I.1. Les services de soins

Non classé

La prise en charge médicale est organisée en deux services : le service de médecine physique et de réadaptation (MPR) et le service de soins de suite et de réadaptation (SSR).

La spécialité MPR prend en charge les pathologies, les déficiences, la perte de l’autonomie et le handicap qui en résulte. Ce service possède plusieurs missions : la rééducation fonctionnelle grâce à une équipe pluridisciplinaire, la réadaptation en vue d’améliorer l’autonomie des patients dans les actes de la vie courante, et la réinsertion dans la vie familiale et socioprofessionnelle en fonction des capacités. On retrouve alors dans ce service, des patients nécessitant une rééducation en orthopédie, en traumatologie, en neurologie et en rhumatologie. De plus, on retrouve une prise en charge en réadaptation à l’effort de patients MRC, qui sont admis après une hospitalisation, ou à la demande de leur médecin traitant.

Le service de SSR prend en charge le patient à la sortie des services de chirurgie ou de médecine, quand ils ne peuvent pas retourner directement au domicile. Ce service reçoit également des patients, à la demande du médecin traitant, lorsque l’état de santé le justifie. Ses missions se situent autour des soins de suite dans la continuité de la prise en charge initiale et de la réadaptation en vue d’améliorer leur autonomie dans les gestes de la vie courante et organiser le retour au domicile dans de bonnes conditions. Les patients en soins de suite sont pris en charge car leur état de santé nécessite des soins, un suivi des traitements chirurgicaux et une surveillance médicale incompatible avec un retour au domicile. Il existe au sein même de ce service une cure post-alcoologie, afin que ces patients retrouvent une autonomie, un libre arbitre ainsi que la mise en place de conditions favorables à la prévention et à la rechute alcoolique.

Page suivante : I.2. L’équipe pluridisciplinaire

Retour au menu : Comparaison de deux modalités de réentraînement à l’effort au sec et en immersion chez des patients en réhabilitation respiratoire