Section 1: Analyse des échanges commerciaux intra UEMOA

Non classé

Cette analyse s’est faite d’une part, par rapport à l’évolution des indicateurs
qui sont associés aux échanges intra UEMOA et d’autre part par rapport à la
structure de ce commerce.

Paragraphe 1 : Evolution des indicateurs

L’intensité des échanges de biens et services est un indicateur approprié de la
complémentarité entre les pays d’un même espace économique. Les indicateurs qui
reflètent l’évolution du commerce intra zone sont :

le taux de croissance des exportations et importations intra zone ;
- le taux de couverture du commerce intra zone ;
- la balance commerciale intra zone ;
- le coefficient d’intégration (approche commerciale) ;
- les propensions bilatérales et régionales à importer.

A) Taux de croissance des exportations et importations intra UEMOA

Le tableau 1 ci- après porte sur les exportations et importations intra UEMOA.

Tableau N°1 : Taux de croissance des X et M intra UEMOA

Tableau Analyse de l’optimalité de la zone monétaire UEMOA dans un contexte d’intégration 1

Source : BCEAO (NIS) et calculs de l’auteur

L’analyse graphique indique que :

- Le taux de croissance des exportations intra zone a chuté au début des
années 1997 jusqu’en 2003 ;
- de même, il a repris une trajectoire ascendante de 2003 à nos jours ;
- ce taux a connu son pic en 2005 avec 46% de taux de croissance ;
- le taux de croissance des importations évolue en dents de scie de 1997 à
2001 ;
- de 2001 à 2004, ce taux a connu un trend baissier persistant ;
- son pic est atteint en 2005 avec un taux de croissance 91 %.

Globalement, ces taux de croissance sont très volatiles et sensibles aux chocs.

Graphique Analyse de l’optimalité de la zone monétaire UEMOA dans un contexte d’intégration 1

Graphique N°1 : Evolution des X et M intra UEMOA

B) Taux de couverture

L’impact du commerce intra UEMOA sur la production, la consommation et le
bien être est tributaire des rapports de prix internationaux qui s’établissent. D’où la
nécessité de faire recours aux termes de l’échange (rapports des prix à l’exportation
d’un pays aux prix de ses importations). Lorsque ce rapport est supérieur à 100%, la
situation est considérée comme favorable et défavorable dans le cas contraire.

Tableau N°2 : Taux de couverture du commerce intra – UEMOA

Tableau Analyse de l’optimalité de la zone monétaire UEMOA dans un contexte d’intégration 2

Source : BCEAO (NIS) et calculs de l’auteur

En effet, l’analyse du tableau 2 indique que tout au long de la période, ce taux
est supérieur à 100%. Ceci révèle que la situation est favorable dans l’optique du
commerce intra UEMOA. Ce qui n’est pas le cas pour le commerce extra UEMOA.

Néanmoins, il est à noter que cette croissance au lieu d’être ascendante, est assortie
d’une évolution contrastée. La représentation graphique (graphique 2) de ce même
ratio révèle que :

- de 1996 à 1999, l’on observe une tendance en forte instabilité ;
– vers fin 1999, il est constaté un trend baissier qui s’empire
jusqu’en 2003 ;

Cette chute de performance serait due à la crise ivoirienne qui est un maillon très
important de l’espace. Heureusement, la situation se stabilise et l’on retrouve une
hausse de cet indicateur en 2004 ;

- en 2005 par contre, il est observé une contre performance.

Graphique Analyse de l’optimalité de la zone monétaire UEMOA dans un contexte d’intégration 2

Graphique N°2: Evolution du taux de couverture

C) Balance commerciale intra UEMOA

Le tableau 3 présente le solde de la balance commerciale intra UEMOA sur la
période d’étude.

Tableau N°3 : Balance commerciale intra – UEMOA (en milliard de Fcfa)

Tableau Analyse de l’optimalité de la zone monétaire UEMOA dans un contexte d’intégration 3

Source : BCEAO (NIS) et calculs de l’auteur

Il ressort de ce tableau que le solde de la balance commerciale tout au long de
la période d’étude est excédentaire. Son évolution en terme de croissance est
instable.

Le taux de croissance de la balance commerciale évolue en dent de scie. Il est
intercalé d’une croissance à taux positif et négatif tout au long de la période. Le pic
de ce solde est atteint en termes de croissance en 2004 (353%). Cependant
l’analyse de cette balance commerciale par pays cache d’importantes disparités. Le
tableau ci-après en fait l’état.

