ENTRETIEN HYPHEN HYPHEN

Non classé

Entretien par messagerie instantanée avec Hyphen Hyphen, le 21 avril 2012

Hyphen Hyphen est un jeune groupe niçois en voie de professionnalisation, composé de quatre étudiants en arts plastiques et au conservatoire : Santa au chant, à la guitare et au synthétiseur, Line à la basse et au chant, Puss à la guitare et au synthétiseur et Zak à la batterie et aux samples. Ils se définissent comme des magiciens d’un son électro-rock puissant qui se situerait entre Metronomy, Foals, LCD Soundsystem, Phoenix, Klaxons ou Talking Heads. Le groupe développe sur scène une énergie rock brute alliée à un groove frais et dansant, mêlant disco et électro.

Hyphen Hyphen enregistre actuellement son nouvel EP Wild Union qui sortira en mai 2012.

Actuellement en tournée, j’ai pu faire leur connaissance durant le concert de Stuck in the Sound le 29 mars 2012 à l’Astrolabe d’Orléans, où ils assuraient la première partie.

Étant restée en bons termes avec la chanteuse du groupe, Samantha Cotta alias Santa, je l’ai sollicitée pour un entretien afin d’avoir son point de vue d’artiste semi-professionnel, qui me paraissait indispensable pour nourrir ma neuvième partie basée sur le « point de vue des artistes et de l’Industrie musicale ».

Quels sont les intérêts pour ton groupe de vous produire au sein d’un festival ?

Les intérêts pour notre groupe à nous produire au sein d’un festival sont nombreux.

Premièrement nous accédons à de plus grandes scènes et à un nouveau public, un public qui ne venait pas forcement pour nous à la base mais qui nous découvre à cette occasion. De plus nous jouons également devant un public plus nombreux.

Deuxièmement, c’est l’occasion de faire la rencontre de professionnels du spectacle, programmateurs, labels, tourneurs qui viennent lors de ces festivals comme découvreurs de talents (je pense notamment au Printemps de Bourges).

Et puis d’un point de vue d’expérience scénique, c’est extraordinaire de jouer devant une immense foule dansante.

Que penses-tu des festivals en milieu rural, comme les Vieilles Charrues par exemple ? (c’est-à-dire implantés en dehors des pôles urbains)

Nous pensons qu’un festival en milieu rural est une très bonne chose. Nous allons d’ailleurs jouer à Charleville.

C’est bien de créer une dynamique culturelle dans un milieu plutôt excentré. De plus d’un point de vue économique c’est toujours bon pour une petite ville, de voire doubler voire tripler le nombre de sa fréquentation, je pense au festival des Vieilles Charrues, de créer de l’emploi et de la solidarité entre les gens.

Nous sommes toujours heureux de découvrir de nouvelles régions et puis en l’occurrence il y a de l’espace –un espace plus grand- pour faire de belles grosses scènes.

Quels sont les avantages et les inconvénients comparés -par exemple- au Printemps de Bourges, de vous produire dans un festival en milieu rural ?

Je ne vois pas réellement de différence en tant qu’artiste, si il y en aurait une ce serait au niveau du public et encore.

Il est parfois plus difficile de s’y rendre, notamment quand on est un groupe comme nous qui venons de Nice.

Face à la crise de l’Industrie musicale, en quoi est-ce primordial pour ton groupe de te produire sur scène ?

Face à la crise de l’industrie musicale, il est primordial de se produire sur scène.

Tout d’abord car c’est une économie complètement différence que celle du CD, lorsqu’en France tu joues, tu es cacheté et donc rémunéré directement par l’employeur pour ton travail et tu peux devenir intermittent du spectacle, c’est le revenu principal d’un groupe en développement (à ça s’ajoute le merchandising qui ne vend pas encore des millions de CD)

Concernant les artistes émergents et les pratiques artistiques en amateur, en quoi les festivals (et la production scénique en générale) sont des tremplins pour eux d’après ton expérience personnelle ?

Les festivals sont des tremplins du point de vue des artistes émergents, comme dit dans la question précédente, tu y rencontres des professionnels, tu as un certain gage de qualité par exemple lorsque tu te produis en tant que découverte au Printemps de Bourges.* D’ailleurs à cette occasion tu joues devant un public de professionnel, si tu plais, cela peut conditionner le future nombre de date de la prochaine saison et peut être la signature (tant attendu pour un petit groupe) avec un label ou major.

Page suivante : Bibliographie

Retour au menu : LES FESTIVALS DE MUSIQUES ACTUELLES EN MILIEU RURAL EN FRANCE: Simple fonction culturelle ou vecteur de développement ?