LES ATTENDUS DE LA REHABILITATION GLOBALE DU PARCOURS VITA.

Non classé

Aujourd’hui la réhabilitation doit redonner un espoir de vie à cette espace .Il ne s’agit pas seulement de réhabiliter les ateliers de sport ou du moins l’essentiel de la destination sportive du PV, au quel cas un pan des atouts et des avantages qui en découlent seraient inexploités .Elle doit prendre en compte toute les composantes fonctionnelles du PV.

Comment mieux appréhender l’importance du PV en l’absence de certaines actions d’envergure à l’instar des infrastructures artificielles, les ouvrages de génie civil, le reboisement pour contrer les effets néfastes de la dégradation et de la destruction, de l’organisation et la création des activités qui relèvent du tourisme, mais sources de revenus et de ressources pour les Collectivités locales ?

Autrement dit il faut investir au PV pour rendre cet espace de vie sauvage fonctionnel et en attendre les retombées. Investir pour la protection et la conservation du PV. Parce que les différentes formations végétales présentes ici constituent un abri sûr et parfait pour de nombreuses espèces animales dont les groupes les plus notables sont les reptiles, les tortues, les rongeurs, les varanidés, les caméléons et des espèces d’oiseaux importantes, les amphibiens, comme les insectes, occupent une place importante dans l’écosystème du PV et représentent des attraits touristiques appréciables qui feraient partie des motivations de déplacement de très nombreux touristes et contribueraient à la promotion de la ville de Douala en particulier et du Cameroun en général sur les marchés internationaux.

Il reviendrait également pour ce faire de valoriser les lacs pour y créer des activités attractives (pêche, courses de pirogues, ballades en pirogue sur les lacs, chasse etc.), redonner à la flore et à la faune une certaine fascination, aménager en plus de la piste de sport avec ses ateliers, des sites et des pistes pour faire des randonnées pédestres et des excursions, repeupler la forêt en espèces d’arbres de nos forêts, et avec des espèces de petits rongeurs et d’oiseaux aquatiques en élaborant des dispositifs de protection pour favoriser ainsi le développement de l’écotourisme qui doit maintenant faire l’objet d’une attention toute particulière des autorités de la Communauté Urbaine de Douala en général et de la Mairie de Douala 5ième en particulier et dont les retombées contribueraient au budget de ces dernières au lendemain de la crise financière mondiale .

Ceci peut être le fait des Organisations non gouvernementales, du Secteur privé ou alors de la Collectivité territoriale décentralisée. Cependant ce sont les pouvoirs publics qui ont la responsabilité première de la gestion du PV, élément du patrimoine national car dans l’exigence de la manifestation de leur volonté de promouvoir des zones de loisirs et d’activités culturelles « la dynamique d’aptitude commande à la ville d’innover en permanence et non seulement de s’adapter. D’anticiper les changements et les mutations et non seulement de chercher à les contrôler111 ». Nous le signalons déjà plus haut, le Bois Sainte Anastasie à Yaoundé, tient son existence aujourd’hui de la volonté forte des pouvoirs publics.

Il est clair que pour la réalisation de certains aspects de cette politique, des moyens financiers accrus devraient être consacrés à la préservation et la conservation de la biodiversité au PV.

A ce propos la réponse à la question de savoir à qui incombe cette responsabilité mérite d’être trouvée. Or très souvent ou pas la préservation de la biodiversité n’a pratiquement pas de place dans l’agenda politique des collectivités locales décentralisées. Pourtant cette situation doit changer. La région et les Communes doivent se doter de moyens financiers suffisants pour pouvoir mener une politique plus dynamique et plus responsable de conservation et protection du PV.

Par ailleurs, la biodiversité est aussi l’affaire de tous, comme le réchauffement climatique, mais ici il faut des incitants, des modèles. Un cadre règlementaire, des incitants financiers comme pour la politique agricole, la sensibilisation et l’information du public en général et des riverains en particulier peuvent faire changer les mentalités.

Page suivante : BIBLIOGRAPHIE

Retour au menu : PROBLEMATIQUE DE LA CREATION DES AIRES PROTEGEES AU CAMEROUN : CAS DU PARCOURS VITA DE DOUALA.