II.3.1.a. La poussée hydrostatique

Non classé

La pression hydrostatique de l’eau exerce sur un corps immergé une force égale au poids de la colonne de liquide situé au dessus de ce corps. Cette pression est proportionnelle à la profondeur de l’eau et est également perpendiculaire à la surface cutanée.

Cette poussée hydrostatique permet une re-verticalisation plus précoce des alités traumatiques, orthopédiques ou neurologiques. L’avantage principal est donc la réduction des troubles de décubitus ; escarres, phlébites, décalcification [74]. Selon le principe d’Archimède « Tout corps plongé dans un fluide reçoit de celui-ci une force dirigée vers le haut égale et opposée au poids du fluide déplacé et donc le support passe par le centre d’inertie de ce fluide ». En position debout, le centre de poussée est plus haut que le centre de gravité du corps. Le tronc étant plus volumineux que les jambes, les pieds ont donc tendance à rester au fond, ce qui permet une recherche de l’équilibre plus facile.

Page suivante : II.3.1.b. La poussée hydrodynamique

Retour au menu : Comparaison de deux modalités de réentraînement à l’effort au sec et en immersion chez des patients en réhabilitation respiratoire