I.2 .Théorie économique et environnement.

Non classé

Les néo-classiques s’intéresse aux optimums, c’est-à-dire la meilleure allocation des ressources rares à usages alternatifs, compte tenu des préférences des agents économiques, résumées dans une fonction d’utilité. L’optimum de Pareto, consiste à se trouver dans une situation telle que toute amélioration de bien-être d’un individu (ou d’une catégorie d’individu) ne peut se faire qu’au détriment d’un autre individu (ou d’une autre catégorie d’individus).

Autrement dit, l’optimum de Pareto est une situation où toute allocation initiale a été répartie. A ce titre, c’est une situation de référence de la théorie économique dans la mesure où il est possible de déterminer un optimum de Pareto, à condition de respecter la concurrence dans les marchés et de laisser le système des prix s’ajuster. Pourtant l’équilibre marchand n’est pas nécessairement optimal d’un pont de vue social ou environnemental.

La recherche de l’optimum se déroule dans le cadre strict des échanges marchands. Certains effets qui ne sont pas affectés d’une valeur sont complètement écartés de la recherche d’efficacité alors même qu’ils sont susceptibles d’affecter l’utilité des agents économiques. C’est précisément le cas lorsqu’on occulte la dimension particulière que constitue l’environnement : ce sont les effets externes ou externalités qui peuvent être positives et améliorer le bien-être des agents ou alors elles peuvent aussi avoir une valeur négatives si elles réduisent le bien-être sans compensations financières(cas des riverains d’une voie ferrée, ils souffrent de la pollution sonore et atmosphérique et de la baisse marchande de leurs biens immobiliers s’il y a une croissance du trafic qui génère des revenus d’exploitation supplémentaire). Autrement dit, il est nécessaire d’inclure dans les prix les dégradations environnementales (pollutions, surexploitation) qui, sinon seraient ignorés.

En claire, internaliser les effets environnementaux, revient à trouver un équilibre tel qu’en tenant compte de la variable environnemental, on obtient un équilibre de Pareto. Où alors l’amélioration du bien-être des individus sensibles à la variable environnementale va lasser un autre groupe d’individus. Cet optimum de pollution (qui débouche sur les marchés de droits à polluer) est souvent la critique la plus importante formulée par les écologiques contre l’économie de l’environnement.

L’économie de l’environnement est intimement liée aux politiques économiques et aux choix qui en écoulent, choix qui doivent se formuler de la façon la plus objective possible et doivent à ce titre se fonder sur des principes indéniables.

Page suivante : I.2.1.Evaluation monétaire : la valeur de l’environnement.

Retour au menu : PROBLEMATIQUE DE LA CREATION DES AIRES PROTEGEES AU CAMEROUN : CAS DU PARCOURS VITA DE DOUALA.