II.6. Aspects étio-pathogéniques des malformations

Non classé

Malformations : causes intrinsèques (constitutionnelles – endozygotiques)

II.6.1. Malformations d’origine génique

Mutations mendéliennes :

- Transmission autosomique dominante
Exemple : certaines polydactylies isolées ou ectrodactylie [absence de 1 ou plusieurs doigts -
ectro = avorter]

- Transmission autosomique récessive
Exemple : syndrome de Meckel – Gruber

- Transmission récessive liée à l’X
Exemple : hydrocéphalie par sténose de l’aqueduc de Sylvius au cours du Syndrome de
BICKERSADAMS ; syndrome de l’X Fragile.

Anomalies dûes à une empreinte parentale :

La disomie uniparentale (isodisomie) est une maladie autosomique récessive dans
laquelle une paire de chromosomes est du même parent (par opposition hétérodisomie
= 2 Chr différents du même parent)

- L’empreinte parentale est la conséquence de l’inactivation du gène de l’un des 2
parents (existence de différences fonctionnelles entre gènes paternel et maternel)
Exemple : Le Syndrome de Wiedemann-Beckwith : macrosomie (viscéromégalie) :
macrosplanchnie, omphalocèle, gigantisme, macroglossie, souvent hémi-hypertrophie,
dysmorphie faciale. Par ailleurs hypoglycémie néonatale (nésidioblastose), cytomégalie
surrénalienne et pancréatique. Ce syndrome prédispose à des tumeurs malignes :
néphroblastome (pouvant être bilatéral), hépatoblastome, corticosurrénalome,
gonadoblastome et gliomes. Il est en général sporadique (formes familiales occasionnelles).

- Le mosaïcisme : présence de deux populations cellulaires (ou plus) ayant une formule
chromosomique différente. Répartition variable dans l’oeuf : soit généralisée (à
l’embryon et au placenta, soit limitée (confinée) au placenta, ou à l’embryon
(rarissime).

II.6.2. Malformations d’origine chromosomique

Elles concernent 1% des naissances ; une place à part aux micro-délétions qui peuvent être à
l’origine de polymalformations.

Elles sont dans la grande majorité des cas accidentelles (non-disjonction lors de la méïose) et
donc non reproductibles dans la fratrie.

Les malformations isolées et les monstruosités ne s’accompagnent pas d’anomalie
chromosomique.

Exemples de syndromes malformatifs d’origine chromosomique : Trisomie 21 (syndrome de
Down) ; Trisomie 13 (syndrome de Patau) ; Trisomie 18 (syndrome de Edwards)

II.6.3. Malformations : causes extrinsèques

Lorsqu’une agression survient au cours de l’embryogénèse, elle pourra, selon sa gravité,
entraîner un avortement précoce, des «malformations» gravissimes léthales ou enfin donner
lieu à des malformations isolées ou à un syndrome polymalformatif.

Si une agression survient durant la période foetale, on aura une foetopathie en général non
malformative, mais s’accompagnant en général d’un retard de croissance intra-intérin (RCIU).
Elles peuvent être d’origine maternelle ou extérieure à la mère.

II.6.3.1. Les causes infectieuses

- Bacteriennes : Streptocoque B, Colibacille, Listeriose, syphillis congenitale.

- Virales
.Rubeole : Embryofoetopathie la plus anciennement connue. Syndrome de Gregg
(Embryopathie) : atteinte cardiaque, auditive et oculaire. Prevention de la rubeole chez les
femmes enceintes par vaccination infantile generalisee.
. CMV, Herpes Virus, Varicelle, Virus lymphotrope : virus immuno humain (HIV), ou
encore Parvovirus
(Induit une erythroblastopenie foetale a l¡¦origine d¡¦une anasarque foetoplacentaire)
ľ Parasitaires
. Toxoplasmose congenitale : hydrocephalie congenitale avec atteinte oculaire
(hydranencephalie, calcifications cerebrales en coquille d¡¦oeuf, septicemie,
f.paucisymptomatique).

II.6.3.2. Malformations dues agents physiques

. Les radiations ionisantes : ámodele experimentalâ : les enfants nes apres lfexplosion des
bombes atomiques a HIROSHIMA et NAGASAKI, mais aussi apres lfaccident de
Tchernobyl.

Fortes doses : curietherapie de contact chez une femme enceinte
Faibles doses : explorations radiographiques chez une femme qui ne se sait pas enceinte.
. Disruptions de lfhyperthermie maternelle.

Experimentalement lfhyperthermie (fievre . 38.5‹C) peut avoir un effet teratogene (action
comme anti mitotique) => troubles du developpement du SNC, anomalies des membres,
hypoplasie medio faciale.

10 % des anomalies du tube neurale pourraient relever de la fievre. Ces causes sont difficiles a
prouver chez lfhomme.

