INTRODUCTION

Non classé

L’accession des pays africains à l’indépendance au cours des années 60, est perçue comme un tournant décisif pour la prospérité de cette partie du monde. Ce processus di de décolonisation, marque la fin d’une époque de dépendance de ces pays africains vis à vis de la communauté occidentale, et traduit pour eux, un point de départ, pour s’affirmer et s’arroger en toute autonomie leur responsabilité pour entrer dans le concert des nations. Il revient donc, aux peuples de ce continent de prendre désormais en main la destinée de leurs pays et, de travailler pour leur mieux être.

États libres, les pays africains nouvellement indépendants, se sont accordés pour relever le défi de leur dépendance économique de la période coloniale(1); ainsi, on assiste à la diversification des activités économiques avec la promotion du secteur industriel, dirigé par les gouvernements avec bien sûr l’aide internationale au développement. Mais très tôt, cette «économie d’indépendance» va connaître un ralentissement, dû au coût de l’endettement, des crises pétrolière et économique des années 70. Cette carence qui s’est installée, va se poursuivre jusqu’au milieu des années 80, marquée d’une part, par des taux de croissance faibles ou négatifs suivant les pays et, d’autre part par des résultats quasi totalement négatifs du fait, de la dégradation des termes des échanges et de grandes sécheresses qui ont marqué cette période.

Pour une seconde fois encore, les gouvernements des pays africains vont faire recours aux crédits fournisseurs et à des emprunts commerciaux(2) pour tenter de surmonter cette crise éphémère, croyaient-ils, mais qui malheureusement va s’installer pour longtemps, entraînant un taux d’intérêt élevé.

L’accumulation des arriérés de paiement de crédits et, l’accroissement des taux d’intérêt des emprunts s’accompagnent d’une baisse de subvention aux activités sociales. Les entreprises publiques et para publiques n’étant pas épargnées, on note une baisse de la productivité, de la compétitivité, un effondrement de l’exportation d’où un déséquilibre de la balance commerciale. Les budgets nationaux aux investissements s’effondrent.

A l’intérêt économique s’ajoutent l’intérêt politique et d’intégration régionale; après concertation, les pays africains vont créer des organisations régionales et sous régionales, dont la principale est l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) (3), qui a vu le jour en 1963 pour devenir l’Union Africaine (UA) en 2002.

Avec une superficie de plus de 30 millions de km², l’Afrique représente 6% de la surface terrestre, 20% des surfaces des terres émergées, bordée au Nord par la méditerranée, au Nord-est par la mer rouge, au Sud-est par l’Océan Indien et à l’Ouest par l’Océan atlantique. Les frontières de l’Afrique(4) définies en grande partie par la colonisation, répartissent le continent en trois régions :

• l’Afrique du Nord limitée au sud par le Sahara;
• l’Afrique Australe;
• l’Afrique Subsaharienne (AFSS), elle même répartie en Afrique de l’Est, Afrique de l’Ouest et Afrique Centrale.

Réparti entre la sécheresse dans les États du Sahel et la désertification dans les pays dits de la corne de l’Afrique(5), l’environnement de l’Afrique reste soumis à une forte démographie et à des activités humaines intenses, sans compter les catastrophes naturelles qui y sont relevées.

Les ressources environnementales représentent une part importante dans le développement de l’Afrique : forêts et régions boisées, hydrographie et climat, le tout, favorable au tourisme, à l’industrie minière, à l’extraction des ressources énergétiques mais surtout à l’agriculture, considérée comme l’activité économique principale de survie de plus de 200 millions de personnes. Les potentialités de ressources naturelles dont elle regorge sont de l’ordre de 30% des réserves mondiales de minéraux : 40% d’or, 40% de diamants, 60% de cobalt, 90% de platine, 10% de pétrole(6).

Si l’environnement en Afrique joue un rôle important dans le développement économique et social, cependant il croule sous le poids de la démographie car, de nombreux ménages utilisent des biocombustibles comme source d’énergie ; ce qui entraîne la pollution, la déforestation avec des répercussions sur la santé des personnes vulnérables qui sont le couple mère–enfant.

