Annexe 15 : Entretien avec Mme D.

Non classé

Et à propos de l’éducation en général en Argentine, quelle est ton opinion ?

Elle a beaucoup décliné, surtout au niveau du primaire et secondaire, énormément.

Aah, elle a décliné… ?

Oui, oui.

Et cela fait combien d’années, tu penses, que ça a commencé à… ?

Regarde, par exemple, moi j’ai 40 ans, et je suis allée, quand je suis arrivée dans le quartier, je suis allée à un collège qui était provincial et de ce collège provincial je suis passée à un collège privé. Quand je suis passée du provincial au privé, du public au privé, je fus la meilleure élève dans l’école privée parce que le niveau de l’école publique était très bon, l’année 67-68. Il était très bon et…

Bon, après tout s’est démonté, certaines choses que je ne sais pas qui les a démontées, en vérité c’est de l’histoire, par-ci par-là on s’en rend plus compte maintenant que c’est plus grand, ça les intéresse plus non? Euh…ils retirent les écoles techniques, ils retirent les écoles nationales, tout ce qui est en dehors des provinces, et c’est là que surgit il me semble le problème de l’éducation parce que c’est comme si ils surchargent, ils ferment des écoles ou retirent le budget des écoles nationales pour…et ils le passent aux provinces, les provinces n’ont pas beaucoup de ressources et le niveau commence à décliner un peu…

Alors tu penses que c’est pour ça que… ?

Ils font un raisonnement comme quoi il vaut mieux aujourd’hui être dans une crise plutôt que les enfants…moi je te dis les institutrices ne vont pas, les écoles provinciales ici et les établissements secondaires, il y a des enfants qui n’ont jamais, dans toute l’année, ils n’ont pas de cours de langues, imagine-toi que ce sont des matières importantes ! Langues ou… un comptable leur enseigne les mathématiques, qui je ne sais pas s’il a une formation d’enseignant, la pédagogie pour enseigner tu comprends ? Les enfants s’en rendent compte parce qu’ils ne les comprennent pas, parce qu’ils ne savent pas leur expliquer, et tu te rends compte de la quantité d’enfants qui passent des examens pour des matières dont réellement le niveau…Moi quand j’allais au collège, qu’un professeur ait 20 enfants dans un cours qui devaient repasser des matières, le problème était chez le professeur, (euh oui…) parce qu’il n’était pas chez l’enfant tu comprends ? si le jeune qui va ou le jeune qui va…non ! le problème était chez le professeur qui ne savait pas leur faire comprendre, quelque chose se passait ! Maintenant non, maintenant tu vois que des enfants ont des matières à repasser et ils les envoient et les envoient, ils les font passer tu vois, pour ne pas avoir autant de doubleurs mais…le niveau et le niveau du primaire au secondaire, on ne passe pas dans les premières années et les pauvres les enfants en première année avec autant de matières et de ne rien savoir et passer en secondaire, jusqu’à l’anglais que, ils n’ont pas anglais en primaire tu comprends ? alors l’anglais leur provoque des difficultés, des difficultés parce que tu commences avec un anglais en primaire, euh en secondaire, comme si tu avais eu anglais en primaire, ce n’est pas un anglais basique tu comprends ?

Et quel est…pourquoi y-a-t-il ce problème avec les professeurs ?

Je crois qu’il n’y a pas d’éducation, ils sont mal payés aussi, non ? Ils sont mal payés mais ils ont toujours été mal payés, toujours, en Argentine les professeurs ont toujours été mal payés mais…c’est comme si le niveau maintenant tu vois est…je ne sais pas si aussi…et toute la crise que nous connaissons et elle a aussi inclus réellement les professeurs parce que vraiment parfois les enfants n’allaient pas à l’école mais aux cantines pour manger, surtout dans les écoles publiques.

Mais maintenant il y a une grande différence entre les écoles privées et publiques ou les deux ont des problèmes ?

Oui, plus ou moins, il y a différents niveaux.

Et maintenant la situation est meilleure dans les écoles privées ou… ?