II.6.3.3. Malformations chimio-induites

Exemples :

. Thalidomide (hypnotique-sedatif, antalgique, anti-inflammatoire) :
Epidemie de phocomelie survenue en Allemagne apres prise par les femmes enceintes de
Thalidomide durant la periode embryonnaire de la gestation. Il existe encore des indications
therapeutiques actuellement: Aphtoses (Behcet) et troubles de lfimmunite, lepre. Donc garder
a l’esprit le risque malformatif dans la mesure ou ce medicament est toujours prescrit et
redouter une reprise des malformations dans les pays ou sa delivrance nfest pas controlee
comme en France, ou prescrite sans precautions contraceptives.

. Valproate de Sodium (Depakine) : anti-comitial => augmentation du nombre des
spina-bifida (traitement preventif pre-conceptionnel par lfacide folique).

. Isoretinoine (Accutane) : traitement de lfacne ; si prescrit durant le premier trimestre
=> avortement, malformations craniofaciales. Regles de prescription extremement
strictes.

II.6.3.4. Facteurs maternels (metaboliques)

- Role possible de certaines carences vitaminiques (acide folique) comme facteur
possible des anomalies du tube neural.

- Enfant de mere diabetique : si diabete mal equilibre, ancien et severe, risque
malformatif important :

- cardiopathies, regression caudale, aplasie radiale, malformations renales au maximum
association VATER.r

- Phénylcétonurie maternelle : chez les femmes porteuses d’une phénylcétonurie traitée
durant l’enfance risque d’embryopathie malformative qui sera prévenue par une
reprise du régime de manière à corriger les troubles métaboliques avant la conception
(ceux-ci n’ont jamais disparu mais sans effet sur la mère après l’enfance).

II.6.3.5. Pathologie des addictions

- Tabagisme maternel : risque d’avortement, grossesse compliquée, prématurité, RCIU ;
(enfin morts subites du nourrisson plus fréquentes chez les enfants de mère fumeuse).

- Alcool : gravité extrême du syndrome d’alcoolisation foetale (mère alcoolique
chronique).

- Toxicomanie : LSD, cocaïne, etc. …

II.6.4.6. Les facteurs mécaniques

- La séquence de rupture amniotique – Adhérence amniotique.

- La séquence de rupture amniotique (ou maladies des brides amniotiques) : le
primum moyens est la rupture de l’amnios. Il en résulte une mise en contact du
mésenchyme sous-jacent avec le liquide amniotique et la formation de brides dites
amniotiques insérées sur la plaque choriale dénudée ou flottant dans le liquide
amniotique. Elles provoquent chez le foetus des amputations distales des membres, des
doigts, des syndactylies ou des strictions. Si elles sont dégluties, ces brides peuvent
aussi provoquer des fentes faciales. Il n’y a pas de malformation viscérale.

- Adhérence amniotique : La séquence foetoplacentaire comporte des lésions craniofaciales
extrêmement importantes telles une encéphalocèle ou une exemcéphalie
recouverte de peau atrophique ; un defect osseux peut être associé, parfois total
(acranie) ainsi que des lésions difficilement systématisables de l’encéphale, ainsi que
de grandes fentes de la face impliquant la lèvre supérieure, le palais et le nez et l’oeil.

Il existe aussi des lésions du tronc situées au dessus du cordon ombilical : fente
sternale, ectocardie.

Cette malformation apparaît comme la mise en continuité anormale de l’épiderme et
de l’épithélium amniotique, soit juste au dessus du cordon ombilical, soit au niveau de
la tête ; sa pathogénie est inconnue.

- Déformation de l’oligo-amnios.

Elles sont souvent la conséquence d’une pression mécanique sur le foetus : par
exemple au cours de l’oligo-amnios (Cf infra séquence oligo-amnios).

II.6. 4.7. Disruptions d’origine vasculaire ou ischémique

Des modifications du flux sanguin peuvent aboutir à des lésions clastiques d’origine
ischémique.

- ischémiques (clastiques) : certaines formes d’atrésie intestinales.

- Disruptions au cours de la gémellité. (grossesse gémellaire monozygote,
monochoriale bi amniotique).

Après décès de l’un des 2 foetus, survienne chez l’autre foetus de lésions ischémiques
(Infarctus) => Cerveau (kystes porencéphaliques) et parfois aussi dans d’autres viscères (rein,
Poumon,…). Ces lésions sont rapportées à des perturbations vasculaires (anastomoses
vasculaires entre les 2 secteurs placentaires).

Page suivante : II.7. Malformations : causes multifactorielles

Retour au menu : MALFORMATIONS CONGENITALES A LUBUMBASHI : FREQUENCE ET FACTEURS FAVORISANTS « DE JANVIER 2007 à DECEMBRE 2011 »