Conclusion

Non classé

 

La « Guerre révolutionnaire » dans la pensée trotskiste constitue donc pour le chercheur ambitieux un sujet riche et, par conséquent, intéressant. Cette richesse trouve sa justification dans la diversité de ce sujet, qui oscille entre théorie et pratique.
En effet, il offre à l’étude un cocktail pléthorique de concepts, à la fois politiques (la lutte des classes qui oppose prolétariat et bourgeoisie capitaliste), économiques (la gestion ouvrière des moyens de production dans la société socialiste à venir) et sociaux (la dictature du prolétariat doit être exercée par le peuple et être acceptée par le plus grand nombre), ainsi que l’application de ces concepts à différentes époques, dans différents endroits et selon différents contextes ( la Révolution d’Octobre 1917 en Russie ou les évènements de Mai 1968 en France).
Par ailleurs, notre sujet admet des limites, donc des faiblesses. Nous avons tâché d’en rendre compte dans notre développement, constitué de trois parties.

La première partie étudie les causes de la « Guerre révolutionnaire », et trouve son compte dans un traitement plutôt théorique. Il s’agit de comprendre la vision qu’ont Trotski et ses héritiers politiques des grands concepts marxistes que sont la lutte des classes ou la dictature du prolétariat, et quelles places ces grands concepts occupent quant aux causes de la « Guerre révolutionnaire ».  C’est ainsi que nous pouvons assister à une lutte sans merci entre deux classes inconciliables : la bourgeoisie capitaliste et le prolétariat, cause effective de la centaine de pages sanctionnant notre sujet. La bourgeoisie capitaliste, dans une large acceptation, intègre aussi bien le riche patronat que les alliés, potentiels et effectifs, de ce dernier (par exemple la police ou l’armée bourgeoise, constitutives de l’appareil d’Etat bourgeois). Le but de cette bourgeoisie capitaliste, nous l’avons bien compris, consiste en un accaparement des pouvoirs politique et économique, afin de jouir des privilèges de l’existence matérielle en imposant sa loi de classe aux opprimés dont est constitué le prolétariat245. Ce prolétariat a pour visage les pauvres, les faibles, les sans-grades. Ce sont les ouvriers dans les usines qui subissent des cadences de travail infernales, ou bien les femmes, qui, du point de vue trotskiste, peuvent endurer une double exploitation si elles sont ouvrières : celle du machisme
245 Karl, MARX, Friedrich, ENGELS, Manifeste du parti communiste, op. cit.
103

d’une société bourgeoise patriarcale, et celle de l’exploitation de classe que connaissent les ouvriers dans les usines. Nous avons trouvé un dernier exemple, celui des Noirs Américains. Ceux-ci connaissent un autre déboire de cette société bourgeoise de classes : le racisme. Nous avons souhaité montrer comment, dans les années 1960 aux Etats-Unis, s’organise la lutte de ces Noirs Américains contre un racisme antinoirs, que le mouvement des blacks Panthers reprend à son compte dans une grille de lecture trotskiste : organisation politique, force du nombre, légitimité de la violence révolutionnaire. Ces trois opprimés que sont le prolétariat, les femmes et les Noirs Américains, nous permettent d’appréhender l’oppression de classes selon trois spécificités, très instructives de notre point de vue : l’oppression économique, le machisme et le racisme.  Ce qui nous amène par corrélation à la deuxième raison de cette « Guerre révolutionnaire » : le remplacement d’une société injuste par une autre.  En effet, le but recherché et avoué du trotskisme, est celui de l’instauration d’un régime socialiste mondial, seul garant d’un véritable épanouissement à tous les niveaux de l’humanité toute entière. Le socialisme, assurant la satisfaction des besoins matériels de chacun, rompt brutalement avec l’oppression capitaliste et les privilèges de la société bourgeoise, qui dresse les uns contre les autres.

