Préface

Non classé

« […]Ou les fors Vens là dedans enserrez,
Faisans trembler la masse terrienne
(Eprouvé l’as nagueres, Maurienne,
Et toi, Moutier, tant de fois l’as senti)
Applaniront le fais appesanti.
Et de Mians les abiz en font preuve,
Par le debriz, qui ça et là se treuve :
Quand du Rocher la grand’cime partit,
Et tant de bours en abime abbatit.
[…] »

Extrait de La Savoy, 1572
Jacques Peletier du Mans
1517-1582,
Mathématicien, poète et humaniste

Pour l’ensemble du texte des choix d’écriture ont été effectué :

La ville de « Les Marches » est désignée par la ville des « Marches » pour éviter des lourdeurs dans la lecture mais il s’agit administrativement de « Les Marches ».

L’évènement de 1248 est un glissement de terrain, il convient donc de le désigner par « glissement ». Cependant le lecteur trouvera aussi les mots « effondrement », « écroulement », et « éboulement » car ils sont employés dans la bibliographie.

Les « Abîmes de Myans » sont aussi orthographiés sous la forme d’« Abymes de Myans » selon les sources.

La « mappe sarde » est le terme traditionnel savoyard utilisé dans le texte, mais il peut aussi être désigné par « cadastre sarde » sous sa forme francisée.
Les abréviations suivantes sont utilisées :

AMPM : Association Mémoire et Patrimoine de Les Marches
ADS : Archives Départementales de Savoie
AS : Académie de Savoie
SSHA : Société savoisienne d’histoire et d’archéologie

Le lecteur peut se reporter au glossaire en fin de volume qui s’attache aux mots savoyards rencontrés.

L’ensemble des documents d’archives, dont documents planimétriques et photographies personnelles, sont soumis à une autorisation de reproduction accordée par les archives départementales de Savoie et d’Isère.

Page suivante : Introduction

Retour au menu : Hommes et paysages sur les pentes reconquises du Mont Granier suite au glissement de 1248