Deuxième partie : Les traductions structurelles de ces évolutions – Introduction de la deuxième partie

Notre propos ici sera d’essayer de cerner ce qui concerne l’ensemble des CPIP et les caractères concourant à leur unité en tant que groupe professionnel. Ainsi, selon la tradition fonctionnaliste de la sociologie des professions, le passage d’une occupation à une profession suit des étapes successives30. Ces étapes seraient irréductibles ce qui accorderait pleinement le statut de professions aux médecins, aux juristes, aux ingénieurs et au professorat universitaire [PARSONS, 1939].

Cette approche a été abandonnée dans les années 60 aux États-Unis et n’a jamais connu d’écho en France en raison du contexte particulier explicité en introduction générale. Elle nous semble toutefois susceptible d’ordonner et de rendre intelligibles dans un premier temps les évolutions des SPIP avec toutes les nuances et amendements qui s’imposent aux regards des connaissances actuelles.

Nous analyserons ainsi quelles sont les expressions concrètes pour les CPIP à l’échelle des services des évolutions institutionnelles depuis 1999 (Chapitre 5).

Nous tenterons, avec cette première grille de lecture, de confronter les représentations des CPIP sur ces évolutions et de les articuler avec les souhaits de l’Administration Pénitentiaire et leurs dimensions dialectique et rhétorique. L’autonomie du groupe professionnel et son expertise seront ainsi analysées (Chapitre 6).

30

Page suivante : Chapitre 5 : Une organisation des services profondément modifiée

Retour au menu : De la réinsertion à la prévention de la récidive : quel processus de professionnalisation pour les Conseillers Pénitentiaires d’Insertion et de Probation ?