III.1. Stationnarité des séries

Non classé

Cette section vise à tester la stationnarité en panel des variables expliquées et explicatives du modèle. Si les variables sont stationnaires, on peut s’assurer sur la fiabilité des résultats des régressions. En effet, le test de stationnarité permet d’éviter le risque de régressions fallacieuses entre les variables endogènes et les variables exogènes. Les différents tests de stationnarité ont été effectués sous le logiciel Eviews 5. Les tests de racine unitaire de Im, Pesaran et Shin (2003), Hadri et Breitung ont été appliqués sur l’ensemble des variables du modèle. Tous ces tests révèlent que les variables Cr, IDE, ID, EPARGNE, INTERET, OUV, EXPORT, KH sont stationnaires à niveau tandis que les variables CREDIT, PIBH, URBAN, IDF, TCHANG sont stationnaires en différences premières, hormis la variable URBAN qui ne devient stationnaire qu’en différence seconde(21). Dans les estimations, les variables non stationnaires ont été rendues stationnaires en différence première excepté la variable URBAN qui a été transformée en différence seconde, alors que les autres variables stationnaires à niveau ont été maintenues.

Tableau n°2 : Tableau synthétique des tests de stationnarité des variables

Tableau synthétique des tests de stationnarité des variables

Source : Construit à par des résultats des tests de stationnarité sur Eviews 5.

NB : *** et ** désignent respectivement les variables stationnaires à 1% et 5%.

21 Etant donné que les résultats sur la stationnarité des variables divergent parfois en fonction de la méthode appliquée (Im, Pesaran et Shin, Levin, Hadri, Breitung), une variable n’est stationnaire qu’à partir du moment où deux tests au moins sur les trois indiquent que la variable ne possède pas une racine unitaire.

Page suivante : III.2. Méthode d’identification du modèle

Retour au menu : LES INVESTISSEMENTS DIRECTS ETRANGERS DANS L’ESPACE UEMOA : DETERMINANTS ET ANALYSE D’IMPACTS