Résumé :

Non classé

Le patrimoine est une notion qui englobe actuellement une multitude d’objets, des objets qui sont destinés à être transmis de génération en génération par ce qu’on leurs associe une ou plusieurs valeurs, la fluctuation de ces valeurs à travers le temps conditionnent notre comportement vis-à-vis de ces objets, et c’est dans le but de les transmettre que ces objets sont conservés, préservés et restaurés.

Dans cette sphère, le patrimoine religieux à une place particulière, son association au divin lui confère une sacralité en plus des différentes autres valeurs qu’il peut posséder, ce qui fait que ce type de patrimoine soit particulièrement sollicité dans les périodes de conflit.

La conversion des lieux de culte est une façon de s’approprier ce patrimoine par une communauté à un moment ou le rapport de force lui est favorable au détriment d’une autre communauté ; Cet acte, ces motivations, son déroulement et sa réception est riche en enseignements par rapport à la relation qu’entretient la société avec son patrimoine, et constitue un tournant dans la transmission de cet objet patrimonial qu’est le lieu de culte.

Les contextes politiques, religieux et sociaux particuliers dans lesquels se déroulent ces opérations, nécessite une approche spécifique à chaque cas, c’est dans cette logique que j’ai choisis de prendre comme cas d’étude la mosquée/cathédrale Ketchaoua à Alger, pour essayer d’analyser les mécanismes qui ont accompagnés les différentes conversions qu’a subi cet édifice et par-là contribuer à la compréhension de la transmission de ce lieu de culte.

Page suivante : Summary :

Retour au menu : CONVERSION DES LIEUX DE CULTE A ALGER DU XVIIIEME AU XXEME SIECLE : CAS DE LA MOSQUEE/CATHEDRALE KETCHAOUA