ANNEXE I : QUESTIONNAIRE SEMI-DIRECTIF UTILISE LORS DE L’ENQUETE DE TERRAIN

Non classé

1) Est-ce que tout le monde s’accorde sur la définition contemporaine du mercenaire ?
2) L’externalisation de la Défense doit-elle être combattue ou encouragée ?
3) Jusqu’où faut-il laisser intervenir la sécurité et la défense privées ? Existe-t-il des domaines insusceptibles d’externalisation ?
4) Le fait d’externaliser entraîne-t-il un risque de perte irrémédiable des compétences ?
5) Le critère économique est-il le seul à même d’expliquer le recours aux sociétés privées ?
6) Le postulat selon lequel avoir recours à des sociétés privées plutôt qu’aux armées permettrait une réduction des dépenses budgétaires a-t-il été démontré ?
7) Pourquoi la France, contrairement à la Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis, ne soutient pas le développement de ces sociétés ?
8) A l’échelle internationale, pensez-vous que le cadre juridique encadrant les ESSD soit suffisant ?
9) L’utilisation par ces sociétés privées d’anciens militaires est-elle une garantie de leur bon fonctionnement ?
10) Le passé révolutionnaire français (la conscription, l’armée citoyenne, la bataille de Valmy en 1792…) peut-il expliquer les raisons de la défiance des pouvoirs publics à l’égard des ESSD ?

Page suivante : ANNEXE II : TABLE DES FIGURES ET ILLUSTRATIONS

Retour au menu : Du mercenariat aux Entreprises de Services de Sécurité et de Défense : la question de l’externalisation dans les forces armées françaises