Introduction

Non classé

Le monde de la finance aujourd’hui en pleine mutation voit s’affirmer de plus en plus la finance islamique qui a fait son petit bout de chemin des années 70 à nos jours.

En effet, les institutions financières islamiques attirent aujourd’hui l’attention de tous les acteurs du monde de la finance. Le 17 Octobre 2007 la commission des finances présidée par Mr jean Arthuis présentait devant le sénat français un rapport qui témoignait de la croissance de 15 % par an de la finance islamique. La direction générale du trésor et de la politique économique (DGTPE) en France, évalue la valeur des actifs gérés par les institutions financières islamiques dans le monde à 500 milliards de Dollars et l’agence de notation financière Standard & Poor’s estime les investissements financiers de ces institutions dans le monde à plus de 350 milliards de Dollars. Cela est lié à la performance financière grandissante des établissements financiers islamiques et à l’originalité de leurs moyens de financement et d’investissement. L’invention de ces instruments de financement et d’investissement qui sont à l’origine de ces résultats, est le fruit de l’ingéniosité des théoriciens de la finance islamique qui se trouvent face à des contraintes religieuses et sociales.

Après s’être développées dans le monde arabe, les banques islamiques ont entamé leur expansion dans les pays occidentaux et dans quelques uns d’Afrique en particulier en Afrique occidentale et au Maghreb.

L’importance de la finance islamique sur le continent africain s’exprime aujourd’hui à travers la 32ème réunion du groupe de la Banque islamique de développement (BID) qui s’est tenue à Dakar du 26 au 29 Mai 2007. Cette réunion a permis de soulever un certain nombre d’interrogation concernant la situation économique et financière du continent africain. Au cours de ces quatre jours de discussion, la BID a décidé de lancer un fonds de solidarité avec un objectif de 10 milliards de Dollars pour lutter contre la pauvreté dans les pays sous développés. En dehors de cela, la BID dans le cadre de la coopération entre cette institution et les pays de la sous région, a investi des centaines de millions de Dollars dans les différents secteurs dans ces pays.

Ainsi les institutions financières islamiques qui étaient carrément inconnues, prennent petit à petit les devants de la scène en disputant des parts de marchés avec les banques conventionnelles de la place. Ces dernières solidement positionnées sur ce secteur d’activité grâce à des années d’expérience n’entendent pas faciliter la tâche aux banques islamiques.

C’est pour cette raison que les banques islamiques pour assurer la pérennité de leurs activités, doivent s’adapter à la demande du marché. Ce qui implique que les banques islamiques doivent adopter une stratégie marketing très active et proposer aux clients en particulier les PME des services de qualité. En d’autres termes les banques islamiques doivent se tourner vers les PME qui représentent une part de marché très important.

En effet, les financements islamiques seront les bienvenus pour les PME de la sous région qui pour la grande majorité, subissent de plein fouet la conjoncture économique. Evoluant dans un mieux de libre échange où la compétition entre les entreprises est de plus en plus rude, où le protectionnisme économique et le cloisonnement des marchés sont devenus des pratiques caduques, les PME souffrent aussi de manque de financement de la part des banques.

Les conditions de survie dans ce milieu d’intense concurrence pour une entreprise étant la pratique régulière de l’investissement pour s’adapter à la demande du marché ; Où trouver ces financements ? Quelles sont les conditions d’obtention de ces financements ? Ce sont là des questions que se posent les dirigeants d’entreprise.

Et cette situation risque d’être encore plus difficile car, le 31 Décembre dernier pris fin l’accord de l’Europe – ACP (Europe – Afrique – Caraïbe) signé à Lomé au Bénin il y a de cela quelques années. Comme solution de rechange l’union européenne propose les accords de partenariat économique (APE), des accords très sévèrement critiqués par la majorité des Etats africains concernés. La conséquence est que si ces accords étaient signés, les PME européennes pourront exporter leurs produits en Afrique sans aucune restriction. Or la situation inverse est pour le moment simplement impossible car nos entreprises sont encore trop faibles et n’ont pas accès aux nouvelles technologies de production.

Cette situation fait ressortir la nécessité du financement des PME par les banques locales. C’est donc pourquoi nous avons décidé d’étudier les possibilités de financement des PME par les banques islamiques en essayant de voir si possible le cas de la Banque islamique du Sénégal (BIS).

Page suivante : Ière Partie : Cadre théorique et méthodologique

Retour au menu : Banques islamiques : Les principes de base et les modes de financement islamiques proposés aux PME (la BIS en exemple)