La deuxième partie embrasse quant à elle l’aspect pratique des choses, étant entendu que l’étude des moyens d’action révolutionnaires est ici à l’honneur. C’est l’occasion pour nous de renouer plus étroitement avec notre discipline qu’est l’Histoire, qui interroge des points précis et des faits concrets.  Nous commençons donc par nous pencher sur l’insurrection armée, nécessaire à la révolution telle que la conçoit Trotski. Cette insurrection armée doit être mûrement préparée, car de son succès ou de son échec, dépend le sort de la révolution toute entière. Cette insurrection armée, Trotski la conçoit au moyen de lois historiques, et il prend pour exemple l’échec de la Commune de Paris246, qui doit servir de modèle aux Bolcheviks pour ne pas réitérer certaines erreurs jugées déterminantes (par exemple le refus des Communards de s’emparer en 1871 de la Banque de France et qui s’avère fatal pour ces derniers)247. Il suit presqu’immédiatement l’étude du
246 Léon, TROTSKI, Terrorisme et communisme, op. cit. 247 Léon, TROTSKI, Histoire de la révolution russe (2. La révolution d’octobre), op. cit.
104

phénomène qu’est l’Armée rouge, créée dans le but de consolider et défendre les idéaux et acquis de la Révolution d’Octobre 1917.  Encore une fois, une opportunité nous est offerte, celle d’étudier les périodes de la guerre civile russe (1917-1922) et de la campagne russo-polonaise, de février 1919 à mars 1921. Ces phénomènes et périodes, nous donnent à approfondir un trotskisme « des jeunes années », exprimé dans la Russie du début du XXe siècle. A ce trotskisme « des jeunes années », nous faisons succéder, dans notre analyse, le cas de la France des années 1960, dans laquelle d’autres méthodes de lutte sont expérimentées, même si Trotski a pu écrire de son temps sur certaines d’entre elles, comme c’est le cas notamment pour la grève générale248. Cette dernière, au même titre que l’organisation d’un syndicat « à la base », sont des méthodes porteuses d’espérance pour la classe ouvrière, tandis que d’autres formes de lutte, comme la tactique des grèves tournantes, sont rejetées en masse.  Pour respecter au mieux la méthode analytique que nous commande notre travail d’historien, nous choisissons de lire ces différentes formes de lutte dans la France des années 1960 à travers le prisme des fameux évènements de Mai 68, ce qui nous offre un cadre précis. En effet, quoi de mieux que d’étudier la grève générale à laquelle donne naissance ce mouvement, qui déverse dans les rues de Paris et de France environ dix millions de travailleuses et de travailleurs ? Ceci nous permet, en plus de l’étude théorique du concept « grève générale », de concevoir un début, un développement et une fin à cette dernière, et de l’inscrire dans un contexte politicoéconomique spécifique, avec l’appréciation des conclusions qui en découlent. Notre source journalistique qu’est Voie Ouvrière, nous assure du suivi quasi quotidien de cette grève générale, dont nous pouvons ainsi tirer les enseignements trotskistes quant aux succès et aux échecs de cette grève. Si la société capitaliste n’est pas renversée, la grève générale dont accouche Mai 68 voit néanmoins Charles De Gaulle démissionner le 27 avril 1968, après qu’un « non » majoritaire des français sanctionne le référendum dont le général fait dépendre sa légitimité. Il s’agit, comme pour le mois de juin 1936, d’une demi-victoire pour les trotskistes, qui, s’ils n’ont pas réussi à abolir la société capitaliste, ont néanmoins conquis des avantages sociaux ou fait trembler le patronat.

