EPIGRAPHE

Non classé

« (…) si nous parlons ou écrivons, c’est pour mettre le lecteur ou l’auditeur en rapport avec la vérité que nous croyons avoir perçue. Notre pensée, s’exprimant dans notre discours, exerce une fonction médiatrice. Et alors, si l’on pense que la chose est ou n’est pas ainsi, c’est la plus élémentaire honnêteté que de le dire, à supposer, bien sûr, que l’on doive absolument parler. »

J. DE FINANCE, Connaissance de l’être, Préface.

Page suivante : DEDICACE

Retour au menu : ANALOGIE ET SOLIDARITE DANS CONNAISSANCE DE L’ETRE DE J. DE FINANCE