CHAPITRE V : Le maintien de la paix et de la sécurité

Non classé

Face à la propagation des conflits armés sur le continent africain, les organisations sous régionales et régionales africaines se sont mobilisées pour des mesures à prendre, afin de trouver des solutions au problème de la paix et de la sécurité dans la région. Instruments de coopération et d’échange, ces organisations qui ont juridiction sur différentes parties du continent(168) : Afrique Centrale, la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale(CEMAC), Afrique de l’Ouest, la Communauté Economiques des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine(UEMOA), en Afrique Australe, la « South African Development Community »,entendons Communauté de Développement d’Afrique Australe (SADC) en Afrique de l’Est, l’ « Intergovernmental Authority on Development », Autorité Intergouvernementale pour le Développement (IGAD), y compris la Communauté des Etats Sahélo-sahariens (CENSAD). Sous les auspices de l’UA et des Etats membres, toutes ces organisations ont défini des stratégies communes et globales, capables de s’adapter aux structures existantes afin de circonscrire la crise que traverse leur continent.

Malheureusement, les faiblesses d’ordre structurel, l’insuffisance des moyens logistiques, techniques et financiers enfreignent la capacité et la volonté des ces pays à sortir de la situation(169). La mutation politique intervenue en Europe de l’Est depuis le démantèlement du bloc communiste, a modifié l’attitude de certains pays occidentaux vis-à-vis de l’Afrique subsaharienne, laquelle n’est pas considérée comme partenaire stratégique.

Cette réserve qui n’a toutefois pas empêché les pays du Nord à se pencher sur la question d’ordre sécuritaire en Afrique, a permis aux organisations des pays riches telles le Groupe des Huit (G8), l’Union Européenne (UE), l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE), de mettre en place de vastes programmes visant à promouvoir la paix et à la stabiliser sur le continent, sachant qu’une Afrique instable, est une menace à la paix et à la sécurité internationales. Ces programmes, variés et diversifiés dans des domaines précis, contribuent à apporter un soutien conséquent aux pays en conflit par le biais des organismes accrédités. Pour sa part, l’ONU n’est pas du reste ; avec la participation de ses organes et institutions spécialisés, elle porte une attention particulière à la situation des conflits qui prévaut en Afrique subsaharienne.

Pour atteindre les objectifs escomptés, chaque acteur intervient dans son domaine, définit ses priorités et déroule son plan d’action qu’il intègre dans le plan global des missions qui se déploient sur le terrain. La politique et le vœu de tous, sont de s’attaquer aux racines des maux qui gangrènent l’Afrique, facteurs favorisant les tensions qui conduisent aux conflits. De manière pratique, il s’agit pour ces acteurs de s’impliquer dans la gestion des crises violentes qui secouent le continent, en apportant un appui substantiel en amont pour réduire le risque des conflits et, tout au long du processus pour en atténuer les effets afin d’obtenir en aval, un capital de stabilité et de sécurité, viable pour le développement économique et social du continent.

168- Carte des organisations régionales en Afrique, http://www.diplomaweb.com
169- Eric G.BERMAN et Katie E. SAMS, le maintien de la paix en Afrique, www.unidir.com

Page suivante : 5.1. Les initiatives africaines

Retour au menu : LES CONFLITS ARMES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE, UN DEFI POUR LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE