l’enquête Quibb 2002, INSAE ajustées par l’indice de prix à la consommation (IPC base 2002)

Ces tableaux, de manière générale, montrent également, que l’impact en valeur absolue d’un accroissement du revenu par rapport à 2002, a connu une augmentation tant au niveau de la profondeur que de la sévérité. Autrement dit, un accroissement du revenu moyen aurait eu un effet plus important sur les plus pauvres en 2002 qu’en 2004.

On observe, en outre, que la valeur absolue des élasticités est sensible aux transferts de revenu parmi les plus pauvres. Dans ces conditions, une croissance économique qui n’engendre pas une augmentation de l’inégalité des revenus pourrait profiter plus aux très pauvres qu’aux autres classes sociales. Cette hypothèse est corroborée par la comparaison des élasticités à la dépense selon les lignes de pauvreté dans le paragraphe précédent.

Toutefois, si, au cours du temps, il y a une aggravation de l’inégalité, la pauvreté peut s’accroître. Cet état de chose, est dû au fait que les indices de pauvreté sont plus sensibles à la variation de l’inégalité qu’à la variation des dépenses, notamment pour les plus pauvres. Dans ce contexte, et pour l’ensemble du Bénin, les élasticités de la pauvreté par rapport à l’inégalité représentent, en valeur absolue, plus du double des élasticités relatives aux dépenses, notamment pour les indices de pauvreté P1 et P2 contrairement à l’incidence P0. Ainsi, pour l’ensemble du pays et pour la ligne d’ultra pauvreté, une augmentation de 1% de l’indice de Gini entraîne, toutes choses étant égales par ailleurs, une augmentation de la profondeur de la pauvreté (P1) de 3,35% environ en 2002 contre 3,73% environ en 2004, alors que l’impact de la variation des dépenses est de 1,58% environ aussi bien en 2002 qu’en 2004. En plus de l’effet très amplifié de l’inégalité sur les indices de pauvreté P1 et P2 pour les deux lignes de pauvreté, il faut souligner la dépendance non négligeable de l’incidence P0 de l’inégalité.

En effet, dans le cas où une augmentation des inégalités est observée, la pauvreté s’aggraverait de 1,38% et 1,65% respectivement en 2002 et en 2004 pour la ligne de pauvreté inférieure contre respectivement 0,06% et 0,14% pour la ligne supérieure. Ces résultats sont confirmés par la thèse de Pareto selon laquelle « la proportion de riches baisse lorsque l’inégalité croît et la proportion de pauvres augmente d’autant ». En effet, dans son cours d’Economie Politique (1897), Pareto conçoit la baisse de l’inégalité comme une diminution dans le temps du nombre de pauvres par rapport au nombre de riches. Toutefois, l’auteur conclut que : « Une augmentation du revenu minimum et/ou une diminution de l’inégalité des revenus ne peuvent se produire, soit isolément, soit cumulativement, que si le total des revenus croît plus vite que la population ». Ce qui implique la nécessité de réaliser des taux de croissance économique largement aux taux de croissance démographique.

Ces observations prouvent donc qu’une redistribution des revenus contribue à faire reculer la pauvreté au Bénin. Il s’agit là, d’un facteur essentiel de réduction de la pauvreté, surtout lorsque la croissance s’accompagne d’une redistribution systématique des revenus. Ainsi, l’hypothèse spécifique N°2 de notre recherche, se trouve vérifiée.

Par ailleurs, on peut affirmer, au regard de ces résultats, que l’incidence de la variation des dépenses moyennes sur la pauvreté s’est avérée inférieure à celle de la variation des inégalités, toutes choses étant égales par ailleurs. Cela signifie qu’une augmentation des inégalités affecte généralement plus la pauvreté dans ses trois dimensions qu’une hausse des dépenses moyennes dans les mêmes proportions(12). Il en ressort d’une manière générale, que les politiques économiques doivent être jumelées et gérées concomitamment avec des politiques de réduction de la pauvreté afin de rendre plus efficace l’action de la croissance sur la pauvreté.

En considérant la décomposition de la pauvreté selon les zones rurale et urbaine, l’on constate que les élasticités de la pauvreté par rapport à la dépense ont tendance à être plus élevées en zone rurale qu’en zone urbaine. La croissance économique contribuerait donc à réduire plus la pauvreté en zone rurale qu’en zone urbaine. En conséquence, la réduction de la croissance économique observée ces cinq dernières années, serait de nature à affecter plus la pauvreté rurale que la pauvreté urbaine. En effet, suite à une élévation de l’indicateur du bien-être de 1%, le pourcentage de pauvres qui franchissent la ligne de pauvreté inférieure est, en zone urbaine de 1,23% en 2002 et 1,24% en 2004 contre, en milieu rural, 1,61% et 1,68% respectivement en 2002 et 2004. Par contre, pour la ligne de pauvreté supérieure, on enregistre une baisse moindre. Elle est, en zone urbaine de l’ordre de 0,94% en 2002 et 1,0% en 2004 contre, en milieu rural, 0,83% et 0,94% respectivement en 2002 et en 2004.

