B.7. CONCLUSION

Non classé

Mon stage au Clos Saint-Rémi m’a permis de rencontrer et de traiter plusieurs
situations parmi lesquelles celle-ci m’a particulièrement marqué. C’est par un
entretien d’écoute avec Madame A que je me rends compte de sa situation
préoccupante.

En m’intéressant particulièrement à cette situation, je découvre
l’existence d’une dame de compagnie fictive. De plus, Madame A avait reçu une
lettre de renom et devait quitter le Clos qu’elle aimait bien. Elle avait l’impression
d’être considérée comme une folle et avait très peur de sa situation. J’ai pris chaque
fois beaucoup de temps pour écouter Madame A et ce, avec beaucoup d’attention,
ce qu’elle n’avait plus eu depuis que cette situation s’était déclenchée. Cette écoute
a d’abord permis à Madame A de retrouver en elle la confiance qu’elle avait perdue.

Les confrontations avec l’administrateur provisoire de biens et avec la direction de
l’institution dans la recherche de solutions pour Madame A m’ont permis de
comprendre le dilemme dans lequel se trouve au quotidien le travailleur social et plus
particulièrement le travailleur social travaillant dans une institution privée.

J’ai beaucoup appris dans cette situation que j’ai trouvée à mi-parcours, et que j’ai pu
gérer jusqu’à la fin. Cependant, il convient de se questionner sur les limites du travail
social dans les institutions privées à l’instar de la Résidence Clos Saint-Rémi.

Page suivante : C. CAS NUMERO 3

Retour au menu : Réflexions sur l’utilité du travail social dans les maisons de retraite : Création d’un service social à la Résidence Clos Saint-Rémi