III.4. COMMENTAIRE SUR LES CHIFFRES FRAPPANTS

Non classé

Par ordre décroissant, les proportions ci-haut peuvent être classées de la manière ci-après pour nous permettre d’identifier la manière dont les entités se sont suivies dans la participation à la mobilisation des recettes du Trésor Public pendant ces trois ans. Les numéros d’ordre dans le tableau suivant correspondent également aux pourcentages de la dernière colonne et aux places respectivement occupées par chaque secteur. Ainsi par exemple, le numéro 1 est celui correspondant à l’entité qui a occupé la première place dans la mobilisation des recettes publiques de la DIPROFIN Nord-Kivu c’est-à-dire la DGI Goma qui, à elle seule, a réalisé 65,67% des recettes totales. Il en est de même pour les suivants.

Tableau N° 23 Les recettes réalisées par entité par ordre décroissant c’est-à-dire du plus grand au plus petit :

Les recettes réalisées par entité par ordre décroissant c'est-à-dire du plus grand au plus petit

Source : Conçu par nous-même à partir du tableau précédent.

Dans ce tableau, la DGI occupe la première place. Par contre, à la queue nous retrouvons les Territoires de Rutshuru, Lubero, Masisi et Walikale ; territoires dans lesquels les groupes armés opèrent depuis des années, empêchant ainsi le Trésor Public de recouvrer ses recettes. Ceci vient confirmer notre deuxième hypothèse. De la même observation, certaines entités occupent une place négligeable sur cette échelle pendant que ce sont de grands secteurs générateurs des recettes, ceci confirme les troisième et quatrième hypothèses car, réellement les cases ne sont pas vides parce que rien n’a été perçu mais simplement parce que certains CP n’ont pas de bonne volonté de contribuer à la maximisation des recettes publiques mais aussi il existe un certain relâchement de la part de ceux qui sont chargés de sanctionner les débets ou irrégularités dans la comptabilité publique.

Page suivante : CONCLUSION GENERALE

Retour au menu : DIVISION PROVINCIALE DES FINANCES DU NORD-KIVU ET MOBILISATION DES RECETTES PUBLIQUES, de 2006 à 2008