IV.1 – Les besoins énergétiques renforcés pendant l’été

Non classé

La chaleur exceptionnelle en été entraîne une augmentation de consommation d’électricité, les fortes chaleurs obligeant à « fabriquer plus de froid » : les réfrigérateurs, congélateurs, climatiseurs, ventilateurs et instruments industriels de refroidissement ont été en effet pleinement sollicités.

Figure 23 L'adaptation aux conditions climatiques extrêmes en Tunisie Cas des fortes chaleurs

Source : ANME 2009

D’après plusieurs études effectuées par la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG) portant sur l’évolution de la consommation de l’énergie électrique à l’échelle nationale, il s’avère que la courbe de charge électrique est caractérisée par des périodes de pointe au cours desquelles la demande en électricité enregistre des pics.

En fait, la charge maximale annuelle de pointe est souvent enregistrée dans la matinée plus précisément vers midi, en été. Cela s’explique notamment par l’utilisation accrue de la climatisation.

La STEG à effectué en 1998 une enquête à ce propos. Les résultats font ressortir que la puissance des appareils de climatisation est estimée à 350 MW dont 53% relèvent de l’activité des services, 21% chez les clients domestiques et 26% pour le reste des clients. Par ailleurs, et par le passé, plus précisément durant les années 80, la courbe de charge électrique est caractérisée par un pic le soir en hiver, dû à un appel important à la charge pour la consommation domestique (éclairage, télévision…). A partir du début des années 90, une nouvelle tendance commence à se développer.

Figure 24: évolution de la courbe de charge d’électricité en été

Figure 24 L'adaptation aux conditions climatiques extrêmes en Tunisie Cas des fortes chaleurs

Source : ANME 2010(31)

Les explications parues dans les articles de presse de la STEG (32), le pic, appelé pointe du soir, s’est accompagné, à partir de la fin de 1988, d’une nouvelle pointe du jour qui s’étale entre 9h et 13 h et qui a commencé à prendre de l’ampleur surtout durant la saison de grande chaleur. Ce phénomène de pointe du jour est observé surtout durant les mois de juillet et août.

La consommation énergétique du secteur du bâtiment a connu une augmentation importante durant les dernières décennies (ANME, 2010), et continue à progresser d’une manière assez soutenue. Le développement économique soutenu de la Tunisie durant les dernières années, qui a induit une amélioration considérable du niveau de vie des ménages. Ceci a engendré une augmentation notable des besoins de confort, qui se traduits notamment, par un recours de plus en plus important aux équipements de chauffage et de climatisation.

Figure 25 L'adaptation aux conditions climatiques extrêmes en Tunisie Cas des fortes chaleurs

Source : ANME 2010 (33)

Face aux contraintes climatique et aux besoins énergétiques renforcés, l’ANME (Agence Nationale pour la Maitrise de l’Energie) et l’ANER (Agence Nationale des Energies Renouvelables) en 2004(ANER, 2004) ont fait un projet de Réglementation Thermique et Energétique des bâtiments Neufs en Tunisie(RTEBNT) (ANME, 2005).

Le projet a pour objectif la mise en place d’une réglementation pour l’amélioration du confort thermique à l’intérieur des nouveaux bâtiments et la maitrise de la consommation énergétique dans les secteurs résidentiel et tertiaire. Le projet vient d’orienter les architectes vers une conception architecturale bioclimatique par la proposition de modèles architecturaux, des techniques et des matériaux de construction adaptés aux conditions climatiques et socioculturelles tunisiennes.

Un guide du zonage climatique de la Tunisie a été effectué sur la base des valeurs extrêmes de certains paramètres climatiques durant la période froide et chaude trois zones climatiques réglementaires (ZT1, ZT2 et ZT3).

Les axes adoptés dans l’élaboration des zones climatiques sont :

-La présentation des paramètres climatiques de la zone étudiée sans tenir compte des régions présentant des microclimats.
-des réflexions schématiques pour chaque paramètre climatique ayant une influence sur la construction.
-des réflexions schématiques pour les principes de conception architecturale, l’orientation des principes fonctionnels et les exigences de confort.

Figure 26: ZONAGE CLIMATIQUE DESTINE A LA REGLEMENTATION

Figure 26 L'adaptation aux conditions climatiques extrêmes en Tunisie Cas des fortes chaleurs

Source : ANER 2004

Figure 27: ZONAGE CLIMATIQUE DESTINE AUX RECOMMANDATIONS

Figure 27 L'adaptation aux conditions climatiques extrêmes en Tunisie Cas des fortes chaleurs

Source : ANER 2004

Les zonages climatiques sont fondés sur l’analyse du maximum d’ensembles des données climatiques moyennées sur une période d’au moins 5 ans. La période des données métrologiques n’est pas suffisante pour l’élaboration d’un découpage en zones climatiques. Les limites de zones climatiques ne peuvent pas être synchronisées avec les limites de la carte administrative. Le projet ne prend pas en considération, ni les modifications des milieux urbains qui influencent les microclimats ni les modes d’adaptation dans chaque région climatique.

Le projet d’outils d’aide à la conception de bâtiments économes en énergie est un guide de réflexion architecturale se base sur l’approche de l’atténuation de consommation d’énergie et non pas par une conception bioclimatique sans climatisation.

30 Agence Nationale pour la Maîtrise de l’Énergie : Plan solaire Tunisien
31 Agence Nationale pour la Maîtrise de l’Énergie : Programme d’Efficacité Energétique en Tunisie
32 Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz
33 Agence Nationale pour la Maîtrise de l’Énergie : Programme d’Efficacité Energétique en Tunisie
(*) Ktep : La tonne d’équivalent pétrole (symbole tep) est une unité d’énergie d’un point de vue économique et industriel. Elle vaut, par définition, 41,868 GJ (10 Gcal), ce qui correspond au pouvoir calorifique d’une tonne de pétrole. Elle sert aux économistes de l’énergie pour comparer entre elles des formes d’énergie différentes. Les équivalences sont calculées en fonction du contenu énergétique ;ce sont des moyennes choisies par convention. Les multiples les plus utilisés sont : la kilotonne équivalent pétrole (ktep) : 1 ktep = 1000 tep .la mégatonne équivalent pétrole (Mtep) : 1 Mtep = 1 000 ktep = 1 000 000 tep. Encyclopédie scientifique : www.techno-science.net

Page suivante : IV.2 - Forte consommation en eau :

Retour au menu : L’adaptation aux conditions climatiques extrêmes en Tunisie: Cas des fortes chaleurs