Oui, je crois que les gens cherchent les écoles privées ici par rapport au thème de la conduite, de la discipline tu vois, comme quoi…bon tu payes les frais et tu es obligé de te comporter, on dirait que dans le public ici il faut tout casser, c’est à tout le monde et à la fois à personne tu comprends, c’est une culture comme ça parce que…les écoles privées qu’il y a dans le quartier n’ont pas le chauffage, elles ont des ventilateurs de toit que je ne sais pas s’ils les utilisent en vérité, quand j’allais non, mais ils ont des ventilateurs de toit et aujourd’hui les écoles priv…euh publiques ont le chauffage mais surtout les nouvelles non ? les antérieures les enlevèrent parce que les enfants les cassaient…

Aah, il y avait un problème de comportement ?

Si, il me semble qu’il y a comme une culture, il me semble…et la non-intervention des professeurs parce que si tu vois ou un instituteur est en train de voir que quelqu’un est en train de casser quelque chose, et tu vois il le laisse casser ou…tu ne peux rien dire aux enfants parce que les mères vont tu vois et veulent parler au directeur, c’est-à-dire un manque de respect et d’autorité. Mmm c’est ce qui se passe…

Il faudrait parler avec les familles pour… ?

Oui, je crois que oui. Le problème c’est que…aujourd’hui personne ne respecte rien, aujourd’hui le policier, ils sont capables s’ils le coincent à trois ou quatre, ils sont capables de le frapper…tu vois ils ne respectent pas. Mais ça arrive parce que récemment on est en train de perdre beaucoup le respect à l’autorité, qui est-ce qui dirige, qui est… il y a aussi comme une anarchie dans la famille, et il y a les droits des enfants et bon, mais les droits ont aussi des limites tu me comprends…alors comment commencer à parler de ça la vérité…je crois qu’ici il y a beaucoup de gens qui viennent de familles strictes et peut-être pour ne pas reproduire la même chose, c’est-à-dire pour ne pas être tant rigides, « ils changent de côté » et bon, les enfants perdent les limites, ils sont sans limites et on ne sait pas, on veut être amie et soeur et non mère tu comprends ? ou le père face à l’enfant. C’est lié au thème des rôles et…mais comment on pourrait régler ça, la vérité…

Ce sont des points négatifs mais tu penses qu’il y a aussi des points positifs par rapport à l’éducation en Argentine ?

Je crois qu’on essaie d’inverser certaines choses, non ? Comme pour retourner en arrière, on retourne aux écoles techniques pour qu’il y ait une main d’oeuvre, que les enfants s’ils ne veulent pas étudier, puissent trouver un métier quand ils sortent, menuiserie et le technique…
Euh…avec l’idée de, eh bien, d’armer d’autres choses en éducation aussi, je n’ai pas beaucoup lu la loi mais j’ai participé à une enquête, toute cette histoire de comment ça a commencé, non ? comment ils ont retiré de nombreuses écoles rurales, à l’époque de l’année 99 par là, ils avaient fermé des hôpitaux, des écoles rurales…

Et cela parce que… ?

Parce qu’il fallait diminuer les dépenses publiques, et quand ils te disent ici en Argentine « diminuer les dépenses publiques » (rire), ils commencent à fermer des écoles, des hôpitaux…

Et…à propos de l’abandon scolaire, quels sont les facteurs penses-tu qui font qu’un enfant abandonne l’école, ne va plus…ou va peu… ?

Euh…je crois que ça arrive à cause de ce que je te disais avant de…premièrement que…et j’ai participé à des discussions aussi comme quoi les enfants surpassent avec l’ordinateur et les connaissances qu’ils ont, aujourd’hui avec internet et la télévision, ils surpassent tu vois l’institutrice en connaissances…alors ils vont et ils s’ennuient, ou dérangent…ou…et vraiment le niveau éducatif n’est pas en accord avec ce qu’eux reçoivent comme information, il manque de l’intérêt, oui il me semble qu’il manque comme…comme si c’est resté…l’éducation est restée en arrière par rapport à toute la technologie et à toute l’information que les enfants reçoivent.

