CONCLUSION GENERALE

Non classé

La recherche que nous venons d’entreprise a porté sur la Politique de programmation des chaînes de télévision de Kisangani.

Notre problème a résidé dans l’ignorance des indicateurs ou facteurs qui déterminent la (politique de) programmation d’une chaîne de télévision qui permettent de reconstruire la politique qui gouverne ladite programmation.

Pour rappel, nous avons fondé notre problématique sur la question spécifique suivante : quels sont les facteurs qui déterminent la programmation des chaînes de télévision de Kisangani ?

En guise de réponse à ce questionnement, nous avons postulé que la programmation d’une chaîne de télévision repose sur les facteurs suivants : le statut de la chaîne, le public visé ainsi que les moyens de production disponibles.

Pour valider notre hypothèse, nous avons recouru à la méthode n’analyse comparée des documents médiatiques. La démarche s’est appuyée sur la technique documentaire, de l’observation ainsi que l’analyse de contenu. L’approche nous a permis de réaliser une lecture comparative des données et des résultats ; tandis que la technique documentaire a facilité le recensement des grilles respectives des chaînes de télévision et l’analyse de contenu a contribué au dénombrement des émissions qui, par la suite, ont été affectées à un type de programme duquel découle un contrat télévisuel.

Notre champ d’investigation était le paysage audiovisuel boyomais (PAB) composé de la Radio télévision nationale congolaise (RTNC), station provinciale de Kisangani, la Radio télévision Amani (RTA), les télévisions Canal orient et Canal Congo télévision (CCTV). La période de la recherche se situe entre mi-juin et le 21 juillet 2011.

Nous avons mobilisé la théorie de la programmation télévisuelle au côté de laquelle nous avons juxtaposé la théorie sur les mass media de P. SHAEFFER et le modèle du « sablier ». La théorie de la programmation a décrit les principes, les techniques, les contraintes, le futur de la programmation audiovisuelle. La théorie sur les mass media, quant à elle, a présenté l’enjeu important du média entendu comme une machine à communiquer dont l’objectif est le nivellement de la production, oeuvre à origine et à contribution plurielles.

Enfin, le modèle du sablier révèle les enjeux d’une programmation où s’échangent les programmes contre du temps et le temps des téléspectateurs transformé en audience pour les annonceurs.

Au bout du compte, l’aboutissement de cette recherche nous a conduit aux résultats selon lesquels les chaînes de télévision de Kisangani sont gouvernées par une politique de programmation, certes, mais pour laquelle certaines lacunes sont mises en exergue liées au caractère aléatoire qui la fonde, en effet.

S’agissant de la programmation, toutes ces entreprises audiovisuelles possèdent des grilles de programme, expression même de la politique de chacune. Cependant, celles-ci s’élaborent dans les conditions et principes proches de l’expérience de la chaîne qui a précédé les autres. Ainsi, c’est l’expérience ou mieux l’empirisme qui découle du suivisme entretenu qui dicte l’agencement, la production et la diffusion des contenus médiatiques. Pour cette raison, les grilles s’élaborent sur base des besoins supposés des publics, ensuite elles n’obéissent pas à la logique du découpage qui permet de déterminer le public majoritaire pour telle case horaire, et enfin, le choix de programmes tient son âme des programmes de flux, malheureusement transformés en stock (ils sont rediffusés à maintes fois).

Étant donné que tout le paysage audiovisuel vise un même public, la population de la ville de Kisangani, ces différentes entreprises audiovisuelles sont catégorisées dans un format similaire, généraliste. Subséquemment, la concurrence pourrait, en principe, se révéler croissante dans la mesure où chacune devrait se motiver à conquérir ce public en vue de le transformer en audience pour des potentiels annonceurs, une autre dimension de cible. Hélas ! à notre connaissance, des indicateurs de cette concurrence prétendument établie sont difficiles à percevoir, parce qu’en fait, c’est la même recette que tout le monde produit.

Aussi, dépourvu de moyens nécessaires de la réalisation de leurs politiques, les chaînes ne se sentent qu’attirées pas une force de pesanteur qu’est le suivisme et qui les verse dans l’amateurisme. Le grand défi demeurera une quête vaine de compétitivité, de visibilité et de lisibilité. Par conséquent, la chaîne sera reléguée à un « support » plutôt qu’un média dont le nivellement de la production est révélateur des avantages économiques importants.

Au regard des révélations ci-dessus, l’hypothèse qui a fondé notre modèle d’analyse s’infirme partiellement. Dans la mesure où, d’une part nous avons noté la présence de ces facteurs dans les dites chaînes. Et d’autre part, ce serait un risque de pourvoir affirmer leur présence sans ceux-ci soient mis à contribution pour réaliser une politique de programmation. Sous un autre angle, dans le modèle de circularité, les différents facteurs qui permettent de reconstruire la politique de programmation entretiennent une relation que, D. EKAMBO dit d’ « équipollence »(68) ou, mieux, sont à égale valeur et intimement liés. Le défaut de l’un des facteurs entraîne une obstruction aux autres facteurs. Dans les chaînes de télévision boyomaises, cela reste encore un véritable défi « d’essence ». Au vu de ce qu’elles ont comme sources de financement et moyens de production, face à un public assez hétérogène. Le défi est énorme.

Ainsi, remarquons-nous qu’une véritable politique de programmation est l’objet d’un méticuleux processus de conception et de planification a priori.

De toute honnêteté, nous voulons reconnaître une limite dans cette investigation. L’expérience réalisée ne nous a pas permis d’approfondir certains aspects de la recherche. En fait, il s’agit des aspects liés au contenu des programmes ou émissions et les processus de leur élaboration en vue de dégager une étude du « qualimat » des médias audiovisuels de Kisangani et, aussi, le développement d’une recherche sur la télévision de Kisangani face à la croissance considérable de l’atomisation de la programmation étant donné que les émissions proposées semblent, parfois, aux antipodes des besoins de ceux sur qui elles sont exposées.

Tous ces angles, peuvent faire l’objet de recherche ultérieure avec une visée complémentaire au thème que nous venons de développer ci haut.

Face ces défis, nous formulons les recommandations suivantes : Aux chaînes de télévision d’envisager un esprit d’ouverture aux collaborations scientifiques en matière de production audiovisuelle dans le but d’un quelconque perfectionnement. Loin l’intention de minimiser, tout de même, vos exploits combien bénéfiques jusque-là.

À l’Etat, en la personne de la division de la communication et du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (CESAC) succédant à la Haute autorité des médias (HAM), de veiller à l’application des cahiers de charges dans le secteur en vue de mettre à contribution la traditionnelle mission des médias, encore que dans nos pays en voie de développement, l’information -news, knowlidge, data, entertainement entendons par là nouvelles, connaissance, données et divertissement- a pour fonction première de soutenir de façon constructive le développement national(69).

68 EKAMBO, (D.), Paradigmes de communication, Kinshasa, IFASIC Edititions, 2004, p.70
69 DE MAESENEER, (P.), op. cit., p. 41

Page suivante : ELEMENTS BIBLIOGRAPHIQUES

Retour au menu : Politique de programmation des chaînes de télévision de Kisangani