ENTRETIEN BASTIEN PEREZ

Non classé

Entretien téléphonique avec Bastien Perez, le 27 avril 2012

« Bastien Perez fait partie de la première promotion des diplômés de l’Icart Bordeaux. À sa sortie de l’école, il a rejoint l’équipe du Festival Musicalarue à Luxey, en tant que programmateur et Directeur Technique artistique. »*

D’après vous, est-ce que le festival de Musicalarue se positionne comme un festival d’animation et d’attraction touristique ?

Tout d’abord il faut savoir que Musicalarue est une fête de village qui a bien tournée. L’association existe depuis 40 ans environ. A la base, il s’agissait d’une animation pour les jeunes du village, créée vers la fin des années 1960 environ. Pendant une vingtaine d’années l’association promouvait les pratiques amateures. Une manifestation gratuite était organisée pour la fête du 15 août, afin d’offrir une occupation, une animation aux jeunes luxois. Les premiers acteurs étaient donc les familles du village.

Non loin du village résidait Bernard Lubat, un jazzman ayant remporté une Victoire du jazz. Par son statut, il a aidé l’association à se professionnaliser.

La fête du 15 août s’est ainsi transformée dans les années 1990 pour devenir le festival Musicalarue.

Il faut vraiment prendre conscience que contrairement à d’autres festivals du même genre, Musicalarue a une véritable histoire rurale. Cette année sera la 23ème édition du festival.

[…]

Il est vrai que pas mal de politique ont plus de moyens pour mettre en place un festival dans le but de renforcer l’identité locale, alors qu’ici il s’agit d’un cas avec un historique plus lointain.

Aujourd’hui la manifestation a plus un rôle d’animation du territoire. En parallèle l’association organise des manifestations tout au long de l’année et développe ainsi une animation pour tout le territoire. Depuis 4, 5 ans, Musicalarue a vu sa programmation se transformer, pour que les villageois et autres populations locales reviennent.

En effet depuis la professionnalisation de l’association et par sa qualité artistique, le lieu attire de plus en plus de monde. Il ne s’agit pas d’un débordement mais par le fait qu’il y ait de plus en plus de festivaliers, les locaux se sentaient comme dépossédés de la manifestation, ce n’était plus leur festival.

Depuis six ans on remédie à cela, la programmation s’adapte plus au milieu rural. En tant que programmateur, ma ligne directrice est la chanson française, puis après je m’ouvre à d’autres disciplines (rock, électro, etc.). La programmation s’adresse au festivalier lambda, aux touristes de passage qui sont là sur une semaine, etc. mais aussi à la coiffeuse du village, aux grands parents, à la population luxoise.

On peut tout de même parler d’une animation touristique car on a un public qui prend exprès des vacances pour pouvoir venir assister à Musicalarue. On a un public fidélisé. Tous les gîtes alentours sont pris d’assaut à l’avance et sont tous complets durant le festival.

Pour résumer il s’agit plus d’un festival orienté principalement sur l’animation du territoire que sur l’attraction touristique.

C’est la qualité du projet artistique et l’accueil convivial qui engendrent un public régulier.

A l’année on est quatre salariés. Après pendant le festival on emploie un grand nombre d’intermittents. Notre première ligne de conduite s’est d’être animateur culturel.

A partir de ce festival, qui est la première action de l’association, se sont découlées plusieurs autres actions à l’année, contribuant d’autant plus à l’animation du territoire et à nous rapprocher encore plus des habitants.

Musicalarue c’est une vitrine du territoire. Des gens s’installent à Luxey car pour eux Luxey est égal à Musicalarue. De même on peut noter le fait qu’un film se tourne dans le village. Et puis les habitants sont d’autant plus fiers lorsque l’on parle d’eux sur France Inter ou sur France 2.

Après le festival a plusieurs impacts quand même, dont un impact économique forcément. Luxey est un village de moins de 700 habitants qui dispose de bien plus de commerces et services que dans les communes plus importantes. On a un coiffeur, une boulangerie, une poste, etc.

En ce qui concerne les retombées économiques directes, nous on dépense local. On valorise le territoire en investissant local. Pour le catering, on achète le pain sur Luxey par exemple. On essaye de travailler au maximum avec des locaux.

Indirectement l’organisation du festival engendre d’autres retombées, par exemple une boite de communication vient de se monter à Luxey. L’été des groupes comme les Ogres de Barback viennent y passer leurs vacances parce que c’est le lieu d’implantation du festival Musicalarue.

Il y a évidemment des retombées économiques par les festivaliers qui vont être hébergés local, consommer local.

Est-ce que les luxois font preuve d’une mobilisation importante au sein du festival ? Est-ce que Musicalarue contribue à la création d’une forte cohésion sociale ?

Oui dans le sens où à la base ces les habitants qui ont monté le festival. Maintenant forcément il y a toujours des pours et des contres. Il y a des gens qui pendant quelques années se sont sentis envahis du fait que l’on se soit un peu éloigné de l’esprit du début. Il y aura toujours des personnes qui seront contres mais il ne s’agit pas de la majorité, juste d’une simple poignée.

Par ailleurs le réseau de bénévoles est important surtout concernant l’hébergement des artistes. A Luxey il n’y a pas d’hôtels et les gîtes sont occupés par les festivaliers.

Environ 80% des villageois accueillent les artistes. Et ils en redemandent !

Pour les artistes ça leur donne le temps de se poser un peu plutôt que d’aller jusqu’à l’hôtel et de repartir après directement.

Là ils peuvent se reposer, rencontrer des gens. Le territoire landais est représenté par la bonne nourriture, l’accueil chaleureux de sa population. Autant pour les artistes que pour les habitants, c’est que du bonus. D’après les tourneurs c’est les artistes qui demandent venir à Luxey, parce qu’il renvoie un esprit de convivialité, d’un endroit agréable qui présente la spécificité de partages, de plaisir et de supers soirées chez l’habitant.

C’est un bon pourcentage de la population qui s’investit à l’année. Les habitants s’impliquent toute l’année. Beaucoup ne partent pas en vacances pour être disponible durant le festival et pourvoir apporter leur aide. Musicalarue c’est un but pour eux dans l’année, quelque chose à faire. A Luxey il y a 640 habitants et chaque mois d’août ce village accueille dans les 35 000 festivaliers. Niveau infrastructure c’est énorme.

La manifestation est marquée par la joie de vivre, par un fort esprit de convivialité et les habitants se retrouvent à ce niveau-là.

* Source : PEDEZER Aimée, rubrique entretien anciens élèves, http://www.icart.fr

Page suivante : ENTRETIEN STUCK IN THE SOUND

Retour au menu : LES FESTIVALS DE MUSIQUES ACTUELLES EN MILIEU RURAL EN FRANCE: Simple fonction culturelle ou vecteur de développement ?