248 Ibid.
105

La troisième et ultime partie, enfin, étudie les limites de cette « Guerre révolutionnaire », qui n’a à ce jour pas tenu ses promesses. La troisième et ultime partie, enfin, étudie les limites de cette « Guerre révolutionnaire », qui n’a à ce jour pas tenu ses promesses. Nous tâchons de déterminer et comprendre ici les limites de cette « Guerre révolutionnaire », tant sur le plan idéologique qu’historique. Est donc d’abord étudiée la critique que le marxiste autrichien Karl Kautsky (18541938) formule à l’encontre de la Révolution bolchevique et de ses conséquences, tant sur le plan national qu’international. A travers l’œuvre de Kautsky, on comprend que c’est la vengeance qui, selon lui, motive la politique bolchevique de l’immédiate période postrévolutionnaire, qui conduit aux pires exactions, encouragées d’ailleurs par Lénine lui-même249. Aussi, Kautsky accuse les Bolcheviks d’un manque de préparation dans leur politique révolutionnaire, et il pointe directement la responsabilité de Trotski […]. Par ailleurs, une autre limite de cette « Guerre révolutionnaire », est facilement compréhensible par le conflit qui oppose trotskistes et mouvements rivaux. Cette rivalité, handicape en effet les trotskistes, qui ne parviennent pas à conférer à leur action une légitimité incontestable. Avec l’expulsion de Trotski d’Union des Républiques Socialistes Soviétiques en 1929, Staline parvient à s’emparer du pouvoir et fait en sorte, par l’instauration d’un culte de la personnalité paroxystique et d’une dictature impitoyable, de se faire reconnaître comme unique et digne successeur de Lénine. Un « Komintern » est institué, permettant à Moscou de diriger l’ensemble des partis communistes européens par le biais de la « Troisième Internationale », ou « Internationale Communiste », fondée par les Bolcheviks en 1919. Le Parti Communiste Français, fondé lors du Congrès de Tours en 1920, n’échappe pas à ce système. En France, de nombreux mouvements ouvriers, selon les trotskistes, trahissent le prolétariat et se tournent contre lui. C’est le cas notamment des dirigeants syndicaux, que Trotski nomme « Aristocratie ouvrière ». D’autres mouvements rivaux du trotskisme, sont à l’étude. Ainsi en va-t-il des Proudhoniens, tournés vers la déconcentration et la mutualisation, privilégiant l’économie au détriment de la politique, et les Mencheviks, opposés à la révolution armée violente, et donc aux Bolcheviks.
249 Simon, SEBAG MONTEFIORE, Le jeune Staline, op. cit.
106

Au cours des années 1970, des groupes d’extrême gauche, se réclamant de la pensée moïste, se structurent, au point que certains d’entre eux finissent par supplanter la pensée trotskiste. Ainsi, la fameuse Fraction Armée Rouge, du nom de son cofondateur et dirigeant, Bernd Andreas Baader (1943-1977), connue aussi sous le nom de « Bande à Baader », réputée pour les cinq attentats en Allemagne de l’Ouest commis durant l’année 1972250.

Retour au menu : La Guerre révolutionnaire dans la pensée trotskiste

La « Guerre révolutionnaire » dans la pensée trotskiste constitue donc pour le chercheur ambitieux un sujet riche et, par conséquent, intéressant. Cette richesse trouve sa justification dans la diversité de ce sujet, qui oscille entre théorie et pratique.
En effet, il offre à l’étude un cocktail pléthorique de concepts, à la fois politiques (la lutte des classes qui oppose prolétariat et bourgeoisie capitaliste), économiques (la gestion ouvrière des moyens de production dans la société socialiste à venir) et sociaux (la dictature du prolétariat doit être exercée par le peuple et être acceptée par le plus grand nombre), ainsi que l’application de ces concepts à différentes époques, dans différents endroits et selon différents contextes ( la Révolution d’Octobre 1917 en Russie ou les évènements de Mai 1968 en France).
Par ailleurs, notre sujet admet des limites, donc des faiblesses. Nous avons tâché d’en rendre compte dans notre développement, constitué de trois parties.

La première partie étudie les causes de la « Guerre révolutionnaire », et trouve son compte dans un traitement plutôt théorique. Il s’agit de comprendre la vision qu’ont Trotski et ses héritiers politiques des grands concepts marxistes que sont la lutte des classes ou la dictature du prolétariat, et quelles places ces grands concepts occupent quant aux causes de la « Guerre révolutionnaire ».  C’est ainsi que nous pouvons assister à une lutte sans merci entre deux classes inconciliables : la bourgeoisie capitaliste et le prolétariat, cause effective de la centaine de pages sanctionnant notre sujet. La bourgeoisie capitaliste, dans une large acceptation, intègre aussi bien le riche patronat que les alliés, potentiels et effectifs, de ce dernier (par exemple la police ou l’armée bourgeoise, constitutives de l’appareil d’Etat bourgeois). Le but de cette bourgeoisie capitaliste, nous l’avons bien compris, consiste en un accaparement des pouvoirs politique et économique, afin de jouir des privilèges de l’existence matérielle en imposant sa loi de classe aux opprimés dont est constitué le prolétariat245. Ce prolétariat a pour visage les pauvres, les faibles, les sans-grades. Ce sont les ouvriers dans les usines qui subissent des cadences de travail infernales, ou bien les femmes, qui, du point de vue trotskiste, peuvent endurer une double exploitation si elles sont ouvrières : celle du machisme
245 Karl, MARX, Friedrich, ENGELS, Manifeste du parti communiste, op. cit.
103