Avec une population caractérisée par son extrême jeunesse (45% de moins de 15 ans), l’Afrique est l’un des continents qui a le taux de natalité le plus élevé au monde. De 143 millions d’habitants en 1920 à 222 millions en 1950, la population de l’Afrique augmente de 2,4% par an, soit environ 15 millions d’habitants de plus par an, pour une population d’un milliard d’habitants en 2010; une démographie en constante progression(7). L’accroissement de la population africaine ainsi élevée, ne va pas sans effets :

• Demande accrue des terres cultivables, entraînant la déforestation ;
• pression démographique sur l’environnement avec ses corollaires la dégradation des sols cultivables et une baisse de la productivité ;
• accentuation de la pauvreté qui occasionne la vulnérabilité au sein de la population et contribue à un déséquilibre du bien-être social.

Cependant, en dépit d’un fort taux de natalité et d’une expansion démographique enregistrés au cours du XXème siècle, l’Afrique reste le continent le moins peuplé par le fait des facteurs climatiques, rendant la vie difficile et des facteurs historiques c’est à dire, la traite négrière qui a fortement déséquilibré le ratio homme/femme, ayant entraîné une baisse de la reproduction, deux siècles durant.

En Afrique, la croissance démographique et la croissance économique ne suivent pas la même cadence; la première évolue à un rythme exponentiel tandis que la seconde, victime des contraintes environnementales, structurelles voire sociopolitiques, est à la traîne. Et cet écart qui s’installe entre démographie et développement ne va pas sans conséquence sur la croissance économique de l’Afrique(8).

Au regard des atouts et carences relevés sur ce continent, on peut dire que l’Afrique d’aujourd’hui n’est pas en bonne posture par rapport à l’époque de l’indépendance. Elle doit faire face aux défis internes qu’ils soient d’ordre institutionnel, social, infrastructurel mais surtout sécuritaire.

Sur le plan institutionnel, l’intégration régionale occupe le cœur des actions que doivent mener les dirigeants africains suivant le principe de l’Union Africaine (UA) (9). La lenteur relevée dans les mécanismes de mise en œuvre des visions globales et communautaires pour le développement de l’Afrique, doit être prise en compte dans tous les débats et à différents niveaux. Nombreux sont aussi les États africains qui doivent aujourd’hui, faire face à un ensemble d’échecs dans la conduite de leurs programmes d’action.

Les décisions monolithiques des pouvoirs publics, contribuent à l’exclusion des acteurs de développement tels que les collectivités locales, la société civile, les acteurs socioprofessionnels et politiques ; ce qui engendre la corruption, la gabegie, facteurs indéniables de dysfonctionnement qui met en péril la légitimité de l’État.

C’est à ce titre que la mise en œuvre du Programme d’Ajustement Structurel (PAS) (10), au début des années 80, suivie de celle du Document Stratégique de Réduction de la Pauvreté (DSRP) expriment le souci des partenaires des pays africains, à briser ce « mythe » selon lequel, seul l’État est gestionnaire de la chose publique.

La bonne gouvernance, axe prioritaire dans le processus de relance de l’économie africaine constitue le mot clé d’un partenariat jugé crédible, efficace et durable. Des actions menées en accord avec les partenaires ont permis d’atteindre un niveau de croissance de 4,8% au cours de la période de 1999-2009(11).

Sur le plan social, plus de 45% de la population de l’Afrique subsaharienne vit au dessous du seuil de pauvreté avec moins d’un dollar par jour. Le chômage a atteint plus de 20% voire 30% en milieu urbain en 2008. La pandémie du VIH/SIDA dont le taux de prévalence varie suivant les pays, est plus élevé au sein de la population active soit environ 27 millions de personnes touchées; le paludisme, les maladies d’origine hydrique, l’insuffisance de ressources dans la prise en charge des complications gynéco-obstétricales, ne font qu’accroître le taux de mortalité infanto-maternelle.(12) L’interconnexion routière reste un problème majeur du fait des dégradations dues à l’érosion, au manque d’entretien ; ces routes sont souvent non bitumées.

