Bibliographie

Non classé

– ACDI (Août 1999), Guide de référence pour le secteur de la microfinance, Québec- Canada
– AMBAPOUR (2001), Estimation des frontières de production et mesures de l’efficacité technique, Bureau d’application des méthodes statistiques et informatiques, Brazzaville-Congo.
– BANQUE CENTRALE DU CONGO (2010), Rapport d’activité du secteur de la microfinance 2010, Kinshasa-RDC.
– BANQUE CENTRALE DU CONGO (2011), Rapport d’activité du secteur de la microfinance 2011, Kinshasa-RDC.
– BERGUIGA (2010), les facteurs déterminants de la performance sociale et de la performance financière des institutions de microfinance dans la région mena : une analyse en coupe instantanée, in région et développement N 32-2010, Paris-France.
– BERGUIGA (2007), Performance sociale versus performance financière des institutions de microfinance, Paris-France.
– BETBEZE J (2007), La microfinance au carrefour du social et de la finance, in horizon bancaire, Paris-FRANCE
– BOSONGA B (2012), Econométrie, UPC, Kinshasa-RDC
– Cavaignac L et al (2009), Les principaux apports de la méthode DEA à la gestion simultanée des coûts, de la qualité et des délais : résultats issus d’une simulation, 2009, Nante-France.
– CEPA (2011), A guide for DEAP, version 2.1
– CFSI (2011) Microfinance banana skin, Washington-USA
– Churchill et Dan Coster (2001), Manuel de Gestion de risque, CARE.
– CONGO Y., Contrainte et défis de la gestion des systèmes de Microfinance en République Démocratique du Congo, CEDI, Kinshasa, 2007.
– CONGO Y., Inquiétante marchandisation des services de microfinance, in Jeune Afrique économique N° 353, février 2003
– COOEPRS et al (2004), Data envelopment analysis : History, Models and Interpretations, University of Michigan. Michigan-USA.
– DIAO, O (2006). viabilité financière des institutions de microfinance au Sénégal, Dakar-Sénégal
– DUGAS I (2010), Débat entre institutionnalistes et welfarlstes en microfinance, la réalité du terrain argentin, université de Québec, Québec-Canada
– ELOUNDOU Z (2006), L’offre des services financiers aux pauvres et le développement des activités des IMF : le cas de la CEC PROM LEKIE au Cameroun,
Université de Yaoundé, Cameroun.
– FPM(2012), Analyse des grandes tendances des indicateurs des partenaires du FPM en RDC ;
– FPM (2011), données sectorielles, Kinshasa-RDC.
– FPM (2012), veille sectorielle, Kinshasa-RDC.
– GTZ (2001), La viabilité sociale d’une IMF, Ouagadougou-Burkina Faso.
– GUNTHER (2002), L’efficacité technique peut-elle contribuer à l’évaluation du risque d’insolvabilité? Le cas des banques commerciales européennes, Paris – France.
– HURLIN C (2007), Econométrie des variables qualitatives, Université d’Orléans, France
– KABLAN S (2012), Efficacité des institutions de microfinance en UEMOA : une approche outreach-intermédiation financière, Université de Paris Est Créteil, Paris-France
– KALALA T. (2012), théorie économique de la microfinance, CCAM, Note des cours, Kinshasa-RDC.
– KALALA, F. (2010), La micro finance en RD Congo, Module de Formation, CCAM-UPC, Kinshasa-RDC ;
– KALALA, F. (2006), «La restructuration de l’espace micro financier du Kivu », UCL Presses Universitaires de Louvain, Louvain-Belgique
– KERMADEC H (2009), le modèle TOBIT, Paris-France.
– KOBOU G (2009), L’efficacité du financement des micro et petites entreprises dans la lutte contre la pauvreté au Cameroun, Université de Yaoundé, Yaoundé, Cameroune.
– LABIE M ., La microfinance en questions : limites et choix organisationnels, LUCPIRE, Bruxelles, 1999
– LAFOURCADE A et al (2005), Etude sur la portée et les performances financières des institutions de microfinance en Afrique, Washington-USA.
– LAPENU et al, allier performances sociale et financière : un paradox ?, CERISE, Paris-France.
– MACE J (2010), Mesure de la performance commerciale : régression vs DEA. Une approche catégorielle SENE, M. (2005), Les déterminants de la viabilité financière, Ecole de Management Nantes, Nantes-France.
– SOULAME S, Efficacité technique et inefficience à l’échelle des Institutions de Microfinance au Burkina Faso, Laboratoire d’Economie Publique de l’université d’Ouagadougou, Ouagadougou-Burkina Faso.
– SHOMBA K., Initiation à la recherche scientifique, UPC G1 FASE, 2009-2010
– TCHAKOUTÉ H (2011), Les déterminants de la structure financière des institutions de microfinance, Bordeaux Management School, Bordeaux–Paris.
– TUULI Y (2010), Profitability and outreach of microfinance: mission drift theory and evidence from Uganda, Helsinki School of Economics, Finland
– TSASA V., Econométrie des données qualitatives, UPC/CCAM, Master2 Microfinance, 2010-2011
– VALERY D., Plein feu sur la microfinance en 2005 , in regards économique, Paris, mars 2005 .
– ZOOM MICROFINANCE (2005), Le paradigme commercial en microfinance et ses effets sur l’inclusion sociale, Bruxelles – Belgique
– ZOOM MICROFINANCE (2003), Les taux d’intérêts dans la microfinance : choix technique ou politique, Bruxelles – Belgique.

Page suivante : Annexe 1. Estimation par des déterminants (Modèle TOBIT)

Retour au menu : SCHISME DE LA MICROFINANCE : Problématique de l’atteinte de l’autosuffisance opérationnelle par les institutions ciblant les personnes à faible revenu