d’une société bourgeoise patriarcale, et celle de l’exploitation de classe que connaissent les ouvriers dans les usines. Nous avons trouvé un dernier exemple, celui des Noirs Américains. Ceux-ci connaissent un autre déboire de cette société bourgeoise de classes : le racisme. Nous avons souhaité montrer comment, dans les années 1960 aux Etats-Unis, s’organise la lutte de ces Noirs Américains contre un racisme antinoirs, que le mouvement des blacks Panthers reprend à son compte dans une grille de lecture trotskiste : organisation politique, force du nombre, légitimité de la violence révolutionnaire. Ces trois opprimés que sont le prolétariat, les femmes et les Noirs Américains, nous permettent d’appréhender l’oppression de classes selon trois spécificités, très instructives de notre point de vue : l’oppression économique, le machisme et le racisme.  Ce qui nous amène par corrélation à la deuxième raison de cette « Guerre révolutionnaire » : le remplacement d’une société injuste par une autre.  En effet, le but recherché et avoué du trotskisme, est celui de l’instauration d’un régime socialiste mondial, seul garant d’un véritable épanouissement à tous les niveaux de l’humanité toute entière. Le socialisme, assurant la satisfaction des besoins matériels de chacun, rompt brutalement avec l’oppression capitaliste et les privilèges de la société bourgeoise, qui dresse les uns contre les autres.

La deuxième partie embrasse quant à elle l’aspect pratique des choses, étant entendu que l’étude des moyens d’action révolutionnaires est ici à l’honneur. C’est l’occasion pour nous de renouer plus étroitement avec notre discipline qu’est l’Histoire, qui interroge des points précis et des faits concrets.  Nous commençons donc par nous pencher sur l’insurrection armée, nécessaire à la révolution telle que la conçoit Trotski. Cette insurrection armée doit être mûrement préparée, car de son succès ou de son échec, dépend le sort de la révolution toute entière. Cette insurrection armée, Trotski la conçoit au moyen de lois historiques, et il prend pour exemple l’échec de la Commune de Paris246, qui doit servir de modèle aux Bolcheviks pour ne pas réitérer certaines erreurs jugées déterminantes (par exemple le refus des Communards de s’emparer en 1871 de la Banque de France et qui s’avère fatal pour ces derniers)247. Il suit presqu’immédiatement l’étude du
246 Léon, TROTSKI, Terrorisme et communisme, op. cit. 247 Léon, TROTSKI, Histoire de la révolution russe (2. La révolution d’octobre), op. cit.
104

phénomène qu’est l’Armée rouge, créée dans le but de consolider et défendre les idéaux et acquis de la Révolution d’Octobre 1917.  Encore une fois, une opportunité nous est offerte, celle d’étudier les périodes de la guerre civile russe (1917-1922) et de la campagne russo-polonaise, de février 1919 à mars 1921. Ces phénomènes et périodes, nous donnent à approfondir un trotskisme « des jeunes années », exprimé dans la Russie du début du XXe siècle. A ce trotskisme « des jeunes années », nous faisons succéder, dans notre analyse, le cas de la France des années 1960, dans laquelle d’autres méthodes de lutte sont expérimentées, même si Trotski a pu écrire de son temps sur certaines d’entre elles, comme c’est le cas notamment pour la grève générale248. Cette dernière, au même titre que l’organisation d’un syndicat « à la base », sont des méthodes porteuses d’espérance pour la classe ouvrière, tandis que d’autres formes de lutte, comme la tactique des grèves tournantes, sont rejetées en masse.  Pour respecter au mieux la méthode analytique que nous commande notre travail d’historien, nous choisissons de lire ces différentes formes de lutte dans la France des années 1960 à travers le prisme des fameux évènements de Mai 68, ce qui nous offre un cadre précis. En effet, quoi de mieux que d’étudier la grève générale à laquelle donne naissance ce mouvement, qui déverse dans les rues de Paris et de France environ dix millions de travailleuses et de travailleurs ? Ceci nous permet, en plus de l’étude théorique du concept « grève générale », de concevoir un début, un développement et une fin à cette dernière, et de l’inscrire dans un contexte politicoéconomique spécifique, avec l’appréciation des conclusions qui en découlent. Notre source journalistique qu’est Voie Ouvrière, nous assure du suivi quasi quotidien de cette grève générale, dont nous pouvons ainsi tirer les enseignements trotskistes quant aux succès et aux échecs de cette grève. Si la société capitaliste n’est pas renversée, la grève générale dont accouche Mai 68 voit néanmoins Charles De Gaulle démissionner le 27 avril 1968, après qu’un « non » majoritaire des français sanctionne le référendum dont le général fait dépendre sa légitimité. Il s’agit, comme pour le mois de juin 1936, d’une demi-victoire pour les trotskistes, qui, s’ils n’ont pas réussi à abolir la société capitaliste, ont néanmoins conquis des avantages sociaux ou fait trembler le patronat.

