Annexe 6 I : Entretien E10

Non classé

Jeudi 18 Avril 20131 15h45
École Willingdon

A : Enquêteur
L : Madame L

1 A : Pour commencer, j’aimerais connaitre… plus votre parcours, à savoir : est-ce que ça fait longtemps que vous habitez à Montréal ?

2 L : Oui. Toute ma vie. Oui. J’étais née ici… Oui. On habite dans NDG221, presque jusqu’à la fin d’NDG puis Montreal Ouest.

3 A : D’accord. OK. C’est pas très loin d’ici ?

4 L : Non, comme tu prends Summerlane jusqu’à la fin, tu tournes à droite. C’est pas loin.

5 A : OK. Donc, ça fait peut-être 3, 4 km ou…

6 L : Peut-être , oui.

7 A : D’accord. Est-ce que justement –on va peut être parler de l’école aprèsA mais…

8 L : Je suis trop loin pour les autobus… pour les autobus scolaires. Oui. Alors, moi j’amène les enfants dans le matin. Je m’en vais au travail. Je finis le travail. Je reviens les chercher.

9 A : D’accord. Bon, on va en parler tout à l’heure… Donc vous avez, vous êtes née ici… A la maison, quand vous étiez petite, c’était quelle langue à la maison ?

10 L : Anglais.

11 A : Vous parliez anglais.

12 L : Anglais. Puis, quand moi j’étais jeune, je suis allée au Hamstead école, école primaire, puis… St Kevin’s. Puis, quand moi j’avais l’âge de mon fils, j’avais 15 minutes de français par journée…

13 A : D’accord. C’est tout.

14 L : Oui, c’était tout.

15 A : Et… est-ce qu’il y avait d’autres écoles qui proposaient plus de français, dans les écoles anglaises ?

15 L : J’imagine… Oui, j’imagine que oui. Puis, à l’école secondaire, c’était 50 minutes. Y avait une classe Française. Puis, c’était 50 minutes. Puis c’était… l’enseignant était un homme de… de England222…
.
16 A : Ah d’accord, d’Angleterre, d’accord.

17 L : Puis, lui, il aimerait mieux parler de soccer, football, que de… que de français. Alors… si un des garçons dans la classe commençait sur le soccer, c’était… ça, c’était tout le français pour la journée.

18 A : Ah oui. Ça, c’était le cours de français.

19 L : Oui.

20 A : Et le professeur venait d’Angleterre. C’est ça. OK.

21 L : Oui, c’était intéressant.

22 A : Et il avait un accent anglais. C’était vraiment… Ah OK.

23 L : Oui oui. Vraiment. Ma mère vient d’Angleterre. Elle était née là. Alors… Moi, j’aime ça. Je suis confortable avec ça, mais… c’était drôle, parce qu’il parlait en français avec son accent. Puis… s’il fallait pas parler en français, il parlait en anglais. Oui, c’était… Moi, je suis allée à l’école secondaire Marymount223.

24 A : Ah, d’accord. Et… donc vous, vous trouvez ça drôle le professeur, mais est-ce que vous avez appris beaucoup de français à ce moment-là ?

25 L : Non, pas vraiment. Non… Moi, je savais même pas comment parler français jusqu’à… on a déménagé quand j’ai commencer la 4ème année. Puis… j’ai appris le français parce qu’on était dans un appartement, puis dans le building, il y avait une petite fille qui parlait seulement en français, et moi, seulement en anglais… Puis tous les enfants dans le…

26 A : Le bâtiment.

28 L : Oui, ils parlaient seulement en français Alors, si moi je voulais jouer avec, après l’école, puis tout, il fallait que… j’apprenne français, pour les parler.

29 A : Et ça, c’était… Vous aviez quel âge par exemple ?

30 L : 4ème année, c’est… ma fille a 9 ans. Oui (rire)…

31 A : Et… mais alors, justement… à cette époque-là, quand vous parliez, vous faisiez un effort pour parler en français avec eux, pour pouvoir jouer avec eux ?

