RESUME

Non classé

– La pollution de l’environnement constitue un problème majeur dans les pays en développement. Elle entraine des conséquences néfastes dont certains sont irréversibles. Les facteurs qui influencent la pollution de l’environnement dans nos pays sont notamment la croissance démographique, le développement économique, le développement industriel, etc.

– Les déchets qui résultent de ces activités humaines ne sont pas traités. Ils sont déchargés dans l’environnement sans traitement préalable où ils pourraient conduire à la pollution du sol, de l’eau et de l’air avec des conséquences dangereuses sur l’homme et la biodiversité à travers les infections par les microbes pathogènes, l’accumulation des métaux lourds, l’eutrophisation dans les milieux aquatiques, etc.

– En RDC et particulièrement la ville de Bukavu (commune d’Ibanda), la plupart des déchets produits ne sont pas traités par les autorités formelles ou informelles. Par contre, ils sont jetés dans les cours d’eau, les espaces non construites, le lac, aux bords des routes etc.

– Le problème majeur de la pollution par les DMs serait la diminution de la main d’oeuvre à travers la mortalité et la morbidité mais aussi le déséquilibre des écosystèmes naturels.

– La présente recherche a été motivée par la manière dont la population de la commune d’Ibanda considère les DMs, lors que ces derniers présentent les risques à la santé des êtres vivants.

– Elle a pour but d’évaluer le niveau de connaissances des habitants de la ville de Bukavu sur la gestion des DM. Pour y arriver, un questionnaire d’enquête a été adressé aux ménages de la commune d’Ibanda. La population de cette commune a été regroupée et exprimé par la suite en termes de ménages à partir desquels l’échantillon a été tiré en se référant sur la table d’estimation proposée par Depelteau (2001).

– L’enquête a été réalisée à partir du mois de décembre 2010 jusqu’au mois d’avril 2011.

– Les données récoltés ont été dépouillés à l’aide du software « Epi-info » et analysés à l’aide du test statistique du « Chi-carré ».

– les résultats obtenus ont révélé que Les ménages disposent des poubelles (81.9%) constitués des sacs (62.2%) dans lesquels les DMS sont stockés. Ces poubelles sont placées à proximité des maisons (68.7%) et elles sont vidées une fois la semaine (64%).

– Les poubelles sont vidés dans les jardins (29.4%), les caniveaux (27.7%), les espaces libres (14.9%), les cours d’eau (6%), les rues (5%), etc.

– Les dépotoirs de la ville de Bukavu sont localisés aux bords des rues, des routes, des stades, etc. lorsque le volume des déchets dans les dépotoirs est important, la population recours à l’incinération (56.4%), d’autres parts, les DMs peuvent se décomposer dans les dépotoirs (23.’%).

– Les DMLs sont constitués des eaux usées de lessive, de vaisselle et des toilettes. En effet, les toilettes de la commune d’Ibanda communiquent avec la nappe aquifère. Les familles qui n’en ont pas et qui vivent à proximité d’un canal, des rivières, ruisseaux, le lac Kivu ; etc. libèrent la matière fécale dans l’eau. Ces déchets jetés dans l’environnement pourraient faciliter la propagation des microbes (92.6%) et polluent l’environnement (7.4%).

– A partir des résultats obtenus, il a été constaté que la population de la ville de Bukavu et particulièrement celle de la commune d’Ibanda n’a pas des connaissances suffisantes sur la gestion des déchets ménagers. Cette lacune pourrait exposer la population et la biodiversité aux maladies à travers les infections par les microbes, les MLs et d’autres polluants liés à ces déchets.

– Les résultats de cette recherche pourraient conscientiser les autorités de la ville de Bukavu à initier la campagne de sensibilisation de la population afin de réduire la pollution et les risques liés à la pollution par les DM dans la ville de Bukavu.

Page suivante : ABSTRACT

Retour au menu : ANALYSE DU NIVEAU DE CONNAISSANCES DE LA POPULATION DE LA VILLE DE BUKAVU SUR LA GESTION DES DÉCHETS MENAGERS : CAS DE LA COMMUNE D’IBANDA, SUD-KIVU, RDCongo