Tableau N°4 : Balance commerciale intra UEMOA par pays (en milliards)

(Moyenne de la période d’étude)

Tableau Analyse de l’optimalité de la zone monétaire UEMOA dans un contexte d’intégration 4

Source : BCEAO (NIS) et calculs de l’auteur

En effet, seuls la Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Togo réalisent une balance
commerciale intra zone excédentaire. Les autres pays par contre s’en sortent avec
une balance déficitaire. Ce déficit connu par ces pays pourrait s’expliquer d’une part
par les habitudes de consommation des agents économiques influencées par une
préférence aux produits hors UEMOA et d’autre part, à la prolifération des maisons
import- export dans ces pays qui en fait ne font que de l’importation. Cette situation
ainsi décrite porte préjudice à l’optimalité de cette zone monétaire car, comme le
soulignait si bien MAGNIFICO, reprenant un avertissement de G. MYRDEL à propos
de l’Europe « l’intégration ne pourrait pas réussir si elle promettait de rendre les régions
fortes plus fortes et les régions faibles encore plus faibles ».

D) Le coefficient d’intégration

Encore appelé degré du commerce intra zone, cet indicateur vise à mesurer
l’effort d’intégration qui s’opère au sein des pays de l’UEMOA en matière des
échanges commerciaux en son sein et par rapport au reste du monde. Le tableau 5
et le graphique 4 nous permettent d’apprécier cet effort.

Tableau N°5 : Coefficient d’intégration de l’UEMOA (en milliard de Fcfa)

Tableau Analyse de l’optimalité de la zone monétaire UEMOA dans un contexte d’intégration 5

Source : NIS/BCEAO ; TOFE des Etats/ et calculs de l’auteur.

Il ressort de l’analyse de ce tableau que malgré l’appartenance à une union
monétaire dotée d’un accord de préférence douanier à travers le tarif extérieur
commun et d’un taux de change commun, la grande partie du commerce
qu’effectuent ces pays est tournée vers le reste du monde. Ce taux de change et cet
accord de préférence douanier au lieu d’être un vecteur stimulateur du commerce
intra zone ne joue qu’un rôle passif au service des pays industrialisés. Plus de deux
tiers des échanges commerciaux effectués par ces pays s’opèrent avec
l’EUROPE(5).De même, tout au long de la période, ce coefficient d’intégration oscille
entre 10 et 15%. Ce qui est très faible par rapport à l’objectif escompté et au
coefficient d’intégration des autres zones monétaires. A titre illustratif, le coefficient
d’intégration de l’UE est estimé à 73,8 % ; 56 % pour la ALENA , 50,3 %, pour
L’ASEAN(6).

Graphique Analyse de l’optimalité de la zone monétaire UEMOA dans un contexte d’intégration 3

Graphique N°3 : Evolution des CI

L’analyse indique que :

de 1996 à 2000, ce coefficient d’intégration évolue à un rythme satisfaisant ;
de 2000 à 2004, il est observé une baisse de cet indicateur ; on est passé de
13% en 2000 à 11% en 2004 ;

en 2005 ce ratio a repris un trend haussier (15% de croissance).

E) Propensions bilatérales et régionales à importer

Ces concepts permettent de saisir le processus d’intensification des échanges
intra zone. La propension bilatérale à importer mesure le taux de pénétration des
produits d’un pays dans les marchés de ses partenaires alors que la propension
UEMOA à importer nous permet de l’apprécier à l’échelle sous régionale.

Le tableau 6 présente le résultat de ces propensions par pays

Tableau N°6 : Propensions bilatérales et régionales à importer (moyenne de 1996 à 2005)

Tableau Analyse de l’optimalité de la zone monétaire UEMOA dans un contexte d’intégration 6

Source : NIS/BCEAO ; TOFE des Etats/ et calculs de l’auteur (Cf. Annexe 2)

Il ressort que le taux de pénétration des produits de chaque pays dans le
marché de ses partenaires est très faible voire insignifiant. Tous les pays à
l’exception de la Côte d’Ivoire ont un taux de pénétration inférieur à 1%. La Côte
d’Ivoire qui est le levier de cet espace s’en sort avec un taux de 3,28%.

Cette situation pose la question de la compétitivité des produits UEMOA sur leur
propre marché.

Ces taux nous révèlent que le pouvoir d’achat de l’UEMOA est orienté à plus de
97% à l’emploi des produits hors zone UEMOA. Cet état, ne stimule pas le
processus d’intégration économique en construction.

La croissance est l’objectif ultime que tout pays se fixe en décidant de s’unir à
d’autres pays. Ainsi lorsque l’on considère le niveau des échanges intra zone,
l’évolution de la valeur de ces exportations vers le reste de la région n’est pas
satisfaisante pour apprécier la mesure dans laquelle l’économie de ce pays bénéficie
de l’existence d’un espace intégré.

De manière globale, la propension régionale à importer qui est de 1,5% indique
que sur 100 unités monétaires dépensées, seule 1,5 unité monétaire est destinée
aux pays de l’espace UEMOA. Les 98,5 unités monétaires vont accroître le pouvoir
d’achat des pays du reste du monde.