32 L : Oui… C’était peut-être une motivation (rire).

33 A : Oui, c’était une motivation oui Mais quel… comment… est-ce que le français, c’était difficile à apprendre par exemple ?

34 L : … Oui, puis… Oui puis non. C’est… comme… c’est comme toutes les choses que tu commences. Faut commencer, faut… Une fois que tu commences (?), tu apprends plus, puis tu apprends plus…

35 A : Oui, oui. Et quel rapport vous aviez avec les… les enfants francophones. Est-ce que vous vous sentiez différente ?

36 L : Mais, oui Parce que… on parlait pas et puis… Oui, c’est différent. La culture est différente, mais… des enfants…

37 A : Oui. Mais ça vous… c’était pas un gros problème ?

38 L : Non… quand tu veux jouer, tu veux jouer, ça vaut… ça vaut pas la peine de… “Ah OK, je vais pas jouer avec elle parce qu’elle est Française.” C’est le seul enfant là, tu veux jouer, tu joues (rire)… Tu trouves une façon.

39 A : Je comprends oui oui. Mais… vous disiez, vous avez un… une mère d’Angleterre, c’est ça ? Et puis votre père ?

40 L : Était née ici… Son héritage, c’est de… Irlande et… Écosse.

41 A : D’accord. Donc, lui, il venait… il parlait français un peu, non ?

42 L : Mon père ?

43 A : Oui.

44 L : Il parle pas très bien le français oui.

45 A : La maman, votre maman non plus.

46 L : Elle est… mieux. Elle est professionnelle. Elle parle au travail, puis tout, mais… c’est pas… parfait, c’est pas bien. Elle peut faire une conversation puis… elle a le français qu’elle a besoin de savoir pour son job, mais…

47 A : Oui, donc, c’est ça, à la maison, beaucoup en anglais, vous parlez plutôt en anglais et puis vous jouiez un petit peu en français avec les amis. Puis à l’école, il y avait quelque cours de… français en primaire, puis un peu plus en secondaire. Et… bon, et… comment dire, votre langue première, c’est vraiment l’anglais, puis votre langue seconde, est-ce que c’est le français, votre langue seconde ?

48 L : Oui.

49 A : Vous parlez d’autres langues ?

50 L : Non.

51 A : Non. Et… est-ce que, par rapport au français… On pourrait commencer avec l’anglais. Vous pourriez me dire deux mots qui vous viennent à l’esprit, qui représentent l’anglais, pour vous ?… La langue anglaise. Est-ce que vous pourriez me donner deux adjectifs ou deux mots, comme ça ?… qui représente pour vous la langue anglaise… C’est pas facile

