Résumé

Non classé

A Madagascar, où 90% de la couverture forestière originelle a déjà été détruite, un plan d’action national pour la conservation des amphibiens a été élaboré. Il incite, entre autres, à mettre en place un suivi sur le long terme de la diversité et des populations d’amphibiens et à s’appuyer sur les ONG pour effectuer ce travail à l’échelle locale.

En ce sens, L’ONG l’Homme et l’Environnement souhaite mettre en place un suivi amphibien sur l’un de ses sites d’actions : la réserve expérimentale de Vohibola qui constitue l’un des derniers fragments de forêt littorale de la côte Est du pays.

Après analyse des indices de biodiversité et de similarité obtenus grâce à un inventaire par transect des sites choisis, quatre sites particulièrement intéressants ont été sélectionnés. Cependant, deux autres sites remarquables ont été repérés en dehors des sessions d’inventaire et d’autres peuvent encore être trouvés.

Cette étude permet également d’adapter à Vohibola le protocole de suivi des amphibiens de l’Homme et l’Environnement, et propose une réflexion sur les mesures pouvant permettre une réelle conservation de cet écosystème.

Mots-clefs : Grenouilles, ONG l’Homme et l’Environnement, Vohibola, transect, indices de diversité, similarité, habitats, gestion des ressources naturelles.

Page suivante : Abstract

Retour au menu : Mise en place d’un suivi amphibien à Vohibola, l’une des dernières forêts humides de la côte Est de Madagascar