C.4. REPONSE

Non classé

Que madame T soit dans une chambre à un ou à deux lits, il faut suppléer puisqu’elle
n’a qu’une petite pension.

Il fallait commencer par frapper aux portes des institutions en commençant par celles
potentiellement faciles. J’ai donc décidé de prendre contact avec le CPAS. Il fallait
d’abord savoir quel CPAS était compétent. C’est le CPAS du dernier domicile privé
qui précède l’entrée au Clos : celui de Molenbeek Saint-Jean. J’ai donc pris contact
avec ce CPAS et j’ai expliqué la situation de Madame T à un Assistant Social. Ce
dernier a pris note et est venu au Clos deux semaines plus tard se rendre compte de
la situation afin d’introduire une demande au prochain comité. J’en ai profité pour
expliquer à l’assistant social le désir de madame T d’occuper une chambre à un lit.

Le prix est légèrement supérieur au prix de la chambre à deux lits. L’assistant social
estimait que madame T devrait occuper une chambre double qui coûte un peu
moins. J’ai tenté de convaincre l’assistant social en disant que madame T avait
besoin de tranquillité pour vivre le deuil de son mari et de plus, si c’est ce dont elle a
besoin pour se sentir bien, autant lui donner ce qu’elle désire. Une chambre à deux
lits n’était pour moi pas la bonne solution pour madame T. Elle était très attachée à
l’institution. L’idée de l’assistant social de la transférer à la maison de repos du CPAS
devait faire une double séparation. L’assistant social a finalement accepté de
défendre le dossier, à condition de gérer les finances de madame T si la réponse
était positive. C’est ce qui a été convenu.

En attendant la réponse du CPAS, j’ai introduit pour madame T une demande
d’allocation d’aide aux personnes âgées.

Un mois plus tard, la réponse du CPAS était positive. Madame T est aidée par le
CPAS à concurrence de 15,5 euros/jour + 87,75 euros/mois d’argent de poche.
L’allocation d’aide aux personnes âgées est également accordée à Madame T.

Quelques jours après, une chambre à un lit s’est libérée et madame T a déménagé.

Le compte bancaire de madame T a été clôturé. L’assistant social du CPAS a pris la
peine d’ouvrir un nouveau compte bancaire sur lequel la pension de madame T est
virée chaque fin de mois.

Page suivante : C.5. AUTO EVALUATION

Retour au menu : Réflexions sur l’utilité du travail social dans les maisons de retraite : Création d’un service social à la Résidence Clos Saint-Rémi