52 L : … Universelle. OK… pas compliquée. Tu sais, c’est moins compliqué que le français, pour sûr, oui.

53 A : que le français ?

54 L : Oui. Pour sûr.

55 A : Alors pour le français justement, est-ce que vous auriez deux mots comme ça ?

56 L : …/… Unnecessarely.complicated224..C’est compliqué… avec pas de raison Tu sais… C’est la chaise (en désignant une chaise du doigt). Pourquoi c’est une fille ? La chaise c’est une fille Ça fait pas de sens On parle beaucoup de ça dans notre cercle d’amis parce que… ma meilleure amie a un nouveau… fiancé, qui vient de… quebec.City225. Il vient de Québec.city,.il parle pas anglais, pas d’anglais du tout… Puis, ça fait comme une année maintenant, you know. Puis… il commence, mais… tu sais, un an Il devrait parler plus que ça, mais… je pense que c’est nous qui… qui lui donne… On lui fait… C’est trop facile pour lui, parce que, quand on parle, c’est… moi et ma meilleure amie puis sa sœur. Puis, si on est toutes ensemble, tu sais, trois filles.
We.speak.in.English,.we.speak.very.quickly,.we.get.the.story.out226, tata (très rapidement) Puis lui… “qu’est-ce , tu dis ? qu’est-ce , tu
dis ? qu’est-ce tu dis ? ” Bin… OK, on répète en français, toute la conversation. Mais maintenant c’est comme… (soupir) Si tu veux nous écouter, if.you.wanna….you.know,.each.drop, faut apprendre la langue Parce que… tu sais… On parle Si tu veux nous écouter, si t’es pas dans la conversation, figure.it.out (rire) Parce que si… tu sais… On fait l’effort… Puis on lui parle toujours en français (soupir), puis c’est bien, c’est bon avec les enfants puis tout, tu sais, mais… oui, on peut tous les deux parler les deux langues. Tu sais… Tout le monde peut… Ça vous fait meilleurs quand vous apprenez quelque chose. Si vous êtes capable de parler à quelqu’un en deux langues, tu peux parler à deux fois le nombre de personnes Puis, je lui ai dit comme ça… Tu veux commencer un business, tu veux… faire tout ça, mais… ça sera mieux si… tu demandes à quelqu’un : “Est-ce que tu veux vendre notre produit ?” Puis eux, ils disent : “Oh… I don’t speak french ” Oh, tu vas vendre beaucoup plus de produits si toi tu veux : “OK, would you like to sell our product ?”… Mais… il y a beaucoup de personne qui pense pas comme ça…

57 A : qui pensent comment alors ? qui pensent…

58 L : Mais comme avec… notre problème de langue dans le Québec. Tout le monde, faut parler en français Tout les signes en français Puis… au travail, faut être seulement en français … Silly ….It’s.silly. 227 C’est vraiment stupide parce que le reste, on est dans le pays du Canada … La langue officielle, c’est anglais Mais ici, on va pas parler anglais… Bin… Comment tu veux parler à vos frères de campagne, tu sais You’re countrymen. .228 … T’es dans le même pays, mais tu peux pas parler à les autres personnes canadiennes T’es Canadienne, mais tu peux pas parler à tous les autres provinces, c’est un peu ridicule. Eux, il faut pas parler français. Ils les apprennent, mais… Ma cousine en alberta, ils ont des cours de français… dans l’école, mais… après l’école, parce que y a pas beaucoup de français là-bas, ils le laissent dans la tête, il faut pas l’utiliser, alors… le lâche… lâche… laisse ?

59 A : Oui, ils oublient quoi.

60 L : C’est ça.

61 A : Et… justement au Québec, est-ce que vous, vous vous sentez… ben, vous êtes née à Montréal… mais est-ce que vous vous sentez vraiment intégrer dans la culture Québécoise ?

62 L : … Je suis pas sûre… La culture Québécoise…

63 A : Oui… qu’est-ce que c’est la culture Québécoise ?

64 L : Oui, c’est ça… Tu sais, c’est… Il y a beaucoup de culture ici, à Montréal en plus, tu sais… C’est… C’est une petite île… puis on est plein de personnes Il y a des personnes qui parlent en espagnol, italien, puis… tout, il y a beaucoup de culture La culture française… J’sais pas.

65 A : Oui. La culture française… La culture Québécoise, c’est une culture française en fait, pour vous, ou c’est… Vous, vous vous sentez pas Québécoise, ou vous vous sentez Québécoise ?

66 L : Je suis Canadienne. Puis, j’habite dans le Québec… Mais… québécois… Québécoise… Je dirais pas ça, non. Non.

67 A : Pourquoi ?

68 L : … J’sais pas. Je suis Canadienne. I.don’t.know.229 Ça… ça me… ça me fait pas de différence de quelle province tu viens. Tu sais… T’es Canadien. J’dis pas… comme si je rencontre à quelqu’un de l’Ontario, je dis : “Oh,. you’re…. you’re. Ontarian. ?230″ C’est… Ça fait pas de sens t’sais Toutes les personnes de Colombie Britanique, t’sais, c’est un peu étrange t’sais. Personne d’autres comme, on dit pas ça : “Oh,. you’re. Albertan. 231″. T’sais, c’est : tu viens d’Alberta, t’es Albertan ? C’est… c’est un peu étrange. C’est vraiment les québécois qui aiment ça : “J’suis québécois » Oui. OK, mais on est tous Canadiens, t’sais. C’est pas juste : “J’suis québécois” puis… laisse tous les autres. Non On est dans un pays ici. On est tout le monde… Canadien…
C’est étrange… C’est un peu comme… “Are you Novascotian ?”… T’sais (rire). “I’m Novascotian ” (rire). C’est étrange.

