RESUME : Scorpionisme, épidémiologie et facteurs de risque au Maroc : cas de la province de Kouribga

Non classé

L’envenimation scorpionique, par sa fréquence, représente un problème de santé publique au Maroc, où sévissent plusieurs espèces de scorpions dangereux, notamment l’Androctonus mauretanicus, l’Androctonus maroccanus, Butheloides marocanus, Hottentota franzwerneri et Buthus occitanus.

Notre travail entre dans le cadre de la campagne nationale de lutte contre les piqûres et envenimations scorpioniques. Il vise à évaluer la stratégie nationale de lutte contre cette intoxication à travers l’analyse du registre de la délégation médicale de Khouribga en comparaison avec le relevé mensuel. L’objectif spécifique de ce travail est de dresser le profil épidémiologique de la population des piqués et des envenimés dans le but d’améliorer la prise en charge des patients, de réduire la morbidité et la mortalité dues aux scorpionisme.

Nous avons analysé 6011 cas de piqûres scorpioniques durant 5 ans, de 2001 à 2005 relevés à partir des registres de la délégation médicale de Khouribga notifiés au centre anti-poison et de pharmacovigilance du Maroc.

Les résultats de cette étude montrent que la majorité des piqûres coïncide avec la période chaude et principalement la nuit entre 18 et 24 h, le sexe ratio tend légèrement à une prédominance féminine. La distribution de l’âge des piqués suit la pyramide des âges de la population marocaine avec une moyenne d’âge de 26,80 ± 18.58 ans. Le taux d’envenimation est de 8.1 % (classe II + classe III). L’incidence moyenne est de 2.43‰, le taux de létalité est de 0.66% et le taux de mortalité moyen est de 0.016‰.

L’analyse de variance montre que l’âge, la classe d’admission et le temps post-piqûre sont déterminants pour l’évolution des cas de piqûres et d’envenimations scorpioniques.

Le pourcentage de patients n’ayant pas nécessité de traitement a augmenté au cours des années, il est en moyenne de 13%. Le taux d’hospitalisation moyen est de 6.18% et le taux de référence de 8.6%.

La comparaison des années 2001 à 2005 a révélé une amélioration de la conduite à tenir et une diminution de la morbidité et de la létalité.
Une cartographie des incidences, des létalités et des mortalités est dressée en fonction des données nationales du relevé mensuel et est confrontée avec la répartition des espèces scorpioniques du Maroc.

Mots clés :

Epidémiologie – Khouribga – Scorpionisme – Registre – Relevé mensuel – cartographie.

Page suivante : ABSTRACT: Scorpionism, Epidemiology and risk’s factor in Morocco: Case of the province of Khouribga

Retour au menu : Scorpionisme, Epidémiologie et Facteurs de Risque au Maroc : cas de la province de Khouribga