L’Afrique subsaharienne qui concentre la majorité des 54 pays que compte le continent, apparaît comme le sous continent le plus pauvre de la planète, et présente tous les aspects du sous développement13, alors que l’Afrique du nord tournée vers la méditerranée, a un niveau de développement plus avancé. L’Afrique subsaharienne reste la partie de l’Afrique où la croissance du niveau de vie de la population est le plus faible depuis plus de 20 ans, continent dont les États sont les plus récents et où la population est la plus jeune.

Toutefois, de l’analyse de sa physionomie et de ses valeurs intrinsèques, on affirme que l’Afrique est nantie de potentialités naturelles, capables d’assurer sa prospérité économique et lui offrir un développement harmonieux, durable pour ses populations.

Problématique

Aujourd’hui, c’est en Afrique subsaharienne(AFSS), pauvre, que les conflits armés, y sont fréquents(14). Des actes criminels isolés à des affrontements armés intensifs, un pays africain sur quatre à ce jour, est en état de conflits, avec le nombre des victimes supérieur que dans les autres pays du monde.

Au départ, la raison qui a orienté cette étude est de savoir, pourquoi, cette ambivalence sur un même continent ; l’une tournée vers la recherche constante de la prospérité, alors que l’autre « entretient l’instabilité et la régression»? Quelles sont les motivations réelles de ces conflits armés qui se déroulent de plus en plus à l’intérieur des territoires africains? Comment ces conflits armés sont-ils vécus de l’intérieur et de l’extérieur?

Chercher à répondre à ces questions, ne donne pas de satisfaction immédiate, même si de nombreux travaux et ouvrages existants fournissent des éléments de réponse à ce sujet. L’objectif recherché par cette étude étant d’attirer l’attention de la communauté internationale à adopter une nouvelle méthode d’approche dans la gestion des conflits armés qui sévissent en Afrique et, explorer de nouvelles pistes pour prévenir d’éventuels conflits.

Pour aborder les différentes questions soulevées, il parait judicieux de passer en revue les analyses contemporaines sur les questions africaines, lesquelles analyses mettent en lumière les caractéristiques des situations qui se trouvent sur ce continent.

Intérêt du sujet

Par des travaux antérieurs, essais, analyses géopolitiques, littératures franco africaines, des réflexions ont été poussées sur le caractère conflictuel de la situation de l’Afrique.

Dans son ouvrage, «l’Afrique noire est mal partie», René Dumont(15) dévoile déjà les maux, probables sources des conflits armés (CA) de l’Afrique située au sud du Sahara; de la stigmatisation des méfaits de la colonisation à la tragédie de la gouvernance des dirigeants africains, en passant par les rivalités internes, cet agronome avait «prédit» la naissance des conflits armés en Afrique subsaharienne. Le colonialisme affirme-t-il, a apporté une désorganisation dans la société africaine, en imposant de nouvelles formes de cultures agricoles ne pouvant pas permettre de diversifier les revenus des populations.

Avec le départ de l’administration coloniale dirigée par les français, belges et portugais, laissant routes, ports, infrastructures de base…… les administrateurs locaux très peu nantis, se retrouvent avec des charges face auxquelles ils affichent de l’incohérence. Comparativement avec certains pays de l’Asie, telle la Corée, ravagée par la guerre, ne disposant d’aucune ressource, et qui est devenue aujourd’hui l’une des puissances économiques au monde(16), l’Afrique souffre de manque de vision de ses dirigeants, à œuvrer pour améliorer l’environnement socio-économique et à promouvoir une société riche et saine pour leurs populations.

S’engageant sur le même axe, Tshikala Kazémbé. Biaya dans « Dérive épistémologique et écriture de l’histoire de l’Afrique contemporaine », met en exergue « l’élégance de la construction théorique et la pertinence du concept de la post colonie » d’Achille Mbémbé et le « nihilisme nietzschéen » de Foucault; des analyses qui se confrontent, mais qui, du point de vue historiographique se complètent pour décrire les facteurs des conflits armés en Afrique.