69 A : Oui, oui… Alors… Oui, on a parlé un petit peu de politique aussi, mais… avant de… oui, parce que tout à l’heure on parlait du français, puis de l’anglais, puis on cherchait 2 mots. Est-ce que vous voyez une grande différence entre le français qui est parlé ici au Québec, puis le français standard, on va dire…

70 L : Comme de France ?… Ouais… Ouais… Parce que, le français de France, c’est plus… propre. Puis ici, c’est… beaucoup des mots québécois sont slangs, puis des mots anglais quand même Comme il y avait une Québécoise qui m’a demandé une fois : “Comment tu dis ça chips, en anglais ? “. Bin, je l’ai regardé : “Ça, c’est le mot anglais, on dit chips “. “Ah oui, c’est vrai, c’est des croustilles en français “… T’sais, c’est lui qui m’a demandé. ” What.?232.(rire). Mais c’est un mot anglais, c’est ça qu’on dit, chips “. “Ah Oui, oui, oui.”

71 A : Donc, c’est ça, il y aurait des mots anglais dans le français d’ici.

72 L : Y a beaucoup. Ouais Beaucoup. Puis, il même pas, il…

73 A : Ils s’en rendent pas compte.

74 L : C’est ça. Ils pensent même pas que oh ouais, c’est un mot anglais T’sais, il veut pas parler anglais, il veut pas parler anglais (en chuchotant), mais… alors, arrête d’utiliser notre mot alors Dites pas chips Dites pas… t’sais… mille mots que… mais… c’est comme ça, c’est plus slang, plus… C’est aussi plus dur à… à écouter… en québécois. Ça va beaucoup plus vite, puis, parce que c’est slang, puis c’est vite, c’est… Si tu parles de quelqu’un de France, c’est… OK, je peux te comprendre parce que tu parles les mots da da… C’est mieux.

75 A : D’accord, oui. C’est plus compréhensible oui. Plus facile à comprendre quoi, c’est ça…

76 L : … Plus… nettoyé… propre, c’est propre. J’aime ça.

77 A : D’accord. Et… y a eu l’anniversaire il y a quelques semaines au Nouveau-Brunswick de… du bilinguisme officiel. Ça faisait 20 ans qu’au New Brunswick, il y a un bilinguisme qui est officiel… qu’est-ce que vous pensez de ce genre de… anniversaire, qui fête le bilinguisme comme ça ?

78 L : C’est bien. Oui, pourquoi pas ? On devrait tous être comme ça. T’sais. Nous serons tous plus intelligents Si on peut parler à tout le monde, puis parler en deux langues, puis tu sais, mais… Tu vas à un autre pays. Tu vas être capable de parler à tout le monde…

79 A : Oui, c’est ça. Et… bon, on va parler de l’inscription de… alors, en fait, vous avez plusieurs enfants, n’est-ce pas ?

80 L : Deux.

81 A : Deux.

82 L : Cassidy, ma fille… est dans le 4ème année. Elle va avoir 10 ans la fin juin. Puis, Logan va avoir 7 ans… dans à peu près une semaine.

83 A : Oui, bientôt Et… comment dire… Alors pour votre fille alors qui s’appelle ?

84 L : Cassidy.

85 A : Cassidy. Parce que c’est elle qui a commencé en fait à venir ici. Comment ça s’est passé son inscription ? Est-ce que vous avez du faire un choix entre plusieurs écoles ?

86 L : Oui. Elle a commencé à une autre école. Elle était pas ici pour la maternelle, puis la première année. Elle est allée au… Edinburgh233, à MontréalAOuest. Puis c’est le même programme.

