II.3.2 – Les anomalies nocturnes

Non classé

L’intensité des fortes chaleurs s’explique aussi par les anomalies nocturnes. Au cours de la période observée (1999 et 2003), les jours des fortes chaleurs à Tunis sont associés à une température nocturne très élevée par rapport à la normale.

Figure 12: Ecart à la normale de la température minimale (nocturne) estivale en 1999 à la station de Tunis Carthage.

Figure 12 L'adaptation aux conditions climatiques extrêmes en Tunisie Cas des fortes chaleurs

Source : élaboration personnelle à partir des données de site : http://www.wunderground.com/

Figure 13: Ecart à la normale de la température minimale (nocturne) estivale en 2003 à la station de Tunis Carthage

Figure 13 L'adaptation aux conditions climatiques extrêmes en Tunisie Cas des fortes chaleurs

Source : élaboration personnelle à partir des données de site : http://www.wunderground.com/

L’intensité de chaleurs s’explique aussi par l’ilot de chaleur nocturne dans la ville de Tunis. D’où, la ville restitue plus lentement la chaleur diurne emmagasinée. Le stockage thermique des matériaux urbains joue un rôle déterminant. L’ilot de chaleur urbain s’intensifie très rapidement dès le coucher du soleil.

La chaleur surprend la population par son intensité et par sa durée mais les effets les plus stressants sont essentiellement dus au manque de répit nocturne, les températures n’ayant que faiblement baissé pendant la nuit. En effet, la température maximale seule se révèle insuffisante pour appréhender la dangerosité d’une situation météorologique sur les organismes humains.

Page suivante : DEUXIEME CHAPITRE : MODES D’ADAPTATION A LA CHALEUR

Retour au menu : L’adaptation aux conditions climatiques extrêmes en Tunisie: Cas des fortes chaleurs