Ces points de vue soulèvent la question du mécanisme de « commandement » en Afrique post coloniale, l’existence des divisions d’oppositions sociales et politiques, antagonistes que la réalité africaine tend à occulter. Dans cette Afrique poursuit-il, existe la notion du « pouvoir ethnique », très active dans la société africaine.

Pour de nombreux leaders africains, l’indépendance apparaît comme une fin en soi ; alors qu’elle se caractérise par une insuffisance de connaissance de ceux-ci en la matière, ce qui a fini par les rendre inactifs. Les conférences internationales, régionales, sous régionales qui ont lieu à propos des CA en AFSS, ont attiré notre attention sur l’instabilité dans laquelle se trouve cette partie du continent. Ces travaux et assises ont suscité en nous une ardeur d’effectuer des recherches pluridisciplinaires (politique, diplomatie, économie, sociologie, droit…) afin de mieux appréhender les motivations de ces CA dans leur ensemble, leur mode de déroulement et la manière dont ils sont perçus et gérés par la communauté internationale (CI).

Hypothèse

Au cours des échanges exploratrices à propos de cette étude, de nombreux avis ont révélé que, les conflits armés en Afrique subsaharienne entament avant tout sa stabilité, sa sécurité à travers les pays affectés avant de s’élargir au delà des frontières. Ces conflits créent un déséquilibre socio-économique qui entraîne à son tour, des insuffisances de ressources avec leurs corollaires (chômage, pauvreté, immigration……).

Au moment où chaque nation travaille pour être au rendez vous de la mondialisation, les CA en AFSS constituent la barrière aux nombreux pays de ce continent. Afin de trouver des solutions idoines aux CA qui sévissent en Afrique subsaharienne, l’attention de la communauté internationale doit être attirée de manière à développer des actions transversales, au regard du chapitre VII de la charte des Nations Unies(17). De telles options exigent de lourds investissements certes, mais les résultats escomptés produiraient des effets bénéfiques pour l’ensemble de la communauté.

Pour certains interlocuteurs qu’ils soient internes ou externes, les conflits armés en Afrique subsaharienne se décrivent comme conséquence de lutte aux intérêts; c’est en neutralisant cet élément, qu’on arriverait à réduire les risques de conflits dans cette partie du continent.

Ces différentes réflexions nous ont conduit à soulever quelques hypothèses :

• Les CA en Afrique sont le fruit de la colonisation et de la guerre froide ;
• Les conflits armés en Afrique subsaharienne sont l’expression de nature des régimes politiques (autoritarisme), de l’injustice sociale, de l’inégalité, de la mauvaise gouvernance ;
• Les conflits armés en Afrique se développent de plus en plus en dépit des efforts de la communauté, du fait de l’insuffisance d’une action préventive dans la gestion de ces conflits. On pourrait aller loin en ajoutant que certains conflits se produisent sous l’impulsion de l’ingérence de la communauté internationale (Côte d’Ivoire, Libye) ; et que dire des printemps ou révolutions arabes ? Doit-on y voir une similitude avec le printemps démocratique qui s’est déroulé à partir du début des années 1990 en Afrique subsaharienne ?

Pour répondre à ces hypothèses, des questions ont été soulevées au cours de la recherche.

1 – En quoi la colonisation et la guerre froide sont considérées comme facteurs favorisant les conflits armés en Afrique subsaharienne ?
2 – Comment les conflits armés sont- ils décrits comme l’expression des régimes autoritaires, de l’injustice sociale, de l’inégalité et/ou de la mauvaise gouvernance ? Cette question nous a permis de placer les conflits armés au cœur de la revendication sociale ou politique et, de vérifier si les recours aux armes apportent comme le prétendent certains acteurs, un équilibre politique ou l’égalité sociale.
3 – Pourquoi la communauté internationale peine t- elle à juguler la flambée des conflits armés en Afrique, malgré l’existence des moyens juridiques internationaux de prévention et, d’importante mobilisation des ressources humaines, matérielles et financières ?