87 A : Immersion.

88 L : Oui. Français toute la journée jusqu’à 3ème année, puis 50/50. Puis… je voulais déménager ici en la 2ème année, parce qu’elle était pas bien là-bas. Les enfants étaient pas gentils avec elle. Puis… même les professeurs, ils ont… C’était une école beaucoup plus petite, beaucoup que c’est comme… une quatrième de cette école. Tu peux mettre cette école là-dedans tu sais, c’est ridicule. Puis… j’aimais pas ça l’attitude de… des autres enfants, puis des autres parents. C’est vraiment comme… C’est dans un quartier avec de l’argent, puis… elle était pas acceptée du tout. Alors… j’ai dit, elle reste pas là. Faut choisir une autre école pour elle. Puis, y avait quelques enfants qui venaient ici qui est allé à la garderie avec elle. Alors j’ai dit OK. C’est le même programme. C’est beaucoup plus gros l’école, beaucoup plus d’enfants, beaucoup plus de diversité. T’sais, y avait pas des enfants noirs … dans cette école. Y avait des enfants, une ou deux, qui étaient chinois, parce qu’ils étaient adoptés. Alors ici, je trouve, il y a beaucoup plus de diversité. C’est beaucoup plus comme une vraie… regard sur le monde. OK ? quand tu sors dans le monde, il y a beaucoup différentes personnes. Je pensais, ce sera mieux ici pour elle. Puis… il y avait des bullying234. Oui, elle était… Elle est venue chez nous, puis je dis : “Oh Comment est allée ta journée ?… OK. Mais qu’est-ce que t’as fait à la récréation ? » “J’ai… j’ai joué toute seule sur le mur dehors” “Mais… pourquoi ? T’as pas joué avec tes amis ?”
“Non, j’ai pas des amis. Tous les enfants, ils font des chansons de… comment je suis stupide.” … That’s.nice235, you know, ouai… Puis, les professeurs là-bas, ils étaient pas… ils m’aidaient pas. Je suis allée parler, parlé, parlé. Puis, j’étais comme…

89 A : Donc, finalement vous… Elle a changé d’école ici. Mais, en garderie, elle était en garderie anglophone ou francophone ?

90 L : Non, anglophone. Juste une petite garderie… comme… chez la madame, home.daycare236. Puis… je pense, il y avait neuf enfants. Puis… la madame, elle était d’héritage irlandais.

91 A : Mais pourquoi vous avez choisi, parce que, que ce soit Edinburg ou ici, c’est un programme en immersion. Pourquoi vous avez choisi le programme en immersion ?… Plutôt que… par exemple, une école francophone.

92 L : Bin… C’est important pour elle pour apprendre l’anglais… Elle est plus confortable en anglais… T’sais, c’est bon d’avoir des amis qui parlent en anglais, qui ont… la même sorte de… famille qu’elle. Alors, l’école en français était jamais un choix.

93 A : Non.

94 L : Non. On a même pas pensé de ça. Puis, t’as pas de choix… entre immersion… C’est ça, c’est ton choix : immersion, ou français. Il n’y a pas d’autre choix.

95 A : Oui. Il y aurait bilingue… Une école bilingue, c’est à dire…

96 L : Mais c’est la même chose.

97 A : Disons qu’il n’y a pas l’immersion au début quoi. Y a pas… Parce que là, jusqu’en 3ème année, c’est… qu’en français, mais en bilingue, c’est 50/50 toujours… Vous auriez pas…

98 L : C’est bon pour l’immersion pour que… T’sais, quand ils ont 5 ans, 6 ans, il entend C’est… bon pour eux T’sais, il faut apprendre (?) vont au Québec, il faut apprendre comment on parle en français. Il a pas de choix Alors, si tu peux le faire tout de suite… puis… un bon début, pourquoi pas ? Mais… Puis dans ce quartier… j’suis pas sûre même si y a des écoles bilingues… Je pense y en a un… Elizabeth Ballantyne237, mais…

99 A : Pour vous, c’est mieux qui est plus de français au début.

100 L : Mais pour qu’il puisse apprendre… quand Logan a commencé ici, il savait comment parler en anglais… Pourquoi pas apprendre… parler en français ?…

101 A : Mais l’école francophone par exemple, non.

102 L : Non…

103 A : Pourquoi pas ?

104 L : … parce qu’ils ont le droit d’aller à l’école en anglais, parce que moi, j’suis allée à l’école en anglais, puis… tout ça. Alors… ils vont… aller.

