Annexe 25 : Situation actuelle du FLE à Cuba

Non classé

En 2003, pour pallier le déficit d’enseignants de FLE qui existait dans le pays et frappait L’Alliance française, celle-ci -en partenariat avec le Ministère de l’Éducation Nationale- a mis en place sa propre formation de professeurs FLE (Pédagogie et Didactique), qui a connu un grand succès pendant ses quatre éditions et qui a été reproduite une fois à l’Alliance française de Santiago. La formation de professeurs de français à Cuba continue à ne pas être complètement assurée par les Instituts Supérieurs Pédagogiques parce que leurs formations en professeurs de langue continuent à prioriser l’anglais. Presque aucun des professeurs formés (anglais-français) n’est employé pour donner des cours de français dans des écoles de langue ou à l’Université puisque l’anglais reste prioritaire sur l’île et qu’on manque aussi de professeurs d’anglais. Les heures de formation en français servent aux diplômés à s’insérer dans d’autres secteurs tels que le tourisme et les entreprises, abandonnant ainsi le métier d’enseignant. Les longues périodes pendant lesquelles la formation de professeurs de français a été insuffisante ou inefficace ont créé aujourd’hui un déficit dans certaines tranches d’âge chez les professeurs de français, qui sont soit assez âgés soit très jeunes.

Le travail de l’AF tout au long des années, a pris place au milieu des difficultés politiques et d’éventuelles tensions diplomatiques. Jusqu’à cette année (2012) l’AF a été la seule institution sur l’île ayant une direction 100% étrangère. Dans ce cadre, l’AF a toujours essayé de convaincre le gouvernement cubain d’autoriser des expériences et des projets pilotes, de créer d’autres filières de français, de recréer des filières d’apprentissage du français dans les universités et dans les ISP, ainsi que de revoir son statut légal (ayant ses particularités et des restrictions(1)), afin de dynamiser l’enseignement du français à Cuba par la formation de formateurs, qui offre le meilleur coefficient multiplicateur pour une formation de masse. Le gouvernement cubain a été en général, malgré de contretemps politiques ponctuels, à l’écoute de ces objectifs (projet de création d’une filière de français à l’Université de Santiago, d’une licence de français en 2010 à l’ISP Varona) ce qui a amené l’AF à perfectionner son offre sur les plans linguistique, pédagogique et culturel(2). En effet, au siège principal de l’Alliance française à Cuba (La Havane), une centaine de professeurs donnent des cours chaque année à 6000 étudiants.

Tableau illustratif 1 : Chiffres concernant l’enseignement du français : année scolaire 2010-2011.

Chiffres concernant l’enseignement du français année scolaire 2010-2011

L’Alliance française est actuellement l’acteur de diffusion de la langue française le plus important à Cuba, et sans doute le plus puissant, mais il n’est pas le seul. Trois facultés de langues étrangères (La Havane, Santa Clara et Santiago) des Universités du Ministère de l’Éducation Supérieure (MES) assurent la formation initiale (Licence et Master) de professionnels de la langue française (chercheurs, traducteurs, professeurs). Ainsi, 6 sur les 15 Instituts Supérieurs Pédagogiques de l’île, qui appartiennent au MES mais aussi au Ministère de l’Éducation Nationale (MINED), sont chargés de la formation de professeurs de français (ayant l’anglais comme première spécialité)(3). La Faculté de langues de La Havane continue à être le centre recteur de la formation de spécialistes en langues étrangères. D’autre part, 42 écoles de langues sur les 52 qui existent dans le réseau national du MINED enseignent le français tout au long de l’île. Les écoles FORMATUR -18 réparties sur l’ensemble du territoire national- continuent à enseigner le français aux professionnels du domaine du Tourisme. De plus, GELFRA continue à gagner des membres actifs, organise un colloque national annuel, des réunions bimestrielles et éventuellement des colloques internationaux (2011). D’ailleurs, en 2005 a été créée à La Havane, comme partie du système culturel de l’Office de l’historien de la ville, la Maison Victor Hugo ayant pour but la promotion et le développement de la culture et la langue françaises à Cuba. Cette nouvelle maison du français à Cuba offre entre autre, des salles pour l’apprentissage du FLE. D’autre part, le français continue à être présent dans les émissions de cours à distance télévisés, diffusées par la télévision nationale (ils sont déjà arrivés au 5e niveau).

