Conclusion

Non classé

Les envenimations par piqûres de scorpion constituent un vrai problème de santé publique au niveau de la région de Khouribga connue par la présence de scorpions à grande venimosité (Tamim et al.2006).

Ces envenimations constituent un taux de 7.5 % par rapport aux piqûres ce qui n’est pas négligeable.

Presque tous les envenimés (99%) arrivent à la structure sanitaire en classe II et 87% évoluent favorablement.

L’âge et le délai d’arrivée aux structures sanitaires sont déterminants dans l’évolution des cas de piqûres et d’envenimations scorpioniques. L’incidence des envenimations a augmenté entre 2001 et 2003 puis diminue en 2004 (11%, 17%, 42% et 30%) parallèlement à celle des piqûres. Le taux de létalité a, par contre, diminué d’année en année.

Cette étude a donc révélé une nette amélioration de la conduite à tenir et une importante sensibilisation de la population. Cependant, des efforts restent encore nécessaires afin d’éradiquer ce fléau.

Page suivante : Références Bibliographiques

Retour au menu : Scorpionisme, Epidémiologie et Facteurs de Risque au Maroc : cas de la province de Khouribga