105 A : Mais, pour apprendre le français, peut être que ça serait encore mieux d’être dans une école francophone.

106 L : Oui, mais il faut aussi apprendre en anglais. Il faut apprendre comment parler en anglais, puis… écrire en anglais… C’est plus confortable pour eux aussi, je pense. Cassidy faisait pas bien en mathématique, pour quand les mathématiques étaient en français. Mais maintenant, c’est en anglais. Elle fait mieux. Parce que… t’sais, même si tu parles une langue, y a des concepts que tu vas mieux… tu vas mieux comprendre dans ta langue maternelle. T’sais, avec les mathématiques et tout. Parce que, elle apporte de livres… J’essaie de l’aider en français dans les mathématiques, puis j’étais comme… J’comprends pas C’est mathématiques de 3ème, 2ème année, je devrais capable de le faire, mais les mots… Ça fait pas de sens Puis, ça fait pas de sens comment il veut qu’ils fassent les math même, ces journées-là. Y a pas d’questions de mathématiques 5+5… Écris la réponse là. Non, c’est… c’est une phrase Puis, il faut sortir toute l’information, puis écrire ta chose, puis…Oui, c’était dur, c’était dur, même pour l’aider, parce que… j’suis pas bien là-dedans.

107 A : D’accord. Alors… qu’ils comprennent le français, Logan et puis Cassidy, qu’ils sachent bien le français, c’est important…

108 L : Et s’il veut vivre ici, oui… J’peux pas déménager, parce que… son père va rester ici. Puis lui, y peut m’arrêter de neiger Il peut dire non. Puis la loi me dit : non, tu peux pas déménager dans une autre province, parce qu’il est ici. Tu peux pas prendre les enfants, puis quitter la province. Alors… il faut… il faut Y a pas d’choix.

109 A : Et son père parle anglais avec lui, hein ?

110 L : Oui.

111 A : Oui oui. Et… donc le plus important… oui… Parler français au Québec, c’est important. Ça serait quoi la première raison, la plus importante, d’utiliser le français ?

112 L : Ben, ils vont… Il ont besoin d’emplois, quand ils sont plus vieux, alors… C’est pour ça

113 A : Est-ce qu’il y aurait d’autres avantages de connaitre le français au Québec ? Autres que professionnels.

114 L : Pour être capable de parler aux autres gens. Oui. Parler juste à n’importe qui : dans les magasins, tu veux quelque chose, oui. C’est nécessaire, c’est pas avantageux, c’est nécessaire Pas d’choix

115 A : Obligatoire, oui. Oui, c’est ça… Je vais vous montrer une petite courbe. C’est les inscriptions en immersion des enfants dans tout le Canada. C’est à dire, là, on… C’est le taux de participation au programme d’immersion française chez les élèves qui sont admissibles. Dans tout le Canadalà par contre, c’est pas juste au Québec. Donc, voilà… Il y a une évolution un peu des inscriptions. Est-ce que ça vous… vous voulez dire quelque chose là-dessus ?

