II.5. Positionnement de l’étude

Non classé

On sait que la pathologie possède un impact systémique important sur les patients BPCO. La réentrainement à l’effort fait partie des solutions thérapeutiques mise en place afin de sortir ces patients de la spirale du déconditionnement. En immersion, l’eau facilite les actions musculaires, augmente le travail des muscles inspirateurs via la pression hydrostatique, permet une intensité d’exercice plus important, difficile à supporter au sec avec un travail cardiaque moins important.

Une prise en charge en immersion rentre dans une optique d’ouverture de la prise en charge de patients MRC précédemment réalisé, élargi l’éventail d’activités proposées et ouvre le service de rééducation du CRRF de Chantilly à une nouvelle approche thérapeutique : celle des exercices en immersion. Cette étude réalisée en balnéothérapie rentre dans une dynamique d’évaluation de la valeur thérapeutique de la balnéologie. Ce type d’étude peut offrir une crédibilité plus importante aux activités en immersion au sein des bassins de balnéothérapie dans l’organisation des soins de médecine physique et de réadaptation, ainsi qu’une diversification de l’activité physique dans la prise en charge des MRC. Au vue des précédents travaux concernant les séances de RAE en immersion, cette étude peut apporter une preuve supplémentaire de la faisabilité de ce genre de prise en charge au sein d’une réhabilitation respiratoire.

Sur la base d’une réhabilitation respiratoire, ce travail tente de savoir si une activité de RAE surajoutée en immersion peut avoir un intérêt par rapport au sec.

Page suivante : III. METHDOLOGIE

Retour au menu : Comparaison de deux modalités de réentraînement à l’effort au sec et en immersion chez des patients en réhabilitation respiratoire