CHAPITRE II. LA STRUCTURE DE L’ETRE DEFINANCIEN

Non classé

Introduction

Après avoir tenté de définir, dans le premier chapitre, les notions qui servent de prolégomènes à notre investigation sur l’être, le moment est venu d’étudier comment J. de Finance saisit l’être, dans ses rapports avec lui-même et avec les autres, dans sa constitution interne et dans ses relations externes. Bref, il s’agit d’étudier la structure de l’être definancien.

En effet, l’être que nous venons d’analyser subit des changements intrinsèques, dans la durée, mieux, dans l’espace et dans le temps. Plus encore, l’essence concrète, détermination d’un être individuel, est sujette à des répétitions, donnant lieu à des individus d’une même espèce. Il y a donc dans l’être du changement et de la multiplicité : changement au sein d’un même être, multiplicité des êtres de même espèce et multiplicité des êtres d’espèces différentes.

Comme on le voit, le problème du devenir dans l’être débouche finalement à celui plus global de la multiplicité. Or, nous savons d’une certaine manière, que l’être est un et identique à soi : nous ne pouvons en effet pas dire que cet arbre est autre que la plante qu’elle était il y a quelques années, ni que nous sommes autres que le bébé que nous étions à la naissance et à chacune des étapes de notre croissance. Il faut donc nécessairement une unité et une permanence de l’être qui devient et qui change, car si l’être n’était pas d’une certaine façon le même, dans ses divers états, il ne serait pas devenu.

D’autre part, ce qui devient n’est pas ce qu’il devient, sinon il n’aurait pas à le devenir. D’où cela pose à la pensée d’énormes difficultés : comment le même être peut-il devenir autre tout en restant lui-même ? Comment le devenir est-il possible dans l’être, si les états successifs, étant eux-mêmes encore de l’être, se ressemblent par tout ce qu’ils sont ? Il en va de même pour les êtres d’une même espèce : à quelles conditions en effet une essence, caractéristique la plus intime d’un être, peut-elle être répétée dans un autre être ? Enfin, puisqu’il existe une pluralité d’êtres d’espèces différentes, comment alors concilier dans l’être l’identique et le changeant, l’unité et la diversité, l’un et le multiple ?

Telles sont les questions auxquelles ce chapitre veut apporter une réponse, en présentant la structure de l’être definancien. Puisque c’est le changement qui nous affecte d’abord du dedans, il est ce dont nous avons pleinement conscience, c’est par lui donc que nous commencerons. Ainsi allons-nous aborder le problème du devenir tel qu’il s’est présenté chez quelques auteurs avant et après Aristote. Nous passerons ensuite à l’analyse definancienne du devenir et au devenir dans l’individu concret. Après le devenir, nous étudierons la multiplicité comme répétition de l’essence. Enfin, nous terminerons par le problème de la pluralité des existants, qui ne s’éclaire, en fin de compte, qu’après avoir examiné ceux du devenir et de la répétition numérique.

Page suivante : II.1. Le devenir

Retour au menu : ANALOGIE ET SOLIDARITE DANS CONNAISSANCE DE L’ETRE DE J. DE FINANCE