116 L : …/… Tiens, tu vois, là c’est quand moi j’ai commencé l’école… 1ère… Puis ça, c’est de… toutes les provinces ?

117 A : Ça c’est tout le Canada. Tout le Canada, donc…

118 L : … 7% … OK… Ça a l’aire un peu… short238…

119 A : Oui, c’est pas beaucoup, c’est ça ?

120 L : C’est pas beaucoup, non…

121 A : 7% houa… Oui… Ça vous surprend ?… Vous êtes surprise de ça ?… C’est… étonnant ?

122 L : C’est tout le pays ? Toutes les autres provinces, puis tout, oui… Ils sont pas obligés.

123 A : C’est ça.

124 L : … Intéressant…. Parce qu’eux, ils ont pas besoin, chaque jour. Y a pas vraiment de raison. Si… si y sont nés puis… ils grandissent, puis il prend de l’emploi dans… la Colombie Britanique… ils ont pas besoin … C’est mieux, mais…

125 A : C’est mieux ?

126 L : Oui. C’est mieux d’être capable… de parler, mais… c’est mieux d’apprendre, même savoir, mais… c’est pas obligatoire. C’est pas poussé là-dessus…

127 A : Alors… ce que j’aimerais enfin savoir, c’est Logan et puis, Cassidy, est-ce qu’ils ont l’occasion de parler français en dehors de l’école ?

128 L : Oui, comme je t’avais dit avec ma meilleure amie. Parce qu’on est ensemble beaucoup On les voit comme… si pas chaque journée, presque. Puis on est… il parle avec lui, Nicolas : “Nicolas, Nicolas » Puis lui, il est comme… au même niveau d’anglais que Logan est en français. Alors, c’est intéressant de les voir parler, parce que lui, il essaie de parler en anglais à Logan, puis Logan, il essaie de parler en français, puis c’est… On les laisse, puis… Ça marche. Ils trouvent des façons pour… pour mettre leurs idées. Même s’il faut aller trouver : “Ok, tu veux jouer avec ça”, ils vont trouver : “OK, ça Oh.yes. .Yes. 239 On joue”. Comme ça. D’autres façons… Pas beaucoup, non. Parce qu’il fait le sport… Non, il y a pas beaucoup d’autres qui sont en français.

129 A : Et… si vous pensez au secondaire, qu’est-ce que vous comptez faire pour… Cassidy par exemple ? Est-ce qu’elle va aller plutôt en secondaire anglophone ou francophone ?

130 L : J’imagine anglophone, oui.

131 A : Immersion toujours ou… juste en anglais ? Est-ce qu’elle pourrait choisir par exemple ou c’est vous qui allez choisir pour elle ?

132 L : Elle peut choisir, mais… je vais l’aider parce que… t’sais, elle est pas assez vieille. J’suis pas sûre qu’y a… des écoles en anglais.

133 A : Anglais, secondaire ?

134 L : Oui.

135 A : Oh, oui, oui. Il y a quand même du français dedans… Mais après, il y a des écoles secondaires immersion, comme ici un petit peu. Et ils vont faire beaucoup plus de français.

136 L : … J’suis pas sûre.

137 A : C’est à dire : est-ce que vous pensez favoriser encore le français en secondaire, ou alors, vous allez la laisser choisir et puis peut-être qu’elle, elle préférerait aller dans un programme plus anglophone.

138 L : Oui, elle peut choisir. Normalement, c’est… t’sais, ils choisissent où leurs amis vont aller, puis… des choses comme ça. Ou… C’est à elle. Faut être confortable, ou sinon elle va pas apprendre rien. Alors… si ça marche mieux pour elle pour apprendre… Parce que… c’est pas tout le monde apprend de la même façon. Alors si c’est mieux en anglais, puis elle va… elle va l’apprendre… on va aller comme… sur cette routeAlà, parce que si c’est en français, puis elle apprend pas, puis elle a des mauvaises mark240, ça vaut même pas la peine

139 A : Mais elle, vous êtes contente par exemple de ses résultats ?… Vous êtes contentes de l’école ?… Du programme ?

140 L : Ouai. Oui. Du programme français, oui. Elle est mieux. Elle peut lire en français… Ouais, j’pense elle est déjà mieux que ses parents… alors… (rire) alors, c’est bon, bon pour elle.

141 A : Et… est-ce que vous pensez que le programme en immersion, il est fait pour tous les élèves ? C’est à dire, n’importe quel enfant peut suivre un programme en langue seconde ?

