Annexe 4. PRESENTATION DU PROJET D’APPUI AU DÉVELOPPEMENT DE LA MICROFINANCE RURALE (PADMIR)

Non classé

Le Projet d’Appui au Développement de la Microfinance Rurale en abrégé « PADMIR » est le fruit de la coopération entre la République du Cameroun et le Fonds International de Développement Agricole (FIDA). L’Accord de Financement (Prêt n° 751-CM & Don n°1050-CM) a été signé le 11 Mai 2009 et l’entrée en vigueur du projet est effective depuis le 07 Mai 2010, pour une durée de six ans (2010 – 2016).

L’objectif global dans lequel s’inscrit le PADMIR est de contribuer à l’allégement de la pauvreté dans la zone du projet, à travers l’amélioration des revenus et conditions de vie des populations y compris leur sécurité alimentaire. Face à cet objectif global, le projet se fixe les deux objectifs spécifiques suivants :

(i) Améliorer l’environnement de la microfinance afin que les problématiques de finance rurale soient mieux prises en compte, à travers (a) le renforcement des capacités d’intervention des acteurs régaliens clés (MINADER/MINADER et MINFI) et (b) l’habilitation d’acteurs institutionnels clé du secteur de la microfinance (ANEMCAM en tant que faîtière des EMF; et le CNMF);

(ii) Faciliter l’accès des groupes cibles, notamment les populations rurales et en particulier les plus défavorisées, à des services financiers adaptés à leurs besoins grâce (a) au renforcement des capacités des établissements de microfinance en développement opérant en milieu rural et offrant des services aux groupes cibles (consolidation des caisses ou points de services existants et/ou extension de leur couverture des zones rurales), (b) au renforcement des capacités de réseaux d’établissements de microfinance en construction opérant en zones rurales (consolidation et/ou extension) et (c) au développement de services et produits financiers adaptés aux besoins des groupes cibles (introduction ou développement de nouveaux produits ou services financiers, introduction ou développement de produits ou services financiers innovants)

Le projet s’articule autour de trois composantes : (i) Amélioration de l’environnement de la microfinance rurale; (ii) Accès aux services financiers ruraux; et (iii) Coordination et gestion du projet.

La zone d’intervention couvre cinq (05) Régions : le Centre, l’Extrême Nord, l’Ouest, le Nord et le Nord-Ouest. Pendant les trois premières années, le projet sera toutefois mis en oeuvre dans trois Régions prioritaires (Centre, Extrême Nord, et l’Ouest), son extension dans le Nord et le Nord-ouest devant être examinée à l’occasion de la revue de mi-parcours de l’intervention. Le ciblage de la zone d’intervention du projet se fonde essentiellement sur la concentration géographique, la synergie et la complémentarité avec les autres interventions du FIDA, notamment le Programme national de développement des racines et tubercules (PNDRT) et le Projet d’appui au développement des filières agricoles (PADFA).

Le projet regroupe deux catégories de groupes cibles :

- les bénéficiaires directs («partenaires stratégiques»), que sont les établissements de microfinance (EMF) implantés dans les zones d’intervention du projet, l’Association Nationale des EMF au Cameroun (ANEMCAM), le MINFI, le MINADER/MINEPIA et le Comité National de Microfinance (CNMF).
- Les bénéficiaires finaux, que sont les petits producteurs/rices en milieu rural (dont les femmes et les jeunes), pris individuellement ou au sein des Groupements d’intérêts commun (GIC) et des Organisations professionnelles agricoles de producteurs/rices (OPA), et les Micro-entreprises rurales (MER), qui ont tous un accès limité aux services financiers formels (des EMF et banques) et aux informations et technologies appropriées pour améliorer leurs systèmes de production et leurs revenus. On estime à 62 000 le nombre de bénéficiaires finaux de l’intervention.

Le coût total du projet est de 22, 5 Millions de $ EU, soit l’équivalent de 9,6 Milliards de FCFA, répartit ainsi qu’il suit par source de financement.

Tableau I : Coût du projet en Dollar US et en F CFA et source de financement

Coût du projet en Dollar US et en F CFA et source de financement

Le cadre logique du projet s’articule autour de dix (10) résultats, résumés ainsi qu’il suit au sein des trois composantes :

Tableau 2 : Synthèse des résultats du cadre logique du projet selon les composantes

Synthèse des résultats du cadre logique du projet selon les composantes

L’atelier de lancement des activités du projet s’est tenu en janvier 2011; et le premier Programme de Travail et Budget Annuel (PTBA 2011) a été approuvé en mars 2011.

L’année 2011 a été essentiellement consacrée à (i) la sélection des réseaux/EMF et des prestataires (formateurs), (iii) la formulation d’un premier Programme de Travail et Budget Annuel (PTBA 2011) axé sur une planification participative des activités d’appui prioritaires avec les institutions partenaires du projet, (iv) la préparation et la signature de conventions de mise en œuvre avec des partenaires clés et la délivrance des appuis à certains d’entre eux notamment le MINADER, le MINFI, l’ANEMCAM, CamCULL et A3C.

Les défis majeurs de mise en œuvre du projet en 2012 se rapportent à (i) l’élaboration et la mise en œuvre d’un cadre stratégique pluriannuel et d’un tableau de bord de pilotage et de suivi, (ii) La mise en place de mécanismes et modalités opérationnels de partenariats (conventions, contrats de performances, etc.) et (iii) la mise à disposition effective des appuis aux populations rurales. L’Unité de Coordination du Projet entend relever ces trois défis, à travers la mise en œuvre du PTBA 2012 dans une perspective pluriannuelle et de concert avec les parties prenantes (tutelle MINADER, partenaires, CNP, Bureau pays FIDA).

Page suivante : Annexe 5. CVECA et CECA avec leurs points de services ayant un agrément CEMAC

Retour au menu : ANALYSE DE L’ACCESSIBILITE DES FEMMES AUX SERVICES FINANCIERS AUPRES DES ETABLISSEMENTS DE MICROFINANCE DU RESEAU A3C