On observe par ailleurs que la sensibilité de la pauvreté par rapport à la distribution de la dépense par tête est plus élevée en zone urbaine. Les effets les plus magnifiés sont enregistrés pour le seuil de pauvreté inférieur au niveau des indices de pauvreté P1 et P2. Pendant qu’une variation de 1% de l’inégalité accroît le déficit de la pauvreté de 0,69% et 0,83% en zone rurale respectivement en 2002 et 2004 pour le seuil maximal, on enregistre pour le même indice de pauvreté et ce pour le seuil minimal, une augmentation de 4,25% et 4,60% en zone urbaine respectivement en 2002 et 2004. L’intensité de la pauvreté quant à elle connaît dans les mêmes conditions, en milieu urbain une flambée de 6,58% environ en 2002 et 7,14% environ en 2004 contre une variation en milieu rural de 4,1% aussi bien en 2002 qu’en 2004, et ceci pour la ligne de pauvreté inférieure.

Ces résultats posent une fois encore la problématique d’une répartition très inégalitaire des revenus tant en milieu urbain qu’en zone rurale.

Paragraphe 2 : Arbitrage entre croissance économique et inégalité

Si nous considérons le taux marginal de substitution entre la croissance et l’inégalité (MPRS) qui capte le pourcentage d’augmentation de la dépense nécessaire pour que la pauvreté n’augmente pas, suite à un accroissement de 1% de l’indice de Gini, on retient que, pour le seuil de pauvreté inférieur, la dépense par tête doit augmenter de 0,91% en 2002 et de 1,06% en 2004 pour stabiliser l’incidence de la pauvreté contre 0,25% et 0,15% respectivement en 2002 et en 2004 pour le seuil de pauvreté supérieur alors que cet accroissement est de l’ordre de 3,49% en 2002 et 3,89% en 2004 pour la ligne d’ultra pauvreté si la sévérité est choisie comme mesure contre 1,55% en 2002 et 1,71% en 2004 pour la ligne de pauvreté supérieure. S’il est vrai que les taux marginaux de substitution entre croissance et inégalité sont élevés, notamment pour la profondeur et la sévérité, la dépense moyenne devra, cependant, augmenter dans une moindre proportion pour compenser la hausse de l’indice de Gini. En outre, l’écart observé entre 2002 et 2004 montre que la compensation d’une hausse de l’indice de Gini a significativement augmenté. Ainsi, une aggravation de l’inégalité aura un impact néfaste plus important sur les plus pauvres en 2004 par rapport à 2002.

Il ressort de l’analyse de ces résultats que, au cours de la période allant de 2002 à 2004, il y a relativement eu arbitrage entre croissance économique et inégalité, dans la lutte contre la pauvreté au Bénin. Toutefois, pour certains indices de pauvreté considérés, cet arbitrage n’a pas été toujours réalisé.
Nous sommes alors en situation de conclure à la vérification de l’hypothèse spécifique N°3.

On note par ailleurs une élévation du MPRS pour les très pauvres que pour les moyennement pauvres. Cela montre que plus la ligne de pauvreté est basse plus la supériorité relative de la réponse de la pauvreté à la croissance de la dépense par rapport à l’inégalité est élevée.

En ce qui concerne les taux marginaux de substitution entre croissance et inégalité suivant les zones de résidence, les analyses révèlent, dans leur ensemble, qu’il faut plus de croissance en milieu rural qu’il n’en faut en milieu urbain pour réduire la pauvreté. En effet, les taux marginaux de substitution présentent des valeurs plus faibles en zone rurale qu’en zone urbaine et ceci, quelles que soient les lignes de pauvreté. Les résultats suggèrent également l’extrême fragilité sociale des populations urbaines à de la croissance économique et à de la variation du revenu.

Au terme de l’étude empirique, le diagnostic des résultats obtenus appelle quelques implications en matière de politique de réduction de la pauvreté au Bénin. Mais, avant d’aborder cette rubrique de notre recherche, nous tenons à préciser que le choix de la mesure de pauvreté est important dès lors qu’une analyse concernant la relation entre croissance, pauvreté et inégalité est menée.

C’est dire que les résultats de l’étude empirique ne sont que le reflet des indices de pauvreté sur lesquels sont basées les différentes estimations.

12 Ce résultat est qualitativement le même que ceux de Kakwani (1993) dans le cas de la Côte-d’Ivoire et Lachaud (1997) pour la Mauritanie et le Ghana.

Page suivante : Section 2 : Implications en matière de politique de réduction de la pauvreté

Retour au menu : IMPACT DE LA CROISSANCE ECONOMIQUE ET DE L’INEGALITE DES REVENUS SUR LA PAUVRETE AU BENIN