142 L : Mais non. Non. Mais… tu peux dire ça de n’importe quel… T’sais, y a des enfants qui vont pas apprendre Même en anglais, je sais que, quand moi j’étais jeune, y avait des enfants en anglais, on faisait des classes en anglais, puis… Oui, y avait même des enfants qui parlaient en anglais toute leur vie, on était à l’école en anglais, puis… ils ont pas réussi.

143 A : Mais, est-ce que ça serait plus difficile un programme en langue seconde, qu’un programme en langue maternelle ? Par exemple, un élève qui aurait des difficultés en immersion, parce que…

144 L : Je pense que oui Parce que si… même comme le français, le mathématique en français, c’est… c’est dur Moi, j’peux faire les mathématiques, mais tu changes la langue, puis… y a des mots, puis c’est comme… Si vous connaissez pas ce mot, tu peux pas faire le problème Puis, c’est vraiment frustrant… Moi, j’fais les devoirs le soir, puis c’était… woua … J’hais ça, j’hais ça, jusque comment eux autres ils haïssent ça, t’sais : “I.hate.homework241″. Oui, moi aussi Parce que, à la fin, eux, ils sont fatigués, ils sont frustrés, puis, moi, j’suis comme : “OOOh My.goodness. 242″. Avec Logan, c’est mieux, parce que c’est… c’est facile. C’est la 1ère année, puis… OK, je comprends toutes les choses, mais… J’aimerais mieux être… J’aimerais être mieux capable de les aider. Ça sera… mieux, mais…

145 A : Mais finalement, c’est ça, c’est pour les parents, c’est pas facile en fait.

146 L : Ouai, c’est pas facile

147 A : Pour les parents, parce que , évidemment, à la maison, on parle une autre langue.

148 L : Bah, il vient avec leurs livres, puis t’es comme… “Oh.shit,.oh.shit243, OK, aaaaah ” Moi j’ai fait 4ème année en anglais. J’ai fait tout en anglais. Puis moi, j’ai fini l’école secondaire, j’avais des bonnes mark et tout, mais j’ai jamais allé à… CÉGEP244… Rien comme ça, puis… C’est comme… (soupir) Pis même quand on… demande… Même si y font des devoirs, puis ils demandent à Nicolas : “Nicolas Est-ce que tu peux m’aider ? » Il peut pas. Il peut pas l’aider. C’est en français, mais lui, il est pas bon en mathématiques. Alors lui, il parle bien français, mais il peut pas le faire non plus, t’sais. Alors, tout le monde et différent, faut… ah, you.know, faut trouver une façon pour apprendre les… (en frappant la table) le matériel En anglais, ou en français
Whatever….whatever.works245, t’sais. Si ça marche, ça marche, mais il faut… faut l’apprendre On peut pas (?), you know, too.bad246… Ça marche pas…

149 A : Bon, eh bien… Moi, c’est correct, à moins que vous avez… quelque chose à rajouter sur notre conversation… L’immersion, le bilinguisme, la culture Québécoise, tout ça…

150 L : (rire)… Non.

151 A : Non, c’est bon ?

152 L : Eh bien, super, je vous remercie beaucoup

233 École anglophone en immersion française de la Commission scolaire English-Montreal
234 harcèlements entre élèves
235 C’est bien
236 Garderie à domicile
237 École primaire en anglais avec un programme d’enrichissement en français (EMSB)
238 faible
239 Oh oui Oui
240 notes
241 Je déteste les devoirs à la maison
242 Mon dieu
243 Oh merde, oh merde
244 CEGEP : Collège d´enseignement général et professionnel (correspond au Lycée professionnel français)
245 Du moment… du moment que ça marche
246 dommage

Page suivante : Annexe 6 J : Entretien E11

Retour au menu : L’IMMERSION FRANÇAISE À MONTRÉAL : QUELLES POLITIQUES LINGUISTIQUES CHEZ LES PARENTS D’ÉLÈVES ANGLOPHONES ?