Méthodologie

La méthodologie utilisée pour effectuer ce travail comporte trois volets :

La recherche documentaire, les entrevues avec les responsables des organisations humanitaires, les chefs de mission de maintien de la paix et responsables gouvernementaux, l’analyse des sites des organisations internationales et régionales. La volonté que nous avons affichée dans cette démarche est de disposer des informations les plus récentes sur la question.

La consultation documentaire nous a permis de parcourir un nombre assez conséquent de documents (ouvrages, rapports, thèses, mémoires, articles et revues de presse). Cela a été une grande source de découverte et d’édification; cependant, des ouvrages parcourus, aucun n’a abordé le thème comme nous l’avons formulé. Par le biais de l’internet, nous avons obtenu des informations récentes sur les CA qui se déroulent en AFSS, leurs conséquences et les mécanismes mis en œuvre par la CI pour les régler.

Les entrevues ont eu lieu avec des autorités gouvernementales et militaires, les représentants des missions de la paix, les responsables de la société civile et d’organismes humanitaires que nous avons rencontrés lors des différentes missions effectuées, dans une dizaine de pays africains ayant vécu les CA. Partant d’une démarche professionnelle, ayant pour but initial de mener une réflexion sur les rebellions armées en Afrique, l’objet de notre recherche va s’élargir aux conflits armés en Afrique, vu l’intérêt que cela présente pour nous, d’en faire un sujet de mémoire pour le Mastère supérieure. Ainsi, l’apport de nos interlocuteurs nous ont permis de bâtir l’architecture de notre travail.

• Les responsables des Organisations non gouvernementales (ONG) ou agences humanitaires constituent les principaux acteurs qui travaillent pour soulager la souffrance des populations civiles, victimes de ces conflits, en leur apportant aide et soutien pour leur survie et le cas échéant, pour leur réinstallation;
• Quand bien même qu’ils se déclarent sous la coupe de la neutralité et de réserve, les chefs de mission des opérations de maintien de la paix (OMP) nous ont confié des témoignages percutants sur le rôle de leur missions et la place qu’elles occupent dans la stabilisation de la paix dans les pays en conflits, et ce qu’ils attendent des acteurs nationaux avant, pendant et après ces conflits. Ceux- ci étant des représentants de la CI, traduisent en actes, les réflexions et point de vue de ladite communauté.
• Avec les responsables gouvernementaux dont nous -même sommes l’un des acteurs, l’échange a permis de mettre sur table, les difficultés auxquelles font face les institutions gouvernementales dans la gestion des crises qui secouent leurs pays; c’est l’occasion de relever, comment les pouvoirs publics s’impliquent dans la recherche des voies et moyens pour préserver la paix dans leur pays et, quels sont leurs limites.

En tout état de cause, pour arriver à ce travail il nous a fallu du courage pour affronter certains débats qui pourraient fléchir notre élan, de la discipline dans notre démarche pour évoluer dans la collecte des données et, de la patience pour obtenir des informations recherchées tout en sensibilisant les uns et les autres, sur la portée de notre projet qui vise à apporter une contribution aux efforts qui se font quotidiennement, pour régler les CA en AFSS.

Plan du mémoire

Aborder la question des CA en AFSS sans faire de détour sur la nature des conflits qui ont émaillé le continent au cours des XIXème et XXème siècles, c’est biaiser le fondement de notre travail. Après avoir passé en revue ce que c’est un conflit et ses différentes formes qui ont marqué l’époque contemporaine, (Chapitre. I), on évoquera les CA et leur déroulement en AFSS dans un cadre sociopolitique, allant de la période coloniale à l’indépendance, marquée par la lutte de libération, la lutte pour le leadership ou l’expression de la guerre froide (Chapitre. II).

La décennie 90 marquée par l’avènement de la démocratie dans les pays africains, a vu la flambée des CA. La question soulevée et développée dans cette deuxième partie, s’intéresse à la multiplicité des CA en AFSS pendant cette période; comment ces CA se développent-ils, qui les mènent, autant d’interrogations qui sont soulevées (Chapitre III). C’est aussi l’occasion de relever les impacts des affrontements armés sur les sphères socio – économique et environnementale (Chapitre IV).