248 Ibid.
105

La troisième et ultime partie, enfin, étudie les limites de cette « Guerre révolutionnaire », qui n’a à ce jour pas tenu ses promesses. La troisième et ultime partie, enfin, étudie les limites de cette « Guerre révolutionnaire », qui n’a à ce jour pas tenu ses promesses. Nous tâchons de déterminer et comprendre ici les limites de cette « Guerre révolutionnaire », tant sur le plan idéologique qu’historique. Est donc d’abord étudiée la critique que le marxiste autrichien Karl Kautsky (18541938) formule à l’encontre de la Révolution bolchevique et de ses conséquences, tant sur le plan national qu’international. A travers l’œuvre de Kautsky, on comprend que c’est la vengeance qui, selon lui, motive la politique bolchevique de l’immédiate période postrévolutionnaire, qui conduit aux pires exactions, encouragées d’ailleurs par Lénine lui-même249. Aussi, Kautsky accuse les Bolcheviks d’un manque de préparation dans leur politique révolutionnaire, et il pointe directement la responsabilité de Trotski […]. Par ailleurs, une autre limite de cette « Guerre révolutionnaire », est facilement compréhensible par le conflit qui oppose trotskistes et mouvements rivaux. Cette rivalité, handicape en effet les trotskistes, qui ne parviennent pas à conférer à leur action une légitimité incontestable. Avec l’expulsion de Trotski d’Union des Républiques Socialistes Soviétiques en 1929, Staline parvient à s’emparer du pouvoir et fait en sorte, par l’instauration d’un culte de la personnalité paroxystique et d’une dictature impitoyable, de se faire reconnaître comme unique et digne successeur de Lénine. Un « Komintern » est institué, permettant à Moscou de diriger l’ensemble des partis communistes européens par le biais de la « Troisième Internationale », ou « Internationale Communiste », fondée par les Bolcheviks en 1919. Le Parti Communiste Français, fondé lors du Congrès de Tours en 1920, n’échappe pas à ce système. En France, de nombreux mouvements ouvriers, selon les trotskistes, trahissent le prolétariat et se tournent contre lui. C’est le cas notamment des dirigeants syndicaux, que Trotski nomme « Aristocratie ouvrière ». D’autres mouvements rivaux du trotskisme, sont à l’étude. Ainsi en va-t-il des Proudhoniens, tournés vers la déconcentration et la mutualisation, privilégiant l’économie au détriment de la politique, et les Mencheviks, opposés à la révolution armée violente, et donc aux Bolcheviks.
249 Simon, SEBAG MONTEFIORE, Le jeune Staline, op. cit.
106

Au cours des années 1970, des groupes d’extrême gauche, se réclamant de la pensée moïste, se structurent, au point que certains d’entre eux finissent par supplanter la pensée trotskiste. Ainsi, la fameuse Fraction Armée Rouge, du nom de son cofondateur et dirigeant, Bernd Andreas Baader (1943-1977), connue aussi sous le nom de « Bande à Baader », réputée pour les cinq attentats en Allemagne de l’Ouest commis durant l’année 1972250.