Et, comment pourrait-on améliorer cela ? Pour que…

Euh je crois que ça passe aussi par le thème de la formation des professeurs

Les professeurs devraient…donner plus d’intérêt pour les matières enseignées… ?

Euh oui, je crois qu’ils doivent aussi chercher des stratégies…moi une fois j’ai rencontré un problème avec un professeur de mon fils et je lui disais que moi je donne l’incitation pour qu’à toutes les matières il donne le minimum d’effort. C’était le cours de musique…et je lui dis « et moi je veux que vous veniez enseigner à ces enfants avec tout votre bonne… » parce qu’il était assez ennuyant le petit vieux, il était tu vois comme…il les tirait vers le bas parce que tout était mal ou…figure-toi qu’il ne leur révisait pas les feuilles de travail, il donnait des exercices mais ne les révisait pas, alors moi je sus ce qu’ils avaient fait et c’était mal…des choses comme ça…alors moi je dis « je vous demande que vous respectiez votre travail parce que vous venez enseigner la musique et vous devez faire n’importe quelle chose mais que les enfants y prêtent attention », je lui disais, mais comment il ne l’aurait pas compris parce que si en plus tu sais que tu donnes une matière qui ne plaît pas aux enfants, et que tu ne cherches pas des stratégies pour que les enfants…s’impliquent et que pour le moins au minimum ils ne t’embêtent pas à l’heure de ton cours euh…alors pourquoi ils sont en train d’étudier, il me semble que c’est ce qui se passe…et c’est comme vendre ce que toi tu aimes…

Et l’Etat a un rôle dans tout ça ?

Si, je crois que si, évidemment. Il doit former d’une autre manière aussi, il doit donner les moyens. Les professeurs ont prétendument une fois par mois un jour institutionnel de formation, on appelle ça institutionnel parce qu’ils font la formation.

Et il y a des différences entre les villes en Argentine, les quartiers de Cordoba aussi…par rapport à l’éducation ?

Oui, ça dépend aussi de l’exigence qu’ils ont, ceux qui ont de l’argent ont beaucoup plus d’opportunités.

Evidemment que les capitales : Cordoba, Rosario, Buenos Aires, les capitales fédérales évidemment que les enfants qui y vivent ont un autre type d’opportunités, c’est pour ça aussi que beaucoup migrent…de la campagne. Parce que…fermer les écoles ce n’est pas non plus bon, alors ça fait que ces enfants viennent et tout le monde vient en ville, c’était comme une règle, tout était amoncelé et bien sûr qu’il va y avoir surpeuplement, qu’il va y avoir de la délinquance, si…il n’y aura pas du travail pour tous et en échange ici, je crois qu’ici ce que Cordoba doit euh…aller de l’avant et travailler beaucoup ce qu’il y a dans le secondaire avec euh…comment on dit…avec l’orientation « hôtellerie et tourisme ». Ici il y a un quartier tout près où il y a une école qui donne des cours d’anglais, de français, d’italien, de portugais…parce que c’est une ville touristique, une province touristique, alors je crois que chaque province doit exploiter ce que…en dépit du fait qu’il puisse y avoir des ingénieurs aussi, et tout ce qu’il faut avoir, il vaut mieux mais si ici…nous sommes à 40 minutes de Carlos Paz, d’une ville touristique et les enfants de Carlos Paz n’ont pas besoin d’aller dans une autre ville si ils peuvent y vivre mieux du tourisme.

Et bon, je crois que l’école, aujourd’hui il faut des écoles qui enseignent aux enfants des choses comme ça, euh gastronomie…toutes ces choses d’hôtellerie…

Page suivante : Annexe 16 : Entretien avec Mr O.

Retour au menu : L’EDUCATION PRIMAIRE ET SECONDAIRE EN ARGENTINE : APERÇU DE LA SITUATION ACTUELLE EN MATIERE D’ACCES ET D’INSERTION SCOLAIRE