L’inventaire de l’implication de la CI dans la gestion de ces CA, caractérisée, par les OMP, l’aide au développement en post conflits (Chapitre V) et, l’aspiration des peuples à vivre une paix durable avec la contribution de la CI (Chapitre VI), constituent le point culminant de ce travail.

1- Bureau sous régional de l’Afrique Centrale-CEA, NEPAD et la réflexion sur le développement, In : Hakim Ben Hammouda/Moustapha Kasse (dir.), p. 135-150.
- Commission Économique pour l’Afrique des Nations Unies (CEA), le NEPAD et les enjeux du développement en Afrique, Maisonneuve et Larose, Paris, 2002, p.127-133 ;
2- Rose TORE, Afrique Subsaharienne : de la crise au redressement, séminaires du Centre de développement, OCDE, 1985, p. 16-22
3– Création de l’Organisation de l’unité africaine-25 mai 1963 ; www.linternaute.com
4- Gilbert COMTE, L’empire triomphant, Denoël, 1988, page 41-44, 333-335; Henri Wesseling, Le partage de l’Afrique 1880-1914, Denoël, 1996, p. 159-164; Adam Hochschild, Les fantômes du roi Léopold, Belfond, 1998.
5- PNUE, l’avenir de l’environnement en Afrique, notre environnement, notre richesse, synthèse, première édition, 2006, 36 p.
6- Pierre Paul DIKA, l’appropriation des ressources énergétiques en Afrique : source de conflits ? p.1-9 ; www.institutidrp.org.
-Union Africaine, les ressources minérales et le développement de l’Afrique, rapport du Groupe d’études international sur les régimes miniers de l’Afrique, addis Abeba, 201, p.31-32
7- Nations Unies, perspectives de la population mondiale, la révision de 2006, résumé, ST/ESA/SER.A./261/ES, New York, 2007, 21p.
- Afrique subsaharienne, la population de l’Afrique subsaharienne devrait doubler d’ici à 2036, 1er avril 2008. www.worldbank.org.
8- Momar-Coumba DIOP (éd.), Sénégal. Trajectoires d’un Etat, Dakar/ Codesria, 1992, p.177-204
- Dominique TABUTIN, les transitions démographiques en Afrique subsaharienne. Spécificités, changement….et incertitudes, actes du congrès international de la population, Beijing UIESP, vol 1, 199, p.219-247.
9- Union Africaine, Acte constitutif, article 3 définissant les objectifs de l’UA, Lomé, juillet 2000.
10- Robert HIRSCH, Ajustement structurel et politiques alimentaires en Afrique subsaharienne, politique africaine, p.17-31, http://www.politique-africaine.com.
11- Nations Unies, vingt-neuvième réunion du Comité d’experts, Conseil Économique et Social, Conseil Économique pour l’Afrique, Lilongwe, 22 février 2010
12- Ibid.
13- Fonds Monétaire International(FMI), promotion de la croissance en Afrique subsaharienne, les leçons de l’expérience, dossiers économiques n°23, août 2000, p. 1-4
14- Banque Mondiale, Afrique subsaharienne, conflit et développement. www.worldbank.org
15- René DUMONT, l’Afrique noire est mal partie, Edition du Seuil, Paris, 1962,287p.
16- La Corée du Sud, une nouvelle puissance économique, déc.2007, www.coree.aujourdhuilemondecom/la-coree-du-sud
17- Le Conseil de sécurité constate l’existence d’une menace contre la paix, d’une rupture de la paix ou d’un acte d’agression et fait des recommandations ou décide quelles mesures seront prises conformément aux Articles 41 et 42 pour maintenir ou rétablir la paix et la sécurité internationales.

Page suivante : PREMIERE PARTIE : GENERALITES SUR LES CONFLITS ARMES

Retour au menu : LES CONFLITS ARMES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE, UN DEFI POUR LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE