Résumé

Non classé

En 1248 dans le duché de Savoie, à la suite de conditions géologiques exceptionnelles, une montagne du nord du massif de Chartreuse s’est écroulée. Plus de 500 millions de m3 de boues et de rochers ont déferlé dans la vallée située en contrebas. Ce formidable glissement de terrain a rayé de la carte toute présence humaine sur 32 Km2. Alors que ces nouvelles terres font l’objet d’âpres batailles entre les royaumes voisins du Dauphiné et de la Savoie, une population nouvelle se fixe et commence à transformer ces « abymes ». Qui sont ces hommes ? Comment choisissent-ils de mettre en valeur ces terres désolées et pourquoi ? Le paysage actuel est-il le reflet de ces pratiques uniques, adaptées à un environnement exceptionnel ? Les prospections de terrain, l’étude des anciens documents planimétriques (dont la célèbre « mappe sarde »), et les dernières découvertes archéologiques permettent de répondre à ces questions, plaçant l’interdisciplinarité au coeur de notre démarche.

Mots clés : archéologie, environnement, géoarchéologie, archéogéographie, histoire du paysage, Savoie, Dauphine, Mont Granier, cadastre sarde, mappe sarde, écroulement alpin

Page suivante : Abstract

Retour au menu : Hommes et paysages sur les pentes reconquises du Mont Granier suite au glissement de 1248