Paragraphe 2 : La structure du commerce intra zone

Elle est élaborée par produit (les principaux produits) et par pays (le poids de
chaque pays dans le commerce).

A- La structure par produit

Le commerce intra UEMOA, concerne pour la plupart les produits directement
consommables. Le tableau ci-après illustre la structure de ce commerce en 2005.

TABLEAU N°7 : Structure par produit des échanges intra -UEMOA

Tableau Analyse de l’optimalité de la zone monétaire UEMOA dans un contexte d’intégration 7

Source : Commission de l’UEMOA (Rapport 2005)

Il ressort de ce tableau que les cinq premiers produits objets de ce commerce
sont : le pétrole – l’engrais – le ciment – les produits alimentaires et les matières
plastiques. De même, ces cinq premiers produits ont pour exportateurs la Côte
d’Ivoire et le Sénégal. Les autres pays en sont les importateurs. En outre, il est
constaté qu’un certain nombre de produits font l’objet d’un commerce intra branche.
Il s’agit des produits tels que : l’engrais, le ciment, les produits alimentaires, l’huile de
palme, la parfumerie, le coton. Le commerce intra branche est un échange croisé
des produits non homogènes issus d’une même branche et pouvant porter
indifféremment sur les biens finals ou sur des biens intermédiaires. Ce qui bien
évidemment est contraire à la théorie traditionnelle du commerce international.

La littérature économique nous renseigne que ce commerce intra branche est
dû aux facteurs d’offre, de demande, et aussi à la hiérarchie des avantages
comparatifs (Muchielli et Lassudrie, 2001).

Par contre le commerce intra branche ainsi observé chez certains pays de
l’UEMOA pourrait s’expliquer par une faible capacité de ces économies à satisfaire la
demande ou l’offre locale.

B) La structure par pays

Elle est estimée ici par le taux d’ouverture moyen de chaque pays vers
l’UEMOA. Ce taux mesure pour une économie la contribution de son commerce
extérieur (vers l’UEMOA) au PIB. L’analyse du tableau 8 et du graphique 5 permet
d’apprécier son évolution.

Tableau N°8 : Taux d’ouverture des économies (dans le commerce intra – UEMOA)

Tableau Analyse de l’optimalité de la zone monétaire UEMOA dans un contexte d’intégration 8

Source : NIS/BCEAO ; TOFE des Etats/ et calculs de l’auteur

L’analyse de ce tableau révèle que : seuls le Mali et le Togo sont les pays dont
le commerce extérieur contribue plus à la formation du PIB à hauteur respective du
11,7% et 7,5%.Ceci montre que ces pays sont plus ouverts vers leurs partenaires de
l’espace UEMOA. Contrairement à la Côte d’Ivoire et au Sénégal qui sont moins
ouverts vers l’UEMOA que vers le RDM ; leur taux d’ouverture étant respectivement
5,1% et 4,3%.

En outre, le graphique 5 conduit à souligner quelques faits :

- si l’on procède à une analyse en valeur absolue du commerce intra zone, l’on
note que les pays tels que : le Bénin, le Togo, le Niger sont très peu associés
aux échanges communautaires ; ceci s’explique par leur vocation de
commercer avec le Nigeria (l’effet frontière).

- les plus grands co-échangistes au sein de la zone sont la Côte d’Ivoire, le
Mali, le Sénégal, et le Burkina-Faso.

Graphique Analyse de l’optimalité de la zone monétaire UEMOA dans un contexte d’intégration 4

Graphique N°4 : Taux d’ouverture par pays

En somme, malgré l’adoption d’une politique commerciale commune, cette
section révèle une faiblesse des échanges commerciaux intra zone. Cette faiblesse
est la résultante de plusieurs facteurs à savoir :

- l’inexistence de débouchés des cultures de rente au sein de la zone ;
- la similitude des dotations factorielles de certains pays qui restreint la diversité
et la complémentarité des productions et rend inopérante la spécialisation sous
régionale ;
- l’inégalité d’application du Tarif Extérieur Commun par les pays. Il est observé
de l’existence d’importantes barrières non tarifaires (normes nationales,
restriction quantitative sur certaines importations, discrimination de traitement
des produits nationaux et régionaux).

La littérature économique sur l’interconnexion des marchés fait ressortir une
forte corrélation entre le marché des biens services et le marché financier. Ceci
parait à priori vrai du fait que le commerce intra zone facilite l’intégration financière et
sera stimulé par elle.

5 Source : rapport du commissariat général du plan 2000
6 Source : OMC/Statistique du Commerce International 2005…

Page suivante : Section 2: Analyse de l’intégration financière dans l’uemoa

Retour au menu : Analyse de l’optimalité de la zone monétaire UEMOA dans un contexte d’intégration