B.4. RÉPONSE

Non classé

L’administrateur provisoire de biens a été saisi afin non seulement d’arrêter de payer
la deuxième dame de compagnie, mais en plus, de réclamer à cette dernière les
sommes indûment perçues. Ceci a été fait par un courrier transmis par fax et par
poste (courrier recommandé). L’administrateur de bien ne donnant toujours pas de
réponse au courrier, nous avons décidé de transmettre une copie au Juge de Paix.

En réponse immédiate par rapport à la peur de Madame A de se faire jeter à la porte
« comme un chien », je lui ai expliqué ses droits, à savoir qu’elle ne peut pas être
mise à la porte tant qu’elle n’a pas trouvé un lieu d’accueil. J’ai aussi exigé de la
direction que Madame A ait le téléphone dans sa chambre afin d’effectuer elle-même
ses recherches par rapport à un lieu d’accueil, ce qui a été fait. J’ai donc trouvé des
adresses en commençant par infor-home. Ce qui me troublait chaque fois, c’est que
Madame A demandait toujours à avoir un home semblable à la résidence Clos Saint
Rémi. Cela confirmait ainsi son attachement à cette institution. Mais elle a fini par
trouver une résidence répondant à ses attentes.

En quittant le Clos Saint-Rémi pour sa nouvelle résidence, Madame A a tenu à me
dire merci spécialement pour l’aide et le soutien apportés. J’ai transmis à sa fille le
dossier confié au Juge de Paix afin qu’elle puisse le suivre personnellement.

Page suivante : B.5. AUTOÉVALUATION

Retour au menu : Réflexions sur l’utilité du travail social dans les maisons de retraite : Création d’un service social à la Résidence Clos Saint-Rémi