Par ailleurs, l’enseignement du français aux enfants, se consolide à Cuba. Le projet Chantons et Jouons en Français, a compté en 2012 plus de 2200 enfants inscrits les âges allaient de 6 à 17 ans inscrits. Ce projet a été officiellement accepté par le Ministère de l’Éducation Nationale (MINED) et incorporé au programme « officiel » de l’AF de La Havane. De même qu’avec les adultes, des milliers d’enfants n’arrivent pas à y accéder car l’Alliance, qui met à la disposition de ce développement la totalité de ses capacités, ne peut pas accueillir toutes les demandes d’inscriptions. L’enseignement précoce du FLE a aussi été mis en place, en coordination avec ce projet et le MINED, à distance, à travers de cours télévisés. D’autres tentatives d’approcher les enfants cubains du français se font toujours jour à la Maison Victor Hugo et ses différents projets culturels communautaires. Dernièrement, huit cubains ont été sélectionnés par l’Organisation Mondiale de la Francophonie, après une candidature ouverte à toutes les personnes de la planète, pour participer au Premier forum mondial de la langue française. Aussi la francophonie du monde veut-elle écouter la voix des francophones et des francophiles cubains. Ainsi, chaque année, des cubains professionnels ou amateurs du français sont choisis par différents organismes étrangers pour représenter Cuba et partager leurs expériences dans divers événements internationaux, d’ordre académique, pédagogique, culturel, politique (à savoir le 1er Forum Mondial de la langue française organisé par l’OMF, à Québec).

Le gouvernement aimerait redonner au français la place importante qu’il avait dans le système éducatif à Cuba avant la Révolution, mais le manque de moyens financiers a empêché la réalisation de ce voeu (Fidel Castro, 1993) de faire devenir le français la deuxième langue étrangère obligatoire dans le système éducatif cubain. Depuis quelques années déjà, le pays a connu un essor important du tourisme et des échanges économiques croissants avec les pays francophones. D’ailleurs, l’apprentissage du français est aussi vu par les entreprises, les techniciens et les professionnels cubains comme une possibilité d’insertion dans le marché économique et professionnel canadien, ainsi que dans d’importants programmes migratoires, Le Canada constitue notre voisin francophone naturel (car le plus proche), ainsi que le plus puissant économiquement dans la région. À la différence de la France, ce pays a toujours maintenu avec Cuba des relations diplomatiques (et de tout genre) très stables. Il faut aussi remarquer que le Canada, est l’un des trois principaux pays émetteurs de touristes vers Cuba4. D’autre part, le français a également été appris au cours des dernières années par de nombreux médecins cubains, impliqués dans des projets de coopération avec Haïti. De plus, Cuba est un membre actif de l’Association d’États de la Caraïbe (AEC), qui préconise le développement des trois langues principales de la région (espagnol, anglais, français). Cette (nouvelle) réalité nécessiterait d’être traduite par un enseignement du français dans l’île moins centré sur la France (son principal promoteur et partenaire), sa culture et ses accents, ce qui requerrait l’implication et l’engagement d’autres pays francophones et de l’OMF.

1 L’AF est un organisme cubain – local – intégré au réseau des écoles de langue. Elle a été placée sous la responsabilité du Ministère de l’Éducation (MINED), essentiellement pour la sélection des candidats (les critères de sélection restant mystérieux) et pour certaines subventions. L’AF a gardé cependant une certaine indépendance: la direction de l’Alliance a été complètement étrangère jusqu’à 2012 (délégation générale formée de quatre expatriés : un délégué général, un directrice des cours à La Havane qui assure aussi le rôle d’attachée de coopération depuis le gel des subventions européennes en 2003, une directrice pédagogique à Santiago, et une médiathécaire à La Havane. La direction a toujours été libre de gérer les cours (d’enseignement du FLE) comme elle l’entendait, mais elle n’a pas eu, jusqu’à 2012, le droit d’exercer une activité commerciale.
2 La surface de l’AF présente plus de 1500m2 de bâtiments, une cinquantaine de personnes assurent le fonctionnement général, et 1.100.000 heures de cours sont données chaque année.
3 Approximativement 387 étudiants de didactique et pédagogie du FLE, 15 professeurs.
4 La collaboration (par le biais de la FIPF) entre des professeurs québécois et des professeurs cubains de FORMATUR (Felino Martinez, Gualfrido Hernandez, Catalina Molina) a permis de créer en 2003 « Écho du Québec » et « Avenue de Belgique », deux outils reflétant les aspects socioculturels et linguistiques des Québécois/ Belges en vacances.

Page suivante : Annexe 26 : Etat de lieux des TICE et de FOAD à l’AFH : du présentiel enrichi au quasi existant

Retour au menu : Gestion des interactions dans un dispositif hybride : rôles et stratégies des tuteurs. Le cas du présentiel réduit de l’Alliance française de La Havane