II. L’ÉVOLUTION DÉMOGRAPHIQUE

Non classé

« Le 1er janvier 2008, la Belgique comptait 10.666.866 habitants, parmi lesquels
2.408.843 avaient au moins atteint l’âge de 60 ans et 501.213 avaient déjà dépassé
le cap des 80 ans. Le nombre d’habitants en Belgique augmente constamment :
alors que la population belge comptait 8.840.701 personnes en 1955, ce nombre est
passé à 10.445.852 en 2005, soit une augmentation de 18,2 % en 50 ans. Ce qui
inquiète toutefois davantage, c’est le fait que le groupe des plus de 60 ans augmente
dans une plus grande mesure : en 1955, la Belgique abritait 1.465.058 habitants
âgés d’au moins 60 ans, alors que ce nombre est passé à 2.293.636 en 2005, soit
une augmentation de 56,6 %. En 2008, le nombre des Belges de plus de 60 ans a
augmenté de 64,4 % par rapport à 1955 ou de 5,0 % par rapport à 2005. »(12)

« En outre, l’espérance de vie des Belges augmente également. En 1955, la
Belgique comptait 144.544 habitants âgés d’au moins 80 ans, dont 42.263 de plus de
85 ans. En 2005, ces chiffres sont passés à 447.652 personnes de plus de 80 ans et
à 165.579 personnes de plus de 85 ans, soit une augmentation de 209,7 % pour les
plus de 80 ans et de 291,8 % pour les plus de 85 ans. »(13)

Cette étude du SPF économie démontre que la Belgique est confrontée à la
problématique du vieillissement. « Le groupe des aînés ne cesse d’augmenter et vit,
en outre, de plus en plus longtemps. Cette tendance ne va surement pas changer à
l’avenir, puisque d’après les perspectives démographiques, le groupe des plus de 60
ans ne cessera d’augmenter. En 2050, la population belge devrait en effet compter
3.909.373 personnes de plus de 60 ans, dont 1.252.507 de plus de 80 ans. Il s’agit
d’une augmentation de 62,3 % pour les plus de 60 ans et de 149,9 % pour les plus
de 80 ans par rapport aux données les plus récentes (de l’année 2008).

La population professionnelle active n’augmente toutefois pas proportionnellement au
groupe des non-actifs, ce qui provoque un déséquilibre. Le régime de pension belge
est très sensible à de telles évolutions démographiques puisqu’il est basé sur le
système de répartition, à savoir que les travailleurs d’aujourd’hui paient pour les
pensionnés actuels par le biais de la sécurité sociale. »(14)

12 Economie : SPF-Economie, P.M.E., classes moyennes et énergie, « Etude sectorielle des maisons de repos »,
Ed. Régis MASSAN, version internet : http://economie.fgov.be, p 11, consulté le 06/06/2012.
13 Op cit, p 11.
14 Idem, p 11.

Page suivante : III. LES PATHOLOGIES DU GRAND ÂGE

Retour au menu : Réflexions sur l’utilité du travail social dans les maisons de retraite : Création d’un service social à la Résidence Clos Saint-Rémi