II.1.2.La BPCO

Non classé

La définition de la BPCO a évolué au cours des dernières années, même si les grandes lignes sont restées similaires. La « Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease » (GOLD) énonce en 2001 [8] une définition de la BPCO. Celle-ci se caractérise par une obstruction bronchique qui n’est pas complètement réversible, cette limitation des débits aériens est progressive et est associée à une réponse inflammatoire anormale de poumons aux agents nocifs (le plus important étant de loin la fumée de cigarettes). Les différentes instances de santé s’accordent à dire que l’obstruction bronchique est définie par la chute du rapport VEMS/CVF en dessous de 70%. Un classement en grade selon la GOLD, en fonction de l’atteinte, est ensuite réalisé. (ANNEXE 1.)

Cette pathologie concernerait entre 800 000 et un million d’adultes en France, elle aurait donc un taux de prévalence pouvant être estimé entre 3,3 et 4,2 % dans la population âgée de 45 ans et plus [3] parmi lesquelles 100 000 malades ayant besoin d’une aide instrumentale à domicile. Responsable de 16 000 décès par an, et de plus de 100 000 séjours hospitaliers annuels ; elle génère plus de 3,5 milliards d’euros de dépenses de santé par an. Dans 90 % des cas, la BPCO a pour cause le tabagisme ; les expositions professionnelles jouent également un rôle non négligeable, encore insuffisamment évalué [3]. La prévalence de la BPCO est en augmentation constante dans le monde du fait de l’augmentation de la consommation de tabac, elle sera en 2020, la 3ème cause de décès dans le monde (actuellement la 4ème).

De part sa fréquence supposée et sa gravité, la BPCO est encore insuffisamment reconnue en l’absence de généralisation de la mesure du souffle parmi les populations exposées. La prise en charge de la maladie reste insuffisante malgré la mise en place de recommandations professionnelles élaborées par les sociétés savantes. La prévention de la maladie, notamment la prévention primaire, doit se renforcer en mobilisant davantage la population contre les méfaits du tabagisme et en développant l’éducation pour la santé.

Page suivante : II.1.2.a. Atteintes respiratoires

Retour au menu : Comparaison de deux modalités de réentraînement à l’effort au sec et en immersion